L’embellie ne se confirme pas

Véronique Bruniaux, Julien Gouraud, Élisabeth Vilain, Éric Warcholinski, Insee

Le répit observé en fin d’année 2013 dans la dégradation de l’emploi salarié ne s’est pas confirmé au premier trimestre 2014. La contraction des effectifs est de 0,2 %. La baisse de l’emploi s’accompagne d’une réduction du recours à l’intérim qui souligne la faiblesse de la demande adressée au système productif. Celle-ci s’exprime en particulier dans le domaine de la construction qui s’impatiente de voir se redresser les mises en chantier et dont les perspectives en termes d’autorisations de construire sont faibles. Dans ce contexte, la progression des créations d’entreprises hors auto-entrepreneurs peut être un signe de recherche d’alternatives à l’emploi salarié.

Insee Conjoncture Nord-Pas-de-Calais
No 1
Paru le : 15/07/2014

Nouvelle baisse de l’emploi salarié marchand

Après un répit fin 2013, l’emploi salarié marchand est à nouveau en recul. Ainsi, l’emploi diminue de 0,2 % au premier trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent. Le nombre de salariés est alors de 862 500 salariés du secteur marchand dans la région Nord-Pas-de-Calais, après une perte de 1 700 emplois au premier trimestre 2014 et un peu moins de 6 000 sur l’ensemble de l’année 2013. Ce trimestre, la baisse concerne plus particulièrement le département du Pas-de-Calais, avec – 1 400 emplois contre – 300 emplois pour celui du Nord.

La baisse de l’emploi est toutefois moins importante que le trimestre précédent dans l’industrie (– 0,1 % contre – 0,6 %). Néanmoins, les difficultés économiques touchent toujours des grands noms de l’automobile. Un seul secteur industriel est en hausse : les industries extractives, énergie, eau, gestion des déchets, dépollution, cokéfaction et raffinage. Cette progression concerne les deux départements et elle est en partie liée à l’implication des entreprises pour le développement durable. L’évolution de l’emploi dans l’industrie régionale est marquée par les restructurations de la cristallerie d’Arques dans le Pas-de-Calais et la baisse de la production de textile.

La perte d’emploi est par contre plus accentuée que le trimestre précédent dans la construction : – 0,8 % contre – 0,5 %. Elle ne concerne que le département du Pas-de-Calais alors que les effectifs du Nord augmentent légèrement. L’emploi du secteur est affecté par la baisse d’activité qui touche à la fois les locaux non résidentiels et les logements.

Graphique_1 – 1 Évolution de l’emploi salarié marchand

  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières. Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, estimations d’emplois

Graphique_2 – 2 Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur en Nord-Pas-de-Calais

  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs ; données corrigées des variations saisonnières. Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, estimations d’emplois

Graphique_3 – 3 Évolution de l’emploi intérimaire

  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre ; données corrigées des variations saisonnières. Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, estimations d’emplois

La situation des services marchands hors intérim s’améliore progressivement. Ainsi, après une diminution au cours de l’année 2013, suivie d’une stabilisation en fin d’année, la hausse est de 0,3 % au premier trimestre 2014. Seul le secteur du commerce continue de perdre des emplois, surtout dans le département du Pas-de-Calais. Les secteurs « transports et entreposage », « information et communication » et « autres activités de services », qui perdaient encore des emplois fin 2013, ont regagné des effectifs au premier trimestre 2014.

Le nombre de missions intérimaires, qui avait fortement progressé fin 2013, retrouve son niveau du deuxième trimestre 2014, soit 32 800 missions. Cette baisse de 6,6 % accompagne les pertes d’emploi dans l’industrie et la construction. En effet, près de deux missions sur trois sont effectuées dans ces secteurs. L’évolution positive de cet indicateur au trimestre précédent, considéré comme un marqueur d’ajustements du marché du travail, n’indiquait donc que les prémices d’une reprise fragile.

Stabilité du taux de chômage au sens du BIT

Comme au niveau national, le taux de chômage du Nord-Pas-de-Calais reste stable au premier trimestre 2014. Ainsi, après une légère baisse fin 2013, il s’établit à 12,8 %. L’écart avec le taux national reste identique, soit 3,1 points.

Néanmoins, le département du Pas-de-Calais est toujours plus touché par le chômage que celui du Nord. De plus, au premier trimestre 2014, les difficultés économiques du département engendrent une augmentation de 0,1 point, et le taux atteint 13 %.

Dans le Nord, la meilleure tenue de l’emploi permet au taux de passer à 12,7 %, suite à une baisse de 0,1 point.

Graphique_4 – 4 Taux de chômage

  • Note : données trimestrielles.
  • Source : Insee, taux de chômage localisé (région), et au sens du BIT (France)

Des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi plus nombreux

Fin mars 2014, 371 100 demandeurs d'emploi sont inscrits à Pôle emploi en catégorie A, B et C. Au cours du premier trimestre 2014, ce nombre a progressé de façon un peu plus modérée que précédemment : + 0,3 % contre + 0,5 % au dernier trimestre 2013.

Le nombre des demandeurs de moins de 25 ans diminue de 1,7 % alors que celui des 50 ans ou plus augmente de 2,6 %.

Par ailleurs, près de la moitié des demandeurs d’emploi sont inscrits depuis plus d’un an. Leur nombre a progressé de façon plus modérée ce premier trimestre (+ 0,9 %), portant la progression à + 7,3 % sur un an.

Construction : encore un trimestre maussade

En baisse depuis mi 2012 comme au plan national, les autorisations de construire des logements dans le Nord-Pas-de-Calais ont désormais atteint un niveau inférieur à celui de début 2010. En glissement annuel, l’évolution sur un trimestre est de – 10,7 % plus marquée qu’au plan national (– 7,8 %). En un an, à la faveur d’une meilleure tenue régionale en 2013, la chute est moins prononcée en Nord-Pas-de-Calais qu’en France (– 14 % contre – 21 %).

Graphique_5 – 5 Évolution du nombre de logements autorisés à la construction

  • Note : données mensuelles brutes, en date de prise en compte. Chaque point représente la moyenne des 12 derniers mois.
  • Source : SoeS, Sit@del2

Graphique_6 – 6 Évolution du nombre de logements commencés

  • Note : données mensuelles brutes, en date de prise en compte. Chaque point représente la moyenne des 12 derniers mois.
  • Source : SoeS, Sit@del2

Les mises en chantier accusent logiquement une baisse depuis plusieurs trimestres en région comme en France. En cumul annuel, au premier trimestre 2014, avec 14 600 logements mis en chantier, le recul est de 4,3 % par rapport au cumul enregistré fin 2013. La baisse est de 2,7 % au plan national.

La contraction observée en région dans les douze derniers mois est plus marquée qu’au plan national puisque le volume des mises en chantier est inférieur de 13,7 % à celui des douze mois précédents en Nord-Pas-de-Calais et de 4,6 % en France.

L’activité hôtelière ne décolle pas

Au premier trimestre 2014, les hôtels de la région ont enregistré autant de nuitées qu’au premier trimestre de 2013 (1,2 million). Au niveau national, le nombre de nuitées est en repli de 2,9 %. La progression des nuitées étrangères, qui atteint 2,9 % par rapport au même trimestre de 2013 ne suffit à compenser la baisse des nuitées françaises (– 0,8 %), ces dernières représentant 77 % de l’activité. En revanche au plan national, les deux clientèles sont en retrait dans des proportions identiques.

Ce résultat s’observe dans un contexte d’augmentation globale des arrivées : + 0,9 % pour les Français et + 2,0 % pour la clientèle étrangère. Les Belges contribuent particulièrement à cette progression (+ 7,4 %). Toutefois, la réduction de la durée moyenne de séjour des deux types de clientèle limite l’effet de ce regain de fréquentation sur l’activité hôtelière. La durée moyenne des séjours des Français passe ainsi de 1,53 jour à 1,51 jour tandis que celle de la clientèle étrangère passe de 1,57 jour à 1,50 jour en un an.

Graphique_7 – 7 Évolution de la fréquentation dans les hôtels

  • Notes : données mensuelles brutes. Suite au changement de méthodes intervenu début 2013, les données 2011 et 2012 ont été rétropolées.
  • Sources : Insee ; direction du tourisme ; partenaires régionaux

La création d’entreprises hors auto-entrepreneurs en hausse

Le nombre de créations d’entreprises hors auto-entrepreneurs, évolue à la hausse depuis début 2013 en Nord-Pas-de-Calais comme au plan national. Au premier trimestre 2014, il enregistre une progression de 2,0 % par rapport au trimestre précédent alors même qu’il marque un léger repli en France (– 0,8 %). En tenant compte des créations sous le régime de l’auto-entreprenariat, le nombre de créations d’entreprises régionales se situe toutefois en deçà du niveau atteint au premier trimestre 2013 (– 2,2 %), l’augmentation des créations hors auto-entreprenariat ne compensant pas l’érosion des créations sous le régime de l’auto-entrepreneur (– 9,4 % par rapport au premier trimestre 2013). En France, la progression des deux régimes permet une augmentation globale de 2,4 % du nombre des créations d’entreprises.

Le nombre de défaillances est lui aussi en progression depuis plus d’un an en région comme en France même s’il a semblé se stabiliser fin 2013. Le cumul sur douze mois au premier trimestre 2014 est en hausse plus marquée en région qu’en France par rapport au même trimestre de 2013 (+ 6,3 % contre + 3,7 %). ■

Graphique_8 – 8 Créations d’entreprises

  • Champ : ensemble des activités marchandes hors agriculture. Note : les créations d’entreprises hors entrepreneurs sont corrigées des jours ouvrables et corrigées des variations saisonnières (CJO-CVS), les créations sous régime d’auto-entrepreneurs sont brutes. Données trimestrielles.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements – Sirene)

Graphique_9 – 9 Défaillances d’entreprises

  • Note : données mensuelles brutes au 12 mai 2014, en date de jugement. Chaque point représente la moyenne des douze derniers mois.
  • Source : Banque de France, Fiben