Tableaux de l'économie françaiseÉdition 2020

Les Tableaux de l'économie française s'adressent à tous ceux qui souhaitent disposer d'un aperçu rapide et actuel sur la situation économique, démographique et sociale de la France.

Insee Références
Paru le : Paru le 27/02/2020
Tableaux de l'Économie Française - février 2020
Consulter
Sommaire

Propriétaires – Locataires

Insee Références

Paru le : 27/02/2020

Présentation

Au 1er janvier 2019, 58 % des ménages métropolitains sont propriétaires de leur résidence principale . Cette part est stable sur les dernières années, alors qu’elle n’avait cessé de croître depuis les années 1980 jusqu’en 2010. Parmi les propriétaires, environ un tiers sont propriétaires accédants , c’est-à-dire qu’ils n’ont pas fini de rembourser leur emprunt pour l’achat du logement . La part d’accédants à la propriété se stabilise depuis une dizaine d’années, alors qu’elle avait fortement augmenté dans les années 1980 avant de baisser jusqu’au milieu des années 2000. La part des propriétaires sans charges de remboursement s’est régulièrement accrue jusqu’en 2010, en partie sous l’effet du vieillissement de la population. Elle s’établit à 38 % en 2019, contre 28 % 35 ans auparavant. Par ailleurs, la proportion des ménages logés gratuitement a baissé et celle des ménages locataires de leur résidence principale a légèrement diminué dans les années 1980 et se maintient depuis aux alentours de 40 %. La part des bailleurs publics a augmenté de plus de 3 points du début des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990, puis s’est maintenue. Dans le parc locatif, les parts respectives des bailleurs publics et privés atteignent 17 % et 23 % des résidences principales en 2019.

En 2018, les dépenses de logement ralentissent par rapport à 2017. Elles progressent de 2,3 %, après + 3,9 % en 2017. Cette évolution est essentiellement due au net ralentissement des dépenses d’investissement. En effet, les investissements qui avaient fortement progressé en 2017, portés par une construction neuve importante et un nombre record de transactions dans l’ancien, ne progressent que de 2,8 % en 2018 pour s’établir à 141,7 milliards d’euros (Md€). Les dépenses courantes de logement évoluent de façon plus structurelle que les dépenses d’investissement. En 2018, elles progressent de 2,1 % et s’élèvent à 367,2 Md€. Cette légère accélération est essentiellement due à l’accentuation de la croissance des dépenses en énergie et eau, portée par la hausse des prix du gaz et du pétrole.

En 2018, les aides au logement sont en recul de 4,9 % après une baisse de 1,5 % en 2017. Les aides bénéficient essentiellement au secteur locatif, à hauteur de 37,6 % pour le secteur social, 31,8 % pour le secteur libre et 18,9 % pour les propriétaires occupants.

Dans l’Union européenne, en 2018, 31 % des habitants vivent dans un logement dont ils sont locataires. Ce taux oscille entre 4 % en Roumanie et 49 % en Allemagne. Il est plus faible dans les pays d’Europe centrale, où les locataires ont souvent pu acheter leur logement après 1989, et plus fort dans les pays d’Europe du Nord, qui disposent d’un secteur locatif important. Les pays méditerranéens occupent une position intermédiaire. Avec 35 % de locataires, la France se rapproche des pays du Nord, alors que l’Espagne, avec 24 % de locataires, est plus proche des pays d’Europe centrale.

Tableaux et graphiques

Figure 1Statut d’occupation des résidences principales

en %
Statut d’occupation des résidences principales (en %)
Au 1er janvier 2001 2004 2007 2010 2013 2016 (r) 2019 (p)
Propriétaires 55,9 56,6 57,2 57,5 57,7 57,7 57,7
    Non accédants 34,9 36,4 37,7 37,8 37,9 37,8 37,7
    Accédants 21,0 20,2 19,6 19,7 19,8 19,9 20,0
Locataires 39,7 39,4 39,3 39,4 39,5 39,8 39,9
    Bailleurs publics 17,9 17,7 17,5 17,3 17,2 17,1 17,0
    Bailleurs privés 21,8 21,7 21,8 22,1 22,3 22,7 22,9
Autres statuts1 4,4 4,0 3,5 3,1 2,8 2,5 2,4
Total des résidences principales (en milliers) 24 973 26 016 26 993 27 786 28 516 29 237 29 916
  • p : données provisoires.
  • r : données révisées.
  • 1. Regroupent essentiellement les ménages logés gratuitement.
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Sources : Insee-SDES, estimation annuelle du parc de logements.

Figure 2Résidences principales selon la taille des ménages et le statut d'occupation en 2016

en milliers de logements
Résidences principales selon la taille des ménages et le statut d'occupation en 2016 (en milliers de logements)
Au 1er janvier 1 pers. 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou plus Total
Propriétaire 4 736 6 374 2 433 2 320 748 220 16 830
Locataire d'un logement vide non HLM 3 122 1 809 841 533 205 97 6 607
Locataire d'un logement vide HLM 1 689 1 066 655 475 267 158 4 311
Locataire d'un logement loué meublé 593 138 45 26 11 6 819
Logé gratuitement 315 168 89 69 21 9 670
Total 10 454 9 555 4 064 3 422 1 253 490 29 237
  • Champ : France hors Mayotte.
  • Source : Insee, RP 2016 exploitation principale.

Figure 3Logement des locataires en 2013

Logement des locataires en 2013
Individuel Collectif Ensemble
Ménages locataires1 (en milliers) 2 534 7 479 10 013
Montant moyen des charges2 (par mois, en euros) 168 168 168
Surface habitable moyenne (en m²) 86,9 61,6 68,0
Montant moyen des charges2 par m² (par mois) 1,93 2,73 2,47
  • 1. Ménages locataires d'un local loué vide, non compris les ménages locataires d'un meublé et les sous-locataires.
  • 2. Y c. charges locatives, dépenses en eau et énergie.
  • Champ : France métropolitaine, résidences principales hors ménages dont la personne de référence est étudiante, hors revenus négatifs.
  • Source : Insee, enquête Logement .

Figure 4Acquisition de logements et travaux

en milliards d’euros
Acquisition de logements et travaux (en milliards d’euros)
Au 31 décembre 2005 2010 2015 2018
Investissement en logements neufs1 64,7 66,1 57,7 72,4
Acquisition de logements anciens1 141,9 155,9 167,1 214,6
Travaux 36,8 44,1 47,1 50,2
Total 243,4 266,1 271,8 337,2
  • 1. Y c. frais et droits liés.
  • Source : SDES, compte satellite du logement, base 2010.

Figure 5Évolution annuelle de l'indice des loyers par secteur jusqu'en octobre 2019

glissements annuels en %
Évolution annuelle de l'indice des loyers par secteur jusqu'en octobre 2019 (glissements annuels en %)
Indice général Secteur libre Secteur social
janv.-88 6,0 6,5 5,0
avr.-88 6,0 6,5 5,2
juil.-88 5,9 6,1 5,4
oct.-88 5,4 5,9 4,2
janv.-89 5,6 6,4 3,8
avr.-89 5,2 6,1 3,6
juil.-89 5,2 6,2 3,2
oct.-89 4,9 5,7 3,3
janv.-90 4,7 5,0 4,1
avr.-90 4,4 4,7 3,9
juil.-90 3,9 4,0 3,7
oct.-90 3,9 3,9 4,1
janv.-91 4,2 4,3 3,9
avr.-91 4,3 4,5 3,9
juil.-91 4,7 5,0 4,2
oct.-91 4,7 5,0 4,0
janv.-92 4,5 4,6 4,3
avr.-92 4,7 4,9 4,3
juil.-92 5,0 5,1 4,8
oct.-92 5,1 5,1 5,1
janv.-93 5,0 4,8 5,4
avr.-93 4,6 4,3 5,1
juil.-93 3,8 3,4 4,6
oct.-93 3,3 2,9 4,4
janv.-94 3,0 2,6 3,7
avr.-94 2,8 2,3 3,8
juil.-94 2,8 2,4 3,7
oct.-94 2,6 2,1 3,6
janv.-95 2,5 2,0 3,5
avr.-95 2,5 1,9 3,6
juil.-95 2,4 2,0 3,1
oct.-95 2,4 2,1 3,0
janv.-96 2,4 2,2 2,8
avr.-96 2,2 2,0 2,5
juil.-96 2,0 1,6 2,8
oct.-96 1,7 1,2 2,7
janv.-97 1,4 1,1 2,0
avr.-97 1,3 0,9 2,1
juil.-97 1,4 1,0 2,0
oct.-97 1,6 1,3 2,1
janv.-98 1,7 1,3 2,4
avr.-98 1,9 1,6 2,4
juil.-98 2,0 1,9 2,2
oct.-98 2,1 2,0 2,2
janv.-99 2,0 2,0 2,0
avr.-99 1,9 2,0 1,8
juil.-99 1,5 1,6 1,4
oct.-99 1,3 1,2 1,4
janv.-00 1,0 1,2 0,7
avr.-00 1,0 1,2 0,6
juil.-00 1,1 1,5 0,4
oct.-00 1,1 1,4 0,4
janv.-01 1,1 1,4 0,4
avr.-01 1,1 1,4 0,5
juil.-01 1,2 1,5 0,7
oct.-01 1,5 1,9 0,7
janv.-02 2,2 2,2 1,9
avr.-02 2,5 2,7 2,0
juil.-02 2,9 2,8 2,8
oct.-02 3,0 3,0 2,9
janv.-03 3,1 3,0 3,3
avr.-03 2,9 2,6 3,3
juil.-03 2,7 2,5 3,1
oct.-03 2,6 2,4 3,0
janv.-04 2,5 2,4 2,6
avr.-04 2,6 2,5 2,7
juil.-04 2,8 2,8 2,9
oct.-04 3,0 3,1 2,8
janv.-05 3,4 3,6 3,0
avr.-05 3,5 3,8 2,9
juil.-05 3,5 3,9 2,8
oct.-05 3,6 3,9 3,1
janv.-06 3,6 3,8 3,2
avr.-06 3,6 3,8 3,2
juil.-06 3,5 3,6 3,3
oct.-06 3,2 3,2 3,4
janv.-07 3,1 3,1 3,1
avr.-07 3,3 3,4 3,1
juil.-07 3,2 3,4 2,9
oct.-07 3,1 3,4 2,6
janv.-08 2,8 3,0 2,6
avr.-08 2,4 2,3 2,6
juil.-08 2,2 2,0 2,6
oct.-08 2,0 1,8 2,5
janv.-09 2,1 1,7 3,0
avr.-09 2,1 1,7 3,0
juil.-09 2,2 1,8 2,9
oct.-09 2,1 1,6 3,0
janv.-10 1,9 1,6 2,3
avr.-10 1,7 1,5 2,3
juil.-10 1,4 1,2 1,7
oct.-10 1,3 1,2 1,6
janv.-11 1,1 1,0 1,3
avr.-11 0,9 0,8 1,1
juil.-11 0,8 0,7 0,9
oct.-11 0,9 0,8 1,0
janv.-12 1,3 1,1 1,8
avr.-12 1,5 1,4 1,8
juil.-12 1,7 1,7 1,8
oct.-12 1,7 1,8 1,7
janv.-13 1,7 1,6 1,9
avr.-13 1,5 1,3 2,0
juil.-13 1,6 1,4 2,1
oct.-13 1,4 1,1 2,1
janv.-14 1,2 1,0 1,3
avr.-14 1,1 1,0 1,4
juil.-14 0,9 0,8 1,2
oct.-14 1,1 0,9 1,4
janv.-15 0,7 0,7 0,7
avr.-15 0,7 0,7 0,6
juil.-15 0,7 0,6 0,9
oct.-15 0,4 0,4 0,5
janv.-16 0,3 0,2 0,4
avr.-16 0,3 0,2 0,4
juil.-16 0,2 0,2 0,1
oct.-16 0,3 0,2 0,5
janv.-17 0,2 0,2 0,3
avr.-17 0,2 0,2 0,2
juil.-17 0,2 0,2 0,1
oct.-17 0,2 0,2 0,1
janv.-18 0,4 0,4 0,5
avr.-18 0,5 0,4 0,6
juil.-18 -0,8 0,5 -3,4
oct.-18 -0,7 0,6 -3,5
janv.-19 -0,3 0,7 -2,5
avr.-19 -0,3 0,9 -2,8
juil.-19 1,1 0,9 1,4
oct.-19 1,1 0,9 1,3
  • Champ : France métropolitaine, ménages locataires de leur résidence principale louée vide.
  • Note : la forte baisse des loyers du secteur social en juillet 2018 est liée à la mise en place de la réduction de loyer de solidarité (RLS) par la loi de finances pour 2018 ; deux enquêtes mesurent l’évolution trimestrielle des loyers, l’enquête Loyers et Charges pour le secteur libre et l’enquête auprès des bailleurs sociaux pour le secteur social.
  • Lecture : tous secteurs confondus, entre octobre 2018 et octobre 2019, les loyers ont augmenté de 1,1 %.
  • Source : Insee, enquêtes trimestrielles sur les loyers.

Figure 5Évolution annuelle de l'indice des loyers par secteur jusqu'en octobre 2019

  • Champ : France métropolitaine, ménages locataires de leur résidence principale louée vide.
  • Note : la forte baisse des loyers du secteur social en juillet 2018 est liée à la mise en place de la réduction de loyer de solidarité (RLS) par la loi de finances pour 2018 ; deux enquêtes mesurent l’évolution trimestrielle des loyers, l’enquête Loyers et Charges pour le secteur libre et l’enquête auprès des bailleurs sociaux pour le secteur social.
  • Lecture : tous secteurs confondus, entre octobre 2018 et octobre 2019, les loyers ont augmenté de 1,1 %.
  • Source : Insee, enquêtes trimestrielles sur les loyers.

Figure 6Locataires dans l'UE en 2018

en % de la population
Locataires dans l'UE en 2018 (en % de la population)
Locataires
Allemagne 48,5
Autriche 44,6
Danemark 39,5
Suède 35,9
Royaume-Uni1 34,9
France 34,9
Pays-Bas 31,1
UE 30,7
Chypre 29,9
Irlande1 29,7
Luxembourg 28,8
Finlande 28,4
Italie 27,6
Belgique 27,3
Grèce 26,5
Portugal 25,5
Slovénie 24,9
Espagne 23,7
Rép. tchèque 21,3
Lettonie 18,4
Malte 18,4
Estonie 17,6
Bulgarie 16,4
Pologne 16,0
Hongrie 14,0
Lituanie 10,1
Croatie 9,9
Slovaquie 8,7
Roumanie 3,6
  • 1. Données provisoires.
  • Source : Eurostat (extraction du 17 décembre 2019), EU-Silc.

Figure 6Locataires dans l'UE en 2018

  • 1. Données provisoires.
  • Source : Eurostat (extraction du 17 décembre 2019), EU-Silc.

Avertissement

Sauf mention contraire, les données nationales se réfèrent à la France métropolitaine et aux cinq départements d’outre-mer (sauf mention contraire Mayotte est inclus dans les données de la France).

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d’une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Les comparaisons internationales s’appuient en général sur les données issues d’organismes internationaux (Eurostat, ONU, etc.) qui peuvent diverger des sources produites par les instituts nationaux de statistiques, notamment pour l’Insee, pour les données françaises. En effet, ces organismes effectuent souvent des ajustements de champ ou de méthode, d’ampleur souvent réduite, afin de produire des données comparables d’un pays à l’autre.

Sauf précision contraire, les indicateurs relatifs à l’Union européenne (UE) figurant dans cet ouvrage portent sur l’UE à 28.

Définitions

Aides au logement : il faut distinguer cinq types d’aides au logement :

– Les prestations d’aide au logement sont des aides versées aux consommateurs de service de logement (les occupants, qu’ils soient locataires ou propriétaires) pour couvrir une partie de leur dépense de logement. Elles incluent, pour le logement, les aides personnelles au logement, ainsi que d’autres prestations plus marginales (FSL, primes de déménagement, ALT, part logement de l’ASH, subventions de l’Action logement à la mobilité…).

– Les subventions d’exploitation sont des aides versées aux producteurs de service de logement (bailleurs) pour influencer leur niveau de production, leur prix, ou la rémunération des facteurs de production.

– Les subventions d’investissement sont également versées aux producteurs de service de logement afin de diminuer le coût de leurs investissements liés à la construction de logements neufs et de locaux d’hébergement collectif ou à des bailleurs et des propriétaires pour la rénovation de logements anciens.

– Les avantages de taux résultent de crédits accordés à des taux inférieurs à ceux pratiqués sur le marché bancaire. Ces prêts à taux bas visent en très grande majorité à stimuler l’investissement en logements des producteurs de service de logement (bailleurs), notamment des bailleurs sociaux (qui bénéficient d’un financement sur les ressources du livret A) et en résidences principales des ménages (PTZ).

– Les avantages fiscaux sont essentiellement des mesures visant à favoriser l’investissement en logement. Ils concernent donc avant tout les producteurs de service de logement.

Bailleurs privés : ménages propriétaires bailleurs, autres bailleurs personnes morales (associations, mutuelles, banques, sociétés d’assurance, sociétés immobilières, etc.).

Bailleurs publics : organismes d’habitation à loyer modéré (HLM), société d’économie mixte (SEM), État, collectivités locales et établissements publics.

Dépenses courantes de logement : dépenses que les ménages consacrent à l’usage courant de leur logement. Il s’agit, en premier lieu, des loyers que doivent acquitter les locataires et des loyers que les propriétaires occupants auraient à acquitter s’ils étaient locataires de leur logement. Elles prennent en compte également les dépenses en énergie et en eau, les charges locatives, les travaux d’entretien courant, les impôts et taxes.

Enquête Logement : l’une des principales enquêtes de l’Insee par son ancienneté (1955) et la taille de son échantillon (plus de 36 000 logements répondants en 2013). C’est la source statistique majeure pour décrire le parc de logements et les conditions d’occupation par les ménages de leur résidence principale. Elle permet également de mesurer le coût du logement. Le champ de l’enquête est constitué des résidences principales, à l’exclusion des communautés et des habitations mobiles.

Indice de référence des loyers (IRL) : créé en janvier 2006 et prenant la suite de l’indice du coût de la construction (ICC), l’IRL a été modifié en février 2008 et correspond désormais à la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’évolution des prix à la consommation hors tabac et hors loyers.

Logement : local utilisé pour l’habitation. Les logements sont répartis en quatre catégories : résidences principales, résidences secondaires, logements occasionnels, logements vacants. Il existe des logements ayant des caractéristiques particulières, mais qui font tout de même partie des logements au sens de l’Insee : les logements-foyers pour personnes âgées, les chambres meublées, les habitations précaires ou de fortune (caravanes, mobile home, etc.).

Loyer : somme versée par un locataire en contrepartie de la jouissance d’un logement. Le loyer ne comprend pas les charges locatives qui sont destinées à couvrir un certain nombre de dépenses dues par le locataire et liées à la consommation d’eau et d’énergie, l’utilisation de l’ascenseur, le chauffage collectif le cas échéant, une partie des dépenses d’entretien ou de réparation des parties communes, les taxes d’enlèvement des ordures ménagères, etc.

Propriétaire accédant : propriétaire qui a encore des emprunts à rembourser pour l’achat de sa résidence principale.

Propriétaire non accédant : propriétaire de sa résidence principale qui n’a plus de prêt en cours.

Résidence principale : logement occupé de façon habituelle et à titre principal par une ou plusieurs personnes qui constituent un ménage. Depuis 2005, une résidence principale peut comporter plusieurs ménages si ceux-ci ont des budgets séparés.

Définitions