Mayotte : Recensement de la population de 2007Une population multipliée par quatre en 30 ans

Christophe Trouillard, Camélia Louachéni et Matthieu Morando, Antenne Insee de Mayotte

Au 31 juillet 2007, 186 000 personnes habitent la Collectivité départementale de Mayotte. En cinq ans, la population a augmenté de 26 000 habitants. L’accroissement naturel explique intégralement cette augmentation : le nombre de naissances est largement supérieur à celui des décès, alors que le solde migratoire devient négatif sur la même période. La population reste jeune, les moins de 20 ans représentent plus de la moitié de la population. La part de la population étrangère continue à augmenter, elle passe de 34 % en 2002 à 41 % en 2007. Les conditions de logement des ménages modestes restent précaires, même si l'équipement et le confort domestique progressent. Le nombre d’emplois augmente et permet ainsi de contenir le chômage, qui demeure cependant élevé.

Publications grand public
Insee Première – No 1231
Paru le : 01/04/2009

La croissance démographique reste dynamique

La population de Mayotte a été multipliée par quatre en moins de 30 ans, portée par une natalité très élevée et par une immigration provenant pour l’essentiel des îles voisines. Le taux de fécondité des femmes diminue lentement ; il reste très élevé à tous les âges, particulièrement pour les mères nées à l’étranger. Ces dernières sont à l’origine de 72 % des naissances enregistrées à Mayotte en 2007. L’indice synthétique de fécondité des mères nées à l’étranger est de 6,4 enfants par femme contre 3,4 enfants pour les mères nées en République française (à Mayotte, ou ailleurs sur le territoire national). Cette forte natalité, associée à une mortalité faible, est à l’origine d’un solde naturel excédentaire de 33 000 personnes (tableau 1).

Le solde migratoire devient négatif (− 7 000 personnes) sur la période intercensitaire (c’est-à-dire entre les recensements d’août 2002 et d’août 2007). L’émigration, notamment étudiante, est de plus en plus marquée et le renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine conduit en fin de période à un équilibre entre les entrées et les sorties (sur ce type de flux). La population augmente en moyenne de + 3,1 % chaque année sur la période 2002-2007 (graphique 1), un taux en baisse d’un point par rapport à la période intercensitaire précédente (1997-2002). La croissance démographique reste néanmoins bien supérieure à ce qu’elle est au niveau national ou même à la Réunion (+ 0,7 % et + 1,5 % respectivement de taux de croissance annuel moyen sur la période 1999-2007). Elle est aussi légèrement supérieure à celle observée aux Comores (+ 2,8 % de taux de croissance annuel moyen sur la période 1990-2006).

La densité de population de Mayotte a passé le seuil des 500 habitants par km² (511 habitants par km² en 2007, contre 439 habitants par km² en 2002). La densité des communes les plus peuplées continue à s’accroître fortement ; elle dépasse ainsi les 2 000 habitants par km² dans les deux communes de Petite-Terre. Après l’île Maurice, Mayotte reste donc l’île la plus densément peuplée du sud-ouest de l’océan Indien, et sa densité de population est nettement plus élevée que celle des Comores (300 habitants par km²).

Graphique 1 – Taux de croissance annuel moyen par période intercensitaire

  • Source : Insee, recensements de la population.

Tableau 1 – Bilan démographique de Mayotte, période intercensitaire

Bilan démographique de Mayotte, période intercensitaire
Effectifs
Population en 2002 160 000
Naissances domiciliées + 37 000
Décès (*) − 4 000
Solde migratoire (*) − 7 000
Population en 2007 186 000
  • (*) : estimations.
  • Sources : Insee, recensements de la population, état civil.

La moitié de la population a moins de 20 ans

Avec un âge moyen de 22 ans, la Collectivité départementale de Mayotte reste le territoire de la République dont la population est la plus jeune. Les moins de 20 ans représentent 54 % de la population en 2007. La scolarisation progresse. Quasiment tous les enfants résidant à Mayotte fréquentent maintenant au moins l’école primaire et le niveau atteint en sortie du système scolaire s’améliore progressivement. En 2007, 17 % des personnes de 15 ans ou plus sorties du système scolaire ont un niveau baccalauréat ou supérieur, contre 13 % en 2002. Cependant, la part des personnes n’ayant jamais été scolarisées est toujours importante : elle représente 44 % des plus de 15 ans, contre 46 % en 2002. 60 % de ces personnes jamais scolarisées savent néanmoins lire et écrire le mahorais et l’arabe, plus rarement le français.

À l’autre extrémité de la distribution par âge, moins de 4 % de la population mahoraise a plus de 60 ans, contre plus de 20 % en métropole. Parmi les seniors (plus de 50 ans), seulement 28 % lisent et écrivent le français, et 34 % le parlent (respectivement + 5 points et + 6 points par rapport à 2002).

Une natalité encore forte

La pyramide des âges de la population mahoraise (graphique 2) est caractéristique des territoires à forte natalité dont l’entrée dans la phase de transition démographique est récente. Elle ne se déforme que très progressivement dans le temps. Son profil est proche de celui de la pyramide des âges de la population guyanaise. Sa base est très large et continue à s’élargir en raison d’une natalité forte. Son sommet se resserre rapidement, effet d’une croissance très rapide de la population associée à une espérance de vie plus faible dans le passé. La faible capacité d’accueil dans l’enseignement supérieur, conduit les étudiants à émigrer pour poursuivre leurs études, ce qui explique le déficit des tranches d’âge de 20 et 30 ans. On retrouve ce creux pour les générations étudiantes dans les pyramides des âges des départements d’outre-mer.

Graphique 2 – Pyramide des âges

  • Source : Insee, recensements de la population.

Des mouvements migratoires plus marqués pour les 20-40 ans

De manière plus spécifique à Mayotte, la structure de la population âgée de 25 à 39 ans est marquée par l’importance des flux migratoires dans cette tranche d’âge : en 2007, 57 % des 25-39 ans sont nés à l’étranger, contre 32 % pour l’ensemble de la population. Par ailleurs, les 15-29 ans de 2002, devenus les 20-34 ans de 2007, représentent une part inférieure de la population d’un recensement à l’autre. Cette évolution est plus marquée chez les hommes que chez les femmes, notamment en raison du renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine. Le nombre d’hommes âgés de 20 à 30 ans pour 100 femmes du même âge est ainsi tombé de 83 hommes en 2002 à 73 hommes pour 100 femmes en 2007.

Plus de 40 % de la population est de nationalité étrangère

La part de la population de nationalité étrangère continue sa progression, passant de 34,4 % en 2002 à 40,7 % en 2007. La nationalité comorienne est très largement majoritaire. Près d’un tiers (23 000 personnes) des 75 000 étrangers recensés au 31 juillet 2007 sont nés à Mayotte (graphique 3). Ces personnes, bien que nées sur le territoire de Mayotte, sont de nationalité étrangère parce que leurs deux parents sont immigrés. Pour la plupart, elles sont âgées de moins de 16 ans. Les modalités d’accès à la nationalité française leur permettront de l’acquérir, à 13 ou 16 ans, sous réserve de répondre aux conditions réglementaires en vigueur.

Graphique 3 – Population selon la nationalité et le lieu de naissance

  • Source : Insee, recensements de la population.

Davantage de familles monoparentales

La croissance du nombre de ménages (+ 24 % en cinq ans) est plus marquée que celle de la population (+ 16 %), en raison de la diminution du nombre de personnes par ménage (4,1 personnes par ménage en 2007 contre 4,3 en 2002). Les ménages d’une personne ont le plus augmenté : ils représentent 13 % des ménages en 2007, soit 6 000 ménages, contre 3 800 en 2002. Plus de 80 % des Mahorais vivent dans une famille , et 60 % des plus de 15 ans vivent en couple, un taux en légère baisse par rapport à 2002. Les couples dont les conjoints sont de nationalités différentes représentent 24 % des couples ; les trois quarts d’entre eux sont formés d’un homme de nationalité française et d’une femme de nationalité étrangère.

En 2007, 7 000 familles monoparentales résident sur l’île, chiffre en très nette augmentation par rapport à 2002 (4 800 familles). Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette évolution : l’augmentation du nombre de femmes séparéees de leur conjoint ou l’existence de familles en situation irrégulière dont le père a fait l’objet d’une mesure de raccompagnement.

Un secteur privé de plus en plus dynamique

Les 6 400 emplois créés sur la période 2002-2007 n’ont pas permis d’absorber totalement l’augmentation de la population active (+ 7 000 personnes sur la même période). Le chômage a néanmoins baissé de trois points en cinq ans. À 26,4 % en 2007, il reste élevé, supérieur de deux points à celui de la Réunion.

Même si le secteur public reste le premier employeur de l’île en termes d’emplois salariés, l’emploi privé est de plus en plus dynamique. Le secteur tertiaire bénéficie de l’essor du commerce - dont les structures, les modalités de vente et les conditions d’emploi des salariés se modernisent - et du BTP, porté à la fois par les mesures de défiscalisation et une commande publique structurellement élevée. La mutation, perceptible depuis une vingtaine d’années, d’une société agricole vers une société de services se confirme donc. Par ailleurs la proportion de salariés dans la population active ayant un emploi a plus que doublé en 30 ans, passant de 30 % en 1978 à 68 % en 2007.

Les femmes et les jeunes restent en retrait du marché du travail

Le taux d’activité des jeunes de moins de 25 ans stagne, après avoir très fortement baissé sur la période intercensitaire précédente. Cette stagnation est à rapprocher de la stabilisation du taux de scolarisation des jeunes de 15 à 24 ans. Le taux d’activité des femmes reste faible, même s’il a légèrement progressé au-delà de 40 ans depuis 2002. Le manque de structures permettant d’accueillir les enfants, qui n’ont école que le matin, explique la proportion élevée de mères se déclarant « femmes au foyer ». Le taux d’emploi des femmes a en revanche assez fortement augmenté depuis 2002, et ce à tous les âges.

Entre 2002 et 2007, le chômage baisse de trois points

Bénéficiant du développement économique de l’île, le taux de chômage, au sens du recensement, a fortement baissé ces dernières années (29 % en 2002 puis 26 % en 2007). Il reste cependant très élevé pour les étrangers, qui représentent près de la moitié des chômeurs en 2007 (tableau 2).

Le chômage à Mayotte est principalement dû à l’inadéquation entre l’offre et la demande d’emploi. L’économie locale, en forte croissance, génère des emplois auxquels ne peut prétendre une bonne partie de la population, encore faiblement qualifiée, et sans expérience professionnelle.

Tableau 2 – Taux de chômage selon le sexe, l'âge et la nationalité

Taux de chômage selon le sexe, l'âge et la nationalité
en %
2002 2007
Taux de chômage selon le sexe
Hommes 18,9 19,7
dont 15-25 ans 41,9 34,0
Femmes 45,7 35,9
dont 15-25 ans 66,8 50,9
Taux de chômage selon l'âge
15-25 ans 52,8 41,5
50-60 ans 20,0 19,9
Taux de chômage selon la nationalité
Étrangers 37,8 33,9
Français 24,0 21,7
dont nés à Mayotte 28,2 26,0
nés en métropole 4,5 4,4
  • Note : le taux de chômage est ici mesuré au sens du recensement (définitions) et non pas au sens du BIT.
  • Source : Insee, recensements de la population.

Un parc immobilier stable, des équipements domestiques en progression

Le parc immobilier de Mayotte est récent. Plus de la moitié des résidences principales ont moins de dix ans, et leur taille moyenne augmente. Les logements en dur ne représentent que 57 % du parc immobilier en 2007, comme en 2002. Le nombre de logements en tôle continue d’augmenter avec 7 000 logements supplémentaires depuis 2002. En revanche, la part des logements en matériaux traditionnels (torchis, raphia, etc.) baisse fortement.

Le confort des logements continue de s’améliorer, avec cependant des évolutions différentes selon le type d’équipement. Si l’accès à l’eau du réseau s’est généralisé grâce à un service de bornes publiques et à la solidarité de voisinage (branchement spontané sur le réseau ou chez un voisin raccordé), seuls 75 % des ménages sont alimentés en eau directement dans le logement ou dans l’enclos (ensemble du terrain clos dans lequel se situe la maison traditionnelle mahoraise). Le taux de raccordement au réseau électrique augmente fortement, passant de 76 % en 2002 à 92 % en 2007.

L’équipement en télévision continue sa forte progression. L’équipement des ménages en matériels informatiques et en lave-linge reste en revanche modeste (tableau 3).

Tableau 3 – Comparaison des taux d'équipement à Mayotte, à la Réunion et en métropole

Comparaison des taux d'équipement à Mayotte, à la Réunion et en métropole
en %
Équipement Mayotte Mayotte La Réunion Métropole
2002  2007  2006 2006 
Réfrigérateur 44,4 56,4 98,5 97,5
Congélateur (seul) 30,0 53,8 54,8 53,8
Lave-linge 12,9 20,4 87,6 91,0
Téléviseur 61,3 81,9 95,6 95,0
Ordinateur 7,4 16,7 38,6 55,7
  • Sources : Insee, recensements de la population, enquête Budget de famille 2006.

Sources

Les données présentées dans cet article proviennent principalement du recensement de la population de la Collectivité départementale de Mayotte, réalisé en août 2007 (avec une date de référence au 31 juillet 2007).

Le recensement de la population concerne toutes les personnes ayant leur résidence principale à Mayotte, quelle que soit leur nationalité ou leur situation administrative. Pour les étrangers, l’Insee ne distingue pas les personnes en situation régulière de celles qui ne le seraient pas : seuls le lieu de naissance et la nationalité de la personne sont demandés sur le questionnaire individuel.

L’état civil de Mayotte est récent et il est encore très fréquent que les décès ne soient pas déclarés ; les taux de mortalité ont donc été estimés par l’Insee en appliquant des tables de mortalité à la population résidente. Concernant les naissances, toutes celles enregistrées au Centre hospitalier de Mayotte ont été retenues, soit un chiffre supérieur aux naissances enregistrées par l’état civil, 5 % à 10 % des naissances continuant à ne pas y être déclarées. Près de 5 000 enfants nés à Mayotte depuis août 2002 ont quitté le territoire avant la date de référence du recensement (émigration de familles mahoraises, départ de familles réunionnaises ou métropolitaines, ou reconduite aux frontières de familles étrangères en situation irrégulière) ; ces départs expliquent plus de 70 % du solde migratoire.

Définitions

Le taux de fécondité est le nombre moyen d’enfants nés vivants rapporté à la population féminine en âge de procréer (15-49 ans).

L’indice synthétique de fécondité (ISF) est la somme des taux de fécondité par âge pour une année donnée. Il indique le nombre moyen d’enfants que mettrait au monde chaque femme d’une génération, dont les taux de fécondité par âge seraient ceux de l’année considérée.

Le solde naturel (ou accroissement naturel ou excédent naturel de population) est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d’une période. Les mots « excédent » ou « accroissement » sont justifiés par le fait qu’en général le nombre de naissances est supérieur à celui des décès. Mais l’inverse peut se produire, et le solde naturel est alors négatif.

La transition démographique est le passage d’un régime démographique traditionnel, où la fécondité et la mortalité sont élevées, à un régime moderne où la fécondité et la mortalité sont beaucoup plus faibles.

Un ménage est constitué de l’ensemble des personnes vivant dans un même logement.

Une famille est une partie d’un ménage comprenant au moins deux personnes et constituée, soit d’un couple (marié ou non) avec ou sans enfants, soit d’un adulte avec un ou plusieurs enfants. Dans ce dernier cas, il s’agit d’une famille monoparentale.

Le taux d’activité, dans une population donnée, est le rapport entre la population active et la population totale correspondante.

Le taux d’emploi est le rapport entre le nombre d’actifs ayant un emploi et la population totale correspondante.

Est considéré comme chômeur, au sens du recensement, toute personne se déclarant sans emploi, en recherche effective de travail, et immédiatement disponible. Ces concepts diffèrent de ceux du Bureau international du travail (BIT).

Un immigré est un résident né étranger à l’étranger. Sur 75 808 étrangers recensés à Mayotte, 23 438 y sont nés et ne sont donc pas comptés comme immigrés. Aux 52 370 restants, il convient d’ajouter 3 577 immigrés ayant acquis la nationalité française. Mayotte compte donc un total de 55 947 immigrés.