L’hôtellerie et les campings en 2006 : une bonne année pour le haut de gamme

Marie-Anne Le Garrec, direction du Tourisme

Après une bonne année 2005, la fréquentation touristique se maintient dans les hôtels en 2006 et s’accroît sensiblement dans les campings. Dans les hôtels, le nombre des nuitées est proche de celui de l’année 2005. La fréquentation hôtelière française progresse grâce à la clientèle d’affaires, tandis que celle des touristes étrangers recule légèrement. Les hôtels haut de gamme affichent les meilleurs résultats en 2006, pour les taux d’occupation comme pour les nuitées. Leur parc ne cesse de se développer. L’hôtellerie de plein air réalise une bonne saison 2006, avec une hausse des nuitées de 2,5 % par rapport à 2005. Comme l’année précédente, les emplacements équipés d’un hébergement léger sont plébiscités par rapport aux emplacements nus, et la fréquentation progresse dans les campings haut de gamme. L’Île-de-France attire une importante clientèle d’affaires française au second semestre. Dans l’hôtellerie comme dans les campings, l’Aquitaine et les Pays de la Loire réalisent une excellente saison 2006.

Une progression plus marquée dans les campings que dans l'hôtellerie

Avec 192 millions de nuitées, l’hôtellerie de tourisme connaît en 2006 un niveau d’activité voisin de celui de 2005. Les nuitées françaises sont en hausse grâce à une excellente fréquentation d’affaires. La fréquentation étrangère est en léger recul en raison d’un effritement de quelques grandes clientèles européennes, mais de nouvelles clientèles émergent, notamment en provenance d’Europe de l’Est ou de Chine. De plus, les séjours hôteliers ont tendance à s’allonger légèrement en 2006 : de 0,3 % pour les Français et de 2,4 % pour les touristes étrangers.

L’hôtellerie de plein air affiche un bon bilan, avec 100 millions de nuitées pour la saison 2006, soit 2,5 millions de plus qu’en 2005 sur la même période (tableau 1). Ce bon résultat est dû aux campeurs français dont les nuitées augmentent de 2,1 % par rapport à la saison 2005, mais plus encore aux campeurs étrangers (+ 3,3 %).

Tableau – Fréquentation des hôtels et campings en 2006

Fréquentation des hôtels et campings en 2006
Nuitées 2006 (en milliers) Hôtellerie de tourisme Campings classés
Total Français Étrangers Total Français Étrangers
Alsace 5 553 3 337 2 217 886 415 471
Aquitaine 8 490 6 947 1 543 13 214 8 776 4 439
Auvergne 3 511 3 071 440 1 707 1 280 427
Basse-Normandie 4 564 3 402 1 162 2 724 1 652 1 071
Bourgogne 4 765 3 248 1 517 1 191 439 753
Bretagne 6 889 5 601 1 289 9 758 7 034 2 723
Centre 5 776 4 349 1 427 1 654 803 851
Champagne-Ardenne 2 620 1 768 852 668 276 392
Corse 2 760 1 973 787 3 627 2 048 1 580
Franche-Comté 1 954 1 646 307 1 141 452 689
Haute-Normandie 2 918 2 119 799 622 334 288
Île-de-France 62 066 28 513 33 553 1 125 239 885
Languedoc-Roussillon 7 682 6 067 1 614 15 981 10 496 5 485
Limousin 1 307 1 132 175 870 565 305
Lorraine 3 585 2 868 717 922 365 557
Midi-Pyrénées 9 546 6 383 3 163 4 312 2 894 1 418
Nord - Pas-de-Calais 5 976 4 134 1 843 927 562 365
Pays de la Loire 5 795 5 103 692 10 174 7 542 2 632
Picardie 2 492 1 785 708 1 046 411 635
Poitou-Charentes 4 487 3 951 536 6 609 5 452 1 157
Provence-Alpes-Côte d’Azur 21 113 12 577 8 536 13 318 7 484 5 834
Rhône-Alpes 18 134 13 079 5 055 7 586 4 227 3 359
France 191 983 123 054 68 929 100 062 63 748 36 314
  • Sources : enquête de fréquentation hôtelière, enquête de fréquentation dans les campings - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

L’hôtellerie haut de gamme gagnante

Ce sont les hôtels haut de gamme, de catégorie 3 étoiles et surtout 4 étoiles, qui réalisent les meilleures progressions en 2006 (graphique 1). Après un point bas en 2003, les taux d’occupation comme le nombre des nuitées passées dans ces hôtels n’ont cessé de progresser. Ce sont d’ailleurs les deux catégories d’hôtels qui se sont le plus développées en 2006 (encadré).

Le taux d’occupation moyen des hôtels 4 étoiles - 4 étoiles luxe a reculé pendant trois ans, de 2001 à 2003, en raison de la désaffection des clientèles à fort pouvoir d’achat : américaine, japonaise ou en provenance du Proche et du Moyen-Orient. Depuis 2004, ce taux se redresse régulièrement et en 2006, il progresse à nouveau de 3,8 points, pour s’établir à 66,2 %. Les clientèles américaine et japonaise sont revenues en 2004-2005, et 2006 voit l’émergence de la clientèle chinoise. La fréquentation française progresse également dans les hôtels 4 étoiles en 2006, qui retrouvent ainsi leur taux d’occupation de l’année 2001.

Les hôtels 3 étoiles affichent eux aussi une hausse par rapport à l’année précédente de leur taux d’occupation (+ 1,6 point) comme de leurs nuitées (+ 1,8 %). Cette bonne performance est à mettre à l’actif de la clientèle française, car dans cette catégorie d’hôtels la clientèle étrangère diminue légèrement en 2006.

Les hôtels de milieu de gamme, 1 ou 2 étoiles, réalisent une année moyenne : leur taux d’occupation progresse mais le nombre de leurs nuitées diminue légèrement par rapport l’année 2005. Ce recul des nuitées est en partie dû à celui de l’offre en chambres de ces catégories d’hôtels.

En revanche, pour les hôtels économiques 0 étoile, l’année 2006 est assez médiocre : leur taux d’occupation (– 0,4 point) comme le volume de leurs nuitées (– 4,9 %) baissent par rapport à l’année précédente, tant pour la clientèle française qu’étrangère.

Graphique 1 – Taux d’occupation des hôtels de tourisme

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Campings : une bonne saison grâce aux emplacements locatifs

Pour la deuxième année consécutive, l’hôtellerie de plein air affiche un bon résultat en 2006, qui concerne autant la clientèle française qu’étrangère. Après un excellent mois de juin, les campings réalisent un bon mois de juillet ; en août, malgré une météorologie défavorable, la fréquentation s’est maintenue grâce aux emplacements locatifs équipés d’un hébergement léger (bungalow ou mobile home).

En effet, quel que soit leur niveau de confort, les campings continuent à développer leur offre en emplacements locatifs, qui se substituent aux emplacements nus. Ainsi le nombre des ces emplacements locatifs augmente encore de 6 % cette année après une hausse de 13 % en 2005.

La fréquentation des campings sur la saison progresse uniquement grâce aux emplacements locatifs : les nuitées y augmentent de 13 % entre 2005 et 2006, tandis qu’elles diminuent de 2 % sur les emplacements nus. Les touristes français plébiscitent davantage ce type d’emplacements que les étrangers, ils y réalisent 36 % de leurs nuitées en 2006. Cette proportion augmente avec le niveau de confort du terrain : dans les campings 4 étoiles, ce sont 57 % des nuitées françaises qui sont effectuées sur un emplacement locatif.

Le taux d’occupation moyen de 33 % dans l’hôtellerie de plein air sur la saison masque aussi une forte disparité entre les emplacements nus et les emplacements locatifs : sur ces derniers, le taux d’occupation est à 49 % en moyenne sur la saison, contre seulement 29 % sur les emplacements nus. Il s’élève même à 82 % au mois d’août sur les emplacements locatifs (graphique 2). Cette recherche de confort avantage les campings haut de gamme : le taux d’occupation progresse de 2,3 points dans la catégorie 4 étoiles, de 0,8 point en 3 étoiles, alors qu’il reste stable dans les catégories 1 et 2 étoiles.

Plus souvent occupés, les emplacements locatifs sont aussi plus remplis : le nombre moyen de personnes sur les emplacements locatifs (3,4) est supérieur de 21 % à celui des emplacements nus (2,8). Par ailleurs, les touristes y séjournent en moyenne plus longtemps : 8 nuits, contre 5 seulement sur les emplacements nus. En conséquence, les emplacements locatifs recueillent 32 % des nuitées des campings classés en 2006, alors qu’ils ne représentent que 17 % de leur capacité.

Graphique 2 – Taux d’occupation des campings en août 2006

  • Source : enquête de fréquentation dans les campings - Insee, direction du Tourisme.

Les touristes étrangers privilégient le haut de gamme

Dans les hôtels, la clientèle européenne représente les trois quarts des nuitées des étrangers. Alors que la fréquentation européenne avait progressé en 2001 et 2002, elle s’effrite régulièrement depuis 2004 (graphique 3). La plupart des grandes clientèles européennes sont en repli, seules les nuitées des touristes espagnols ou des ressortissants de la plupart des pays de l’Est progressent fortement. En 2005, la clientèle espagnole est devenue la quatrième clientèle européenne, devant la clientèle belge ; elle conforte son avance en 2006 avec une progression de 8 % de ses nuitées par rapport à l’année précédente (graphique 4). Quant aux nuitées des touristes en provenance d’Europe de l’Est, en particulier des nouveaux membres de l’Union européenne, elles augmentent de 16 % par rapport à 2005.

La fréquentation américaine, qui avait chuté en 2003 avec le début de la guerre en Irak, avait repris à un rythme soutenu en 2004 et 2005. En 2006, les nuitées des touristes américains reculent de 3 % par rapport à 2005 ; mais ce recul, concentré sur les trois premiers mois de l’année 2006, pourrait être dû aux craintes suscitées par les événements survenus dans les banlieues en novembre 2005.

De même les nuitées des Japonais, en baisse durant le premier semestre, remontent au second semestre 2006. L’émergence de la clientèle chinoise se confirme : elle représente 1,1 million de nuitées sur l’année 2006, soit l’équivalent de 38 % de la fréquentation japonaise.

Les touristes étrangers qui fréquentent les hôtels privilégient nettement le haut de gamme, où ils passent la majorité de leurs nuitées en 2006 : 38 % d’entre elles dans des hôtels 3 étoiles et 20 % dans des 4 étoiles - 4 étoiles luxe.

Dans l’hôtellerie de plein air, la hausse de fréquentation de la clientèle étrangère est supérieure à celle de la clientèle française en 2006. Les étrangers représentent 36 % des nuitées et sont très majoritairement européens (97 %). Cette fréquentation européenne augmente pour la deuxième saison consécutive dans les campings, contrairement à l’hôtellerie de tourisme. Les campeurs étrangers privilégient les campings haut de gamme, de catégorie 3 ou 4 étoiles, qui accueillent 80 % de leurs nuitées.

Avec 42 % des nuitées étrangères, les Hollandais restent la principale nationalité étrangère fréquentant les campings français ; leurs nuitées progressent de 9 % par rapport à la saison 2005. Les Britanniques confortent leur deuxième place (+ 3 % de nuitées), devant les Allemands, dont la fréquentation stagne.

Graphique 3 – Évolution des nuitées hôtelières

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Graphique 4 – Principales clientèles étrangères de l’hôtellerie de tourisme

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

L’Aquitaine et les Pays de la Loire en tête

En 2006, la fréquentation des hôtels de l’espace urbain est du même ordre que l’année précédente. En Île-de-France en particulier, hormis un excellent score en avril grâce au week-end de Pâques, c’est au second semestre que l’hôtellerie obtient ses meilleurs résultats. C’est surtout la fréquentation française qui s’est avérée en forte hausse, grâce à une importante clientèle d’affaires attirée par les nombreux salons organisés à Paris en 2006, comme le Mondial de l’automobile ou Batimat. C’est en Aquitaine, dans le Nord - Pas-de-Calais et dans les Pays de la Loire que l’année hôtelière est la meilleure en 2006 (carte 1), avec une croissance de la clientèle française, mais plus encore de la clientèle étrangère.

Dans les campings, c’est incontestablement le littoral qui réalise la meilleure saison, avec une hausse de fréquentation de 4,4 % par rapport à la saison 2005. En 2006, les campings littoraux, qui offrent 47 % des emplacements, recueillent 57 % des nuitées. Ce bon résultat est en partie dû à la forte proportion d’emplacements locatifs dans les campings du littoral : 22 % de l’ensemble des emplacements de passage contre seulement 11 % dans les campings des espaces touristiques de l’intérieur du pays. Ces emplacements locatifs ont en particulier sauvé le mois d’août, affecté par des conditions climatiques particulièrement défavorables dans la plupart des régions.

Comme dans l’hôtellerie, l’Aquitaine et les Pays de la Loire réalisent une excellente saison 2006 ; les campings du littoral nord-ouest tirent eux aussi leur épingle du jeu cette année, du Nord - Pas-de-Calais à la Bretagne en passant par la Normandie (carte 2).

carte 1 – Nuitées dans les hôtels en 2006

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

carte 2 – Nuitées dans les campings en 2006

  • Source : enquête de fréquentation dans les campings - Insee, direction du Tourisme.

Encadré

La mutation de l’offre hôtelière : montée en gamme des hôtels

Entre janvier 1986 et janvier 2006, le parc de l’hôtellerie de tourisme s’est profondément modifié : il est passé de 20 000 hôtels offrant 497 000 chambres à 18 000 hôtels offrant 614 000 chambres. Le nombre d’hôtels s’est réduit, tandis que l’offre en chambres a fortement progressé (+ 24 % en 20 ans). La capacité moyenne par établissement a donc augmenté, passant de 25 à 34 chambres.

Les deux dernières décennies ont été marquées par le développement des chaînes hôtelières : en vingt ans, le nombre de chambres appartenant à des chaînes hôtelières a triplé. Depuis 1999, cette croissance marque légèrement le pas, même si le taux de pénétration de l’hôtellerie de chaîne continue d’augmenter. Au 1er janvier 2006, il dépasse 37 %, ce qui signifie qu’environ les deux tiers des chambres hôtelières en France sont encore indépendantes.

La majorité des hôtels français sont classés 2 étoiles, mais la part des hôtels « haut de gamme » (3 et 4 étoiles) progresse régulièrement depuis vingt ans. En effet, au 1er janvier 2006, ces deux catégories cumulent 38 % de l’offre en chambres contre seulement 27 % en 1986.

Dans les catégories économiques 0, 1 ou 2 étoiles, l’hôtellerie de chaîne s’est souvent substituée à l’hôtellerie indépendante. En revanche, c’est sur le segment du haut de gamme que les hôtels indépendants résistent le mieux, car c’est dans ce secteur qu’ils peuvent le mieux exprimer leur savoir-faire.

En 2006, l’offre hôtelière progresse à nouveau en catégorie 3 étoiles (+ 0,9 % par rapport à 2005) et 4 étoiles - 4 étoiles luxe (+ 1,8 %), car elle répond bien à la demande. En effet, pour la troisième année consécutive, les clientèles françaises et étrangères progressent dans ces deux catégories d’hôtels.

Graphique 5 – Nombre de chambres au 1er janvier

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Sources

L’enquête de fréquentation hôtelière est effectuée mensuellement auprès des hôtels classés tourisme (0 à 4 étoiles luxe) et des hôtels de chaînes non classés (NAF 55.1A et 55.1B). Elle est réalisée en partenariat entre l’Insee et la direction du Tourisme et bénéficie dans la plupart des régions d’une extension d’échantillon financée par les partenaires locaux du tourisme.

Les hôtels classés ou homologués tourisme sont, depuis l’arrêté du 14 février 1986, répartis dans l’une des six catégories de 0 étoile à 4 étoiles luxe.

Les conditions requises pour le classement portent sur le nombre de chambres de l’hôtel, les locaux communs (taille du hall de réception, existence d’ascenseur), l’équipement de l’hôtel (standard téléphonique, internet), la surface des chambres, le confort des sanitaires privés et communs, le niveau de service rendu par le personnel de l’hôtel.

L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie de plein air est réalisée elle aussi en partenariat entre l’Insee et la direction du Tourisme. Elle s’applique à l’ensemble des campings classés (1 à 4 étoiles) possédant au moins un emplacement de passage. Les campings possédant uniquement des emplacements loués à l’année ne sont pas enquêtés. Elle est réalisée mensuellement au cours de la saison d’été (mai à septembre).

Définitions

Séjours (ou arrivées) : nombre de clients différents qui séjournent une ou plusieurs nuits consécutives dans le même hôtel (ou le même camping).

Nuitées : nombre total de nuits passées par les clients dans un hôtel ou un camping ; ainsi, un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel correspondra à six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une seule nuit.

Taux d’occupation : rapport obtenu en divisant le nombre de chambres (ou d’emplacements) occupées par le nombre de chambres (ou d’emplacements) effectivement disponibles (c’est-à-dire en excluant les fermetures saisonnières).

Emplacement de passage : emplacement destiné à une clientèle touristique n’y élisant pas domicile. Un emplacement de passage peut être nu ou locatif, c’est-à-dire équipé d’un hébergement léger (chalet, bungalow, mobile home, habitation légère de loisir).