Une année 2007 excellente pour l'hôtellerie, plus mitigée pour les campings

Marie-Anne Le Garrec, service statistique de la direction du Tourisme

Dans les hôtels de tourisme, le nombre des nuitées progresse nettement en 2007 par rapport à 2006 (+ 2,6 %), surtout grâce aux touristes étrangers. La plupart des grandes clientèles européennes retrouvent en effet le chemin de la France. La Coupe du monde de rugby a aussi apporté sa contribution. En 2007 comme en 2006, les hôtels haut de gamme affichent les meilleures performances, pour les taux d’occupation comme pour les nuitées. Pour les campings, les conditions météorologiques n’ont pas été favorables. Le nombre des nuitées recule de 2,5 % par rapport à 2006. Toutefois, la fréquentation augmente très fortement pour les emplacements locatifs équipés d’un hébergement léger du type mobile home. Dans l’hôtellerie, les meilleures performances régionales sont réalisées par l’Île-de-France (grâce aux touristes étrangers) et les régions de l’Est (grâce au TGV). Pour les campings, la fréquentation augmente dans les régions méditerranéennes, qui ont bénéficié d’une météo plus agréable que le littoral Ouest.

L’hôtellerie haut de gamme gagnante

L’hôtellerie de tourisme comptabilise 199 millions de nuitées en 2007 en France métropolitaine (tableau). Comme en 2006, ce sont les hôtels haut de gamme, de catégorie 3 étoiles et surtout 4 étoiles, qui réalisent les meilleures progressions en 2007 (graphique 1). Leur fréquentation ne cesse de croître depuis le point bas de l’année 2003. Ce sont d’ailleurs les deux catégories d’hôtels qui se sont le plus développées depuis trois ans.

Après avoir progressé de 3,8 points en 2006, le taux d’occupation des hôtels 4 étoiles - 4 étoiles luxe augmente encore de 2,5 points en 2007, pour s’établir à 68,7 %. Si les clientèles étrangères sont encore très majoritaires dans ces hôtels haut de gamme avec 65 % des nuitées, la fréquentation française ne cesse de progresser : + 9 % en 2007 par rapport à l’année précédente.

Les hôtels 3 étoiles affichent eux aussi une forte hausse de leur taux d’occupation (+ 1,8 point) comme de leurs nuitées (+ 4,8 %). Cette bonne performance est à mettre à l’actif de la clientèle française, mais plus encore de la clientèle étrangère.

Pour les hôtels économiques ou de moyenne gamme, le taux d’occupation progresse plus modérément par rapport à l’année 2006, tout comme le nombre de  nuitées.

Graphique 1 – Taux d'occupation des hôtels de tourisme

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Tableau – Nombre de nuitées dans l'hôtellerie et les campings en 2007

Nombre de nuitées dans l'hôtellerie et les campings en 2007
en milliers
Région Hôtellerie de tourisme Campings classés
Total Français Étrangers Total Français Étrangers
Alsace 5 763 3 490 2 273 828 365 463
Aquitaine 8 638 7 069 1 569 12 741 8 386 4 356
Auvergne 3 404 2 991 413 1 492 1 096 396
Basse-Normandie 4 713 3 441 1 272 2 569 1 454 1 115
Bourgogne 4 831 3 290 1 541 1 132 411 721
Bretagne 6 943 5 623 1 320 8 844 6 375 2 468
Centre 5 869 4 367 1 502 1 617 742 875
Champagne-Ardenne 2 757 1 868 889 588 229 359
Corse 2 846 2 062 784 3 393 1 887 1 506
Franche-Comté 1 949 1 631 319 1 112 409 703
Haute-Normandie 2 891 2 105 786 544 295 249
Île-de-France 67 326 30 426 36 900 1 339 290 1 049
Languedoc-Roussillon 7 747 6 106 1 641 16 633 11 122 5 511
Limousin 1 319 1 155 164 738 470 267
Lorraine 3 823 3 039 784 798 312 486
Midi-Pyrénées 9 341 6 171 3 170 4 247 2 878 1 369
Nord - Pas-de-Calais 5 992 4 041 1 951 812 510 302
Pays de la Loire 5 884 5 140 744 9 909 7 628 2 281
Picardie 2 483 1 819 663 963 386 578
Poitou-Charentes 4 668 4 114 554 6 328 5 191 1 137
Provence-Alpes-Côte d'Azur 21 548 13 151 8 397 13 576 7 698 5 878
Rhône-Alpes 18 265 13 413 4 852 7 490 4 146 3 345
France métropolitaine 199 000 126 511 72 490 97 694 62 279 35 415
  • Sources : enquête de fréquentation hôtelière, enquête de féquentation dans les campings - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Campings : la saison sauvée par les emplacements locatifs

Les campings affichent en 2007 un total de 98 millions de nuitées. Après deux bonnes saisons consécutives en 2005 et 2006, le résultat est nettement plus médiocre, autant pour la clientèle française qu’étrangère. En effet, à l’exception des régions méditerranéennes, les mauvaises conditions météorologiques de la saison 2007 affectent fortement la fréquentation. Cette année, seules les régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur réalisent de bons résultats. Dans les autres régions, la fréquentation est en nette diminution. Toutefois, celle des emplacements locatifs équipés d’un hébergement léger (bungalow ou mobile home) progresse de 8 % par rapport à la saison 2006.

En effet, quel que soit leur niveau de confort, les campings continuent à développer leur offre en emplacements locatifs, qui se substituent aux emplacements nus. Ainsi, le nombre de ces emplacements locatifs augmente encore de 6,5 % en 2007 après une hausse de 6 % en 2006 et de 13 % en 2005. En 2007, près d’un emplacement sur cinq est équipé d’un mobile home.

Lors de la saison 2007, la fréquentation des campings progresse uniquement sur ces emplacements locatifs : les nuitées y augmentent de 8 % par rapport à 2006, tandis qu’elles diminuent de 7 % sur les emplacements nus. Les touristes français plébiscitent ce type d’emplacement et y réalisent 38 % de leurs nuitées en 2007. Cette proportion augmente avec le niveau de confort : dans les campings 4 étoiles, ce sont 60 % des nuitées françaises qui sont effectuées sur un emplacement locatif.

Le taux d’occupation moyen de 33 % dans les campings sur la saison masque aussi une forte disparité entre les emplacements nus et les emplacements locatifs : sur ces derniers, le taux d’occupation est de 50 % en moyenne, contre seulement 28 % sur les emplacements nus. Il s’élève même à 82 % au mois d’août sur les emplacements locatifs (graphique 2). Comme dans l’hôtellerie, ce sont les campings haut de gamme qui tirent leur épingle du jeu en 2007 : le taux d’occupation progresse uniquement dans la catégorie 4 étoiles, tout comme les nuitées. Ce bon résultat est dû à une recherche de qualité par la clientèle des campings, ainsi qu’à la forte proportion d’emplacements locatifs dans les campings 4 étoiles (38 % de leur offre).

Plus souvent occupés, les emplacements locatifs sont aussi plus remplis : le nombre moyen de personnes sur les emplacements locatifs (3,4) est supérieur de 23 % à celui des emplacements nus (2,8). De plus, les touristes y séjournent en moyenne plus longtemps : 8 nuits, contre 5 seulement sur les emplacements nus. En conséquence, les emplacements locatifs recueillent 38 % des nuitées des campings classés en 2007, alors qu’ils ne représentent que 19 % de leur capacité.

Graphique 2 – Taux d'occupation des campings en août 2007

  • Source : enquête de fréquentation dans les campings - Insee, direction du Tourisme.

La clientèle européenne est de retour dans l’hôtellerie

Dans les hôtels, la clientèle européenne représente les trois quarts des nuitées des étrangers. Alors que la fréquentation européenne s’effritait régulièrement depuis 2003 (graphique 3), elle est en nette reprise cette année. En effet, la plupart des grandes clientèles européennes sont de retour, à l’exception des Allemands. En 2007, les plus fortes hausses sont à mettre à l’actif des Espagnols (+ 11 %) et des Néerlandais (+ 7 %) ; les Britanniques sont également venus très nombreux (+ 3,5 %), attirés en particulier par la Coupe du monde de rugby (encadré). Les touristes suisses, scandinaves et russes sont aussi venus en nombre cette année.

La fréquentation américaine, qui avait chuté en 2003 avec le début de la guerre en Irak, a repris à un rythme soutenu en 2004 et 2005, puis stagné en 2006. Elle repart à la hausse en 2007 (graphique 4).

Les hausses de fréquentation de clientèles d’origine plus lointaine sont à mettre à l’actif des touristes sud-américains (en particulier argentins) et australiens, attirés eux aussi par la Coupe du monde de rugby. En revanche, les clientèles asiatiques reculent légèrement par rapport à l’année précédente.

Les touristes étrangers fréquentent plus volontiers les hôtels haut de gamme, où ils passent la majorité de leurs nuitées en 2007 : 39 % d’entre elles dans des hôtels 3 étoiles et 20 % dans des 4 étoiles - 4 étoiles luxe.

Dans les campings, après avoir augmenté pendant deux années consécutives, la clientèle étrangère est  en recul. Ses séjours sont stables mais ses nuitées reculent de 2,5 % par rapport à la saison 2006, ce qui montre que la durée moyenne de séjour raccourcit.

Les campeurs étrangers représentent 36 % des nuitées et sont très majoritairement européens (97 %). Ils privilégient les campings haut de gamme, de catégorie 3 ou 4 étoiles, qui recueillent 80 % de leurs nuitées.

Avec 42 % des nuitées étrangères, les Néerlandais restent la principale nationalité étrangère fréquentant les campings français ; leurs nuitées diminuent toutefois de 3,7 % par rapport à la saison 2006. Les Britanniques représentent 19 % des nuitées et les Allemands 17 %. Avec une hausse de 3,2 % de leurs séjours, les campeurs britanniques sont venus plus nombreux cette année, mais sont restés moins longtemps (− 1,5 % en nuitées) ; ils confortent toutefois leur seconde place, car la fréquentation des Allemands est restée identique à celle de la saison 2006.

Graphique 3 – Évolution des nuitées hôtelières

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Graphique 4 – Principales clientèles étrangères de l'hôtellerie de tourisme

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

L’Île-de-France et les régions de l’Est en tête

L’essentiel de la fréquentation de l’hôtellerie de tourisme se situe en ville : concentrant 56 % de l’offre hôtelière, les villes recueillent 64 % de l’ensemble des nuitées en 2007. Cette année, la fréquentation des hôtels de l’espace urbain progresse de 3,6 % par rapport à 2006. En Île-de-France en particulier, les hôtels ont vu leurs nuitées croître de 5 % par rapport à 2006, grâce aux touristes étrangers (+ 8 %). Leur retour, amorcé en avril avec le week-end pascal, s’est accentué jusqu’à la fin de l’année. La Coupe du monde de rugby n’est certainement pas étrangère à cette bonne performance.

L’hôtellerie obtient aussi d’excellents résultats dans les régions de l’Est (Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne) très vraisemblablement grâce à l’ouverture du TGV-Est en juin 2007 (carte 1). Dans les hôtels de ces trois régions, les nuitées de la clientèle française augmentent de 5 % et celles de la clientèle étrangère de 3 % à 9 % selon la région.

Dans les campings, seul le littoral méditerranéen réalise une bonne saison, avec une hausse de fréquentation de 3,4 % par rapport à la saison 2006. En effet, les conditions météorologiques très défavorables de l’été 2007 ont fortement affecté la fréquentation dans les autres régions. Dans ces dernières, c’est seulement pour les emplacements locatifs équipés d’un hébergement léger type mobile home que la fréquentation augmente par rapport à la saison 2006 (carte 2).

Carte 1 – Nuitées dans les hôtels en 2007

  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Carte 2 – Nuitées dans les campings en 2007

  • Source : enquête de fréquentation dans les campings - Insee, direction du Tourisme.

Encadré

L’effet « Coupe du monde de rugby » dans l’hôtellerie en 2007

La Coupe du monde de rugby s’est accompagnée d’une hausse très nette des taux d’occupation journaliers dans l’hôtellerie des villes ayant accueilli un ou plusieurs matchs, au mois de septembre comme au mois d’octobre. La hausse a été plus accentuée pour les matchs ayant eu lieu en week-end, c’est-à-dire entre le vendredi et le dimanche ; elle pouvait alors dépasser 40 points, comme le montre l’exemple de l’agglomération nantaise le 22 septembre (graphique). Lorsque le match avait lieu en semaine, le gain était moins net, en particulier dans les villes où le tourisme d’affaires est important, à Lyon, Marseille ou Paris par exemple.

En septembre, les hôtels ont également bénéficié de très fortes augmentations de fréquentation de touristes originaires des pays participants. Avec le camp de base et deux matchs de l’Irlande, Bordeaux a vu affluer les Irlandais en septembre. Les Britanniques sont venus en nombre pour les matchs se déroulant à Lens, à Nantes (camp de base des Gallois), à Saint-Etienne (camp de base de l’Écosse) ou à Paris. La fréquentation italienne a fortement augmenté dans les hôtels marseillais pour les deux matchs de l’Italie, tandis que les Sud-Américains fréquentaient Marseille et Paris où jouaient les Argentins. Enfin, la France était manifestement la destination à la mode en 2007 pour les Australiens qui sont arrivés nombreux dans les hôtels dès le mois de juillet, et jusqu’à la fin de l’année.

Lors des phases finales du mois d’octobre qui se déroulaient à Paris et à Marseille, les touristes venus des pays finalistes, mais aussi les Irlandais, grands amateurs de rugby, ont afflué. Les hôtels parisiens et marseillais ont fait le plein les jours de match, voire la veille lorsque le match avait lieu un samedi : le taux d’occupation était de 93 % à Marseille le 6 octobre ou à Paris le 13 octobre.

Seuls les touristes allemands ont évité la France en septembre et octobre, craignant probablement l’affluence constatée chez eux lors du récent Mondial de football.

Graphique – Taux d'occupation dans l'agglomération nantaise en septembre

  • Lecture : pour permettre la comparaison des taux d’occupation journaliers entre 2006 et 2007, on a superposé les jours de la semaine. Exemple : la première graduation correspond au samedi 1er septembre 2007 et au samedi 2 septembre 2006.
  • Source : enquête de fréquentation hôtelière - Insee, direction du Tourisme, partenaires régionaux.

Sources

L’enquête de fréquentation hôtelière est effectuée mensuellement auprès des hôtels classés tourisme (0 à 4 étoiles luxe) et des hôtels de chaînes non classés. Elle est réalisée en partenariat entre l’Insee et la direction du Tourisme et bénéficie dans la plupart des régions d’une extension d’échantillon financée par les partenaires locaux du tourisme.

Les hôtels classés ou homologués tourisme sont, depuis l’arrêté du 14 février 1986, répartis dans l’une des six catégories de 0 étoile à 4 étoiles luxe.

Les conditions requises pour le classement portent sur le nombre de chambres de l’hôtel, les locaux communs, l’équipement de l’hôtel, la surface des chambres, le confort des sanitaires privés et communs, le niveau de service rendu par le personnel de l’hôtel.

L’enquête de fréquentation dans les campings (« hôtellerie de plein air ») est réalisée elle aussi en partenariat entre l’Insee et la direction du Tourisme. Elle s’applique à l’ensemble des campings classés (1 à 4 étoiles) possédant au moins un emplacement de passage. Les campings possédant uniquement des emplacements loués à l’année ne sont pas enquêtés. Elle est réalisée mensuellement au cours de la saison d’été (mai à septembre).

Définitions

Séjours (ou arrivées) : nombre de clients différents qui séjournent une ou plusieurs nuits consécutives dans le même hôtel (ou le même camping).

Nuitées : nombre total de nuits passées par les clients dans un hôtel ou un camping ; ainsi, six nuitées seront comptabilisées, pour un couple séjournant trois nuits consécutives dans un hôtel, de même que pour six personnes ne séjournant qu’une seule nuit.

Taux d’occupation : rapport obtenu en divisant le nombre de chambres (ou d’emplacements) occupées par le nombre de chambres (ou d’emplacements) effectivement disponibles (c’est-à-dire en excluant les fermetures saisonnières).

Emplacement de passage : emplacement destiné à une clientèle touristique n’y élisant pas domicile. Un emplacement de passage peut être nu ou locatif, c’est-à-dire équipé d’un hébergement léger (chalet, bungalow, mobile home, habitation légère de loisir).