Principe 3 : Adéquation des ressources

Les ressources dont disposent les autorités statistiques sont suffisantes pour leur permettre de répondre aux exigences statistiques au niveau européen.

Méthodes
Dernière mise à jour le : 06/07/2016

Indicateur 1 : Des ressources humaines, financières et informatiques appropriées, tant sur le plan de la quantité que de la qualité, sont disponibles afin de répondre aux besoins actuels de statistiques.

Le budget de l'Insee figure dans les crédits ouverts au ministère chargé de l'Économie en application de la loi de finances. Ce budget comprend les crédits de personnel et de fonctionnement courant (personnel, matériel, acquisition et entretien d'immeubles, fournitures, impressions), des crédits pour rémunérer les enquêteurs recrutés par l'Insee et des crédits alloués pour des travaux non permanents tels des enquêtes particulières. L'Insee peut, en outre, bénéficier de ressources liées à la commercialisation de ses produits ou à des partenariats avec d'autres organismes...

L'Insee présente la particularité d'offrir à ses futurs cadres une formation initiale de très haut niveau dont l'excellence est reconnue. Le groupe des écoles nationales d'économie et de statistique (Genes) s'adapte en vue de s'inscrire dans les orientations gouvernementales et européennes sur l'enseignement supérieur, et de répondre aux besoins nouveaux de l'Insee en compétences. Le Genes est devenu établissement public le 1er janvier 2011, et une large part a vocation à rejoindre dans quelques années le campus de Palaiseau. Ce changement de statut a été préparé tout au long de l'année 2010 : il permettra à nos écoles et à nos centres de recherche de mieux asseoir leur rayonnement, en lien étroit avec l'Insee.

La formation continue des agents de l'Insee est parallèlement maintenue à un niveau élevé : en moyenne, environ 80 % des agents suivent au moins une formation chaque année. Une partie de cette formation est assurée par le Centre d'études des programmes économiques (Cepe) ou par le Centre de formation Insee de Libourne (Cefil).

L'informatisation de l'activité de production statistique de l'Insee a débuté dans les années soixante et s'est poursuivie depuis lors sans interruption. L'infrastructure informatique actuelle (réseau, serveurs, postes de travail, matériels d'impression, logiciels bureautiques, outils logiciels métier standard) peut être considérée comme satisfaisante. Les processus de production statistique sont très largement outillés au moyen d'applications informatiques dont le développement et la maintenance sont pilotés dans le respect de règles connues de tous. Les enquêtes réalisées ces dernières années auprès des utilisateurs internes ont mis en évidence un niveau de satisfaction global stable et élevé. L'ergonomie des applications mises à leur disposition est plus diversement appréciée : elles font appel, du simple fait de la date de leur conception, à des technologies variées.

Indicateurs 2, 3 et 4 : L'étendue, la précision et le coût des statistiques sont proportionnés aux besoins. Des procédures sont en place afin d'évaluer et de justifier les demandes de nouvelles statistiques par rapport à leur coût. Des procédures sont en place afin de vérifier la persistance des besoins pour toutes les statistiques, et de voir si certaines d'entre elles peuvent être interrompues ou réduites pour libérer des ressources.

Tous les cinq ans, le Conseil national de l'information statistique (Cnis) élabore un programme à moyen terme qui fixe les grandes orientations du développement de la statistique publique.

Le nouveau plan d'action intitulé Insee Ambition 2015 a pour objectif d'être au rendez-vous des problématiques de demain. Les ambitions qui en découlent donnent lieu à quatre chantiers de réflexion : accroître l'impact de l'Insee dans le débat public, mettre l'excellence technique et l'innovation au coeur de ses travaux, anticiper et s'organiser pour être plus réactif, dégager des marges de manoeuvre pour mieux remplir ses missions et répondre à de nouvelles demandes.

De nouvelles dispositions législatives ou des conclusions d'audits externes peuvent cependant conduire à des modifications de procédures ou de programmation des travaux de l'Insee.

L'Insee effectue deux fois par an un exercice de programmation des activités à trois ans. Cet exercice permet d'évaluer les moyens humains et financiers nécessaires à la réalisation des travaux statistiques et informatiques. Il donne lieu en tant que de besoin à des arbitrages entre les opérations ou projets en cours.

Les nouveaux projets font l'objet d'un examen en interne par un comité spécialisé. Ce comité examine l'enjeu de l'investissement : dimension du projet, évaluation des coûts, repérage des risques, attentes des utilisateurs, identification des gains, impact par rapport aux orientations stratégiques de l'Insee, place dans le système d'information.

Les enquêtes et études réalisées dans le cadre de conventions en partenariat avec Eurostat font l'objet d'un circuit de décision particulier au cours duquel sont analysés l'opportunité de répondre à l'appel d'offres ainsi que les moyens humains et financiers à mobiliser avec leur impact sur le plan de travail et sur le plan de financement de l'Institut.