Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Bilan énergétique de la France en 2013

Bilan énergétique de la France en 2013
en millions de tep
2011 (r) 2012 (r) 2013 (p)
Total Total Charbon Pétrole Gaz Électricité (1) ENRt (2) Total
p : données provisoires.
r : données révisées.
/// : absence de résultat due à la nature des choses.
(1) : nucléaire, hydraulique, éolien et photovoltaïque.
(2) : énergies renouvelables thermiques (bois, solaire thermique, biogaz, biocarburants, pompes à chaleur).
(3) : corrigée des variations climatiques.
(4) : hors soutes maritimes internationales.
Champ : France métropolitaine.
Source : SOeS.
Approvisionnement
Production d'énergie primaire 138,4 137,2 0,1 1,8 0,3 118,8 18,1 139,1
Importations 159,7 154,3 11,2 98,5 42,3 1,0 0,5 153,4
Exportations -35,0 -30,8 -0,1 -19,2 -4,5 -5,2 -0,2 -29,2
Variation de stocks (+ déstockage, - stockage) -1,5 1,6 0,7 -0,6 0,5 /// /// 0,6
Soutes maritimes internationales -2,5 -2,3 /// -2,1 /// /// /// -2,1
Total des disponibilités 259,2 260,0 11,8 78,4 38,6 114,6 18,3 261,7
Taux d'indépendance énergétique (en %) 53,4 52,8 1,1 2,3 0,7 103,6 98,6 53,1
Emplois
Consommation de la branche énergie 98,2 93,9 6,3 4,7 4,2 76,4 2,6 94,2
Consommation finale énergétique (3) 155,2 155,1 5,5 63,4 31,9 38,0 15,3 154,1
   Agriculture, industrie et sidérurgie 36,8 36,9 5,2 8,3 10,2 10,8 2,0 36,4
   Résidentiel, tertiaire 69,1 69,1 0,3 10,3 21,7 26,1 10,7 69,0
   Transports (4) 49,3 49,1 /// 44,8 0,1 1,1 2,7 2,7
Consommation finale non énergétique 12,4 11,9 0,1 9,8 1,4 /// /// 11,4
Consommation totale d'énergie primaire (3) 265,7 260,9 11,8 77,9 37,6 114,4 17,9 259,6
dont corrections climatiques 6,6 0,9 0,0 0,4 1,1 0,3 -0,4 -2,2

Téléchargement

Format Excel  Télécharger au format Excel (Série longue depuis 2007, 36 Ko)

Commentaire

En 2013, la production nationale d’énergie primaire atteint un nouveau record à un peu plus de 139 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep), soit 2 Mtep de plus que l'année précédente, grâce à la bonne tenue des énergies renouvelables, tant électriques que thermiques, qui ont chacune contribué à cette augmentation à hauteur d'environ 1 Mtep. Corrigée des variations climatiques, c’est-à-dire en tenant compte du fait qu’il a fait plus froid en 2013 qu’en 2012, la consommation primaire aurait au contraire diminué. Depuis deux ans, la consommation primaire, corrigée des variations climatiques, oscille autour de 260 Mtep.

Définitions à consulter sur le dictionnaire en ligne de l'Insee

Pour en savoir plus