Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Contributions à la croissance du PIB en volume en 2014

Contributions à la croissance du PIB en volume en 2014
en points de PIB, aux prix de l'année précédente
2011 2012 2013 2014
Champ : France.
Source : Insee, comptes nationaux - base 2010.
Dépenses de consommation finale 0,5 0,3 0,6 0,7
Ménages 0,2 -0,1 0,2 0,3
Administrations publiques 0,2 0,4 0,4 0,4
Institutions sans but lucratif au service des ménages 0,0 0,0 0,0 0,0
Formation brute de capital fixe 0,5 0,1 -0,1 -0,3
Sociétés et entreprises individuelles non financières 0,5 0,0 0,1 0,2
Sociétés et entreprises individuelles financières 0,1 0,1 -0,1 0,0
Administrations publiques -0,2 0,1 0,0 -0,3
Ménages hors entrepreneurs individuels 0,1 -0,1 -0,1 -0,3
Institutions sans but lucratif au service des ménages 0,0 0,0 0,0 0,0
Solde extérieur des biens et services 0,0 0,5 0,0 -0,5
Exportations 1,8 0,7 0,5 0,7
Importations -1,8 -0,2 -0,5 -1,2
Acquisitions nettes de cessions d'objets de valeur 0,0 0,0 0,0 0,0
Variation de stocks 1,1 -0,6 0,2 0,2
Produit intérieur brut 2,1 0,2 0,7 0,2

Téléchargement

Format Excel  Télécharger au format Excel (Série longue depuis 1950, 55 Ko)

Graphique associé

Afficher le graphique associé

Commentaire

En 2014, la croissance de l’économie française est faible : le produit intérieur brut en euros constants progresse de 0,2 %, après + 0,7 % en 2013. La consommation des ménages accélère légèrement. En revanche, le recul de l’investissement s’accentue. Les importations progressent à un rythme plus soutenu que les exportations, de sorte que les échanges extérieurs contribuent négativement à la croissance. L’augmentation du pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages est essentiellement due au dynamisme des prestations sociales en espèce et des revenus d’activité ainsi qu’au ralentissement des impôts. Le pouvoir d’achat par unité de consommation progresse à nouveau après trois années de recul. Le taux d’épargne des ménages se redresse, alors que le taux de marge des sociétés non financières atteint un point bas.

Définitions à consulter sur le dictionnaire en ligne de l'Insee

Pour en savoir plus