Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Occupation physique du territoire en 2010

Occupation physique du territoire en 2010
en milliers d'hectares
2008 (r) 2009 2010
r : données révisées.
Note : les évolutions sont à étudier avec précaution car les enquêtes successives présentent des ruptures de série.
Champ : France métropolitaine.
Source : service de la statistique et de la prospective (SSP), enquêtes Teruti et Teruti-Lucas.
Sols bâtis 814 835 849
Sols revêtus ou stabilisés 2 279 2 306 2 320
Autres sols artificialisés 1 665 1 705 1 733
Sols cultivés 18 759 18 782 18 783
Sols boisés 17 013 17 000 17 000
Landes, friches, maquis, garrigues 2 840 2 859 2 853
Surfaces toujours en herbe 9 587 9 511 9 462
Sols nus naturels 959 968 967
Zones sous les eaux 883 896 901
Zones interdites 121 56 51
Total 54 919 54 919 54 919
dont surfaces artificialisées en % 8,7 8,8 8,9

Téléchargement

Format Excel  Télécharger au format Excel (Série longue depuis 1981, 25 Ko)

Graphique associé

Afficher le graphique associé

Commentaire

En 2010, les sols cultivés ou toujours en herbe perdent 339 000 hectares au profit des sols artificialisés et 570 000 au bénéfice des sols naturels (landes ou friches et espaces boisés). Inversement, ils gagnent 156 000 hectares sur les sols artificialisés et 427 000 sur les sols naturels. En bilan net, ils diminuent de 327 000 hectares, soit une moyenne de –82 000 hectares ou –0,3% par an. Ce chiffre est à comparer aux 27,7 millions d’hectares qui ne changent pas. Les sols artificialisés (sols bâtis, sols revêtus ou stabilisés et autres sols artificialisés) progressent globalement de 315 000 hectares, soit une extension moyenne de 79 000 hectares ou 1,7% par an. Ils s’étendent aux dépens de 634 000 hectares de sols non artificialisés, mais réciproquement 320 000 hectares artificialisés retournent à des occupations agricoles ou naturelles. Au sein de l’espace agricole, seules les surfaces toujours en herbe diminuent de manière significative, – 464 000 hectares entre 2006 et 2010, au profit des sols artificialisés (77 000 ha) et des sols naturels (83 000 ha), mais surtout des sols cultivés (304 000 ha).

Pour en savoir plus