Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Stocks des investissements directs français à l'étranger et étrangers en France en 2014

Stocks des investissements directs français à l'étranger et étrangers en France en 2014
2011 2012 (r) 2013 (r) 2014
r : données révisées.
(1) : capitaux propres en valeur mixte (y compris investissements immobiliers). Dans les stocks en valeur mixte, les capitaux investis dans des sociétés cotées sont évalués à leur valeur boursière, tandis que les capitaux investis dans des sociétés non-cotées sont évalués à leur valeur comptable.
(2) : nombre d'investisseurs résidents ayant des filiales étrangères dont le montant des immobilisations financières au bilan est supérieur à 10 millions d'euros.
(3) : nombre d'entreprises étrangères investies dont le montant des capitaux propres détenus par des investisseurs résidents est supérieur à 5 millions d'euros.
(4) : depuis 2009, la base de données Esane de l'Insee est utilisée en complément du Fichier bancaire des entreprises (Fiben) de la Banque de France pour l'élaboration des stocks d'investissements étrangers en France.
Note : au 31 décembre.
Champ : France.
Sources : Banque de France ; Insee, Ésane.
Investissements français à l'étranger
Stocks (1) (en milliards d'euros) (r) 894,1 948,5 940,2 993,1
Investisseurs directs résidents (2) 1 607 1 731 1 840 1 859
Entreprises non résidentes investies (3) 6 721 7 010 7 373 7 477
Investissements étrangers en France (4)
Stocks (1) (en milliards d'euros) (r) 460,8 470,4 501,9 523,0
Investisseurs directs non résidents 18 551 16 852 16 103 16 482
Sociétés résidentes investies 19 229 17 395 16 572 17 101

Téléchargement

Format Excel  Télécharger au format Excel (Série longue depuis 2007, 28 Ko)

Commentaire

Selon la règle du Principe directionnel étendu, les prêts entre sociétés soeurs appartenant à un même groupe international ne sont plus classés en fonction du sens du prêt mais d'après la résidence de la tête de groupe. Cette méthode fait diminuer substantiellement le volume des flux et des stocks d'IDE par rapport à la méthode classique définie par la 5e édition du Manuel de la balance des paiements du FMI, utilisée notamment par Eurostat. Elle ne modifie cependant pas le solde des IDE. Les données de source française sont présentées aujourd'hui en application du principe directionnel étendu.

Définitions à consulter sur le dictionnaire en ligne de l'Insee

Pour en savoir plus