Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

À la fin du troisième trimestre 2015, la dette publique s'établit à 96,9 % du PIB

Dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques – 3e trimestre 2015

Avertissements : La dette trimestrielle étant fondée sur des sources comptables moins complètes que les comptes annuels, son profil demeure révisable pendant plusieurs trimestres.

La seule observation de la variation de la dette sur une période ne permet pas de déduire le déficit public. Pour passer de la variation de la dette brute au sens de Maastricht au déficit, il faut tenir compte de la variation des actifs financiers et de celle des autres comptes financiers à payer et à recevoir.

La dette publique diminue de 2,2 milliards d'euros par rapport au trimestre précédent

À la fin du troisième trimestre 2015, la dette publique de Maastricht s'établit à 2 103,2 Md€, en baisse de 2,2 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle diminue de 0,7 point par rapport au deuxième trimestre 2015, à 96,9 %. La dette publique nette décroît plus légèrement (-1,4 Md€).

La dette des administrations publiques locales et celle de l'État diminuent

Au troisième trimestre 2015 la contribution des administrations publiques locales (Apul) à la dette diminue (–1,6 Md€). Les communes remboursent 0,3 Md€ de prêts, les départements 0,7 Md€ et les régions 0,7 Md€. Le reste des Apul (syndicats intercommunaux, organismes divers d'administration locale) contribue pour +0,1 Md€.

La contribution de l'État à la dette décroît de 1,1 Md€. Cette baisse provient pour l'essentiel de la dette négociable à court terme (–2,0 Md€). Les dépôts des correspondants au Trésor augmentent légèrement (+0,7 Md€). Les encours de titres de créances à long terme et de prêts à court et long terme restent stables. Sur cette période, aucune opération n'a été réalisée dans le cadre du Fonds européen de stabilité financière (FESF, cf. encadré « Pour en savoir plus »). Par ailleurs, la contribution des organismes divers d'administration centrale (Odac) à la dette est stable.

La dette des administrations de sécurité sociale croît très légèrement

La contribution des administrations de sécurité sociale (Asso) à la dette augmente faiblement (+0,5 Md€) surtout du fait de l'Unedic (+1,1 Md€), de la Cnaf (+0,9 Md€) et de l'Acoss (+0,8 Md€). Au contraire, la Cades rembourse 1,3 Md€ de titres de créances négociables et 0,8 Md€ de dépôts de garantie.

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)
La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument
(en milliards d'euros)
(*) voir précisions dans l'encadré « Pour en savoir plus »
Source : Comptes nationaux base 2010 - Insee, DGFiP, Banque de France
2014T3 2014T4 2015T1 2015T2 2015T3
Ensemble des adm. publiques 2 035,4 2 037,8 2 089,4 2 105,4 2 103,2
en point de PIB (*) 95,6% 95,6% 97,4% 97,6% 96,9%
dont, par sous-secteur, consolidée (*) :
État 1 609,6 1 610,2 1 647,3 1 672,7 1 671,6
Organismes divers d'adm. centrale 21,3 22,6 22,1 22,0 22,0
Administrations publiques locales 180,2 188,2 187,4 186,2 184,6
Administrations de sécurité sociale 224,4 216,8 232,6 224,5 225,0
dont, par instrument :
Dépôts 40,5 40,0 38,3 40,9 41,6
Titres négociables 1 714,2 1 703,6 1 761,0 1 776,7 1 773,4
court terme 218,7 193,2 210,1 188,2 186,2
long terme 1 495,5 1 510,4 1 550,9 1 588,4 1 587,1
Crédits 280,7 294,1 290,1 287,8 288,2
court terme 10,3 11,8 17,6 15,2 14,0
long terme 270,4 282,4 272,5 272,6 274,2

Au troisième trimestre 2015, la dette publique nette diminue un peu moins que la dette brute

À la fin du troisième trimestre 2015, la dette nette des administrations publiques s'élève à 1 894,3 Md€, soit 87,3 % du PIB (contre 87,9 % au trimestre précédent), en baisse de 1,4 Md€. L'écart de 0,8 Md€ avec la diminution plus forte de la dette brute traduit principalement la baisse de la trésorerie de l'État (–3,1 Md€) partiellement compensée par la hausse de celle des Asso (+2,0 Md€) et des Odac (+0,2 Md€). En outre, le Fonds de réserve pour les retraites (FRR) a acheté 0,3 Md€ de titres de créance à des entités hors du périmètre des administrations publiques.

La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur
(en milliards d'euros)
2014T3 2014T4 2015T1 2015T2 2015T3
Ensemble des adm. publiques 1 828,2 1 850,4 1 867,4 1 895,7 1 894,3
dont :
État 1 491,3 1 506,3 1 514,1 1 547,8 1 549,8
Organismes divers d'adm. centrale 2,9 6,3 6,1 5,8 5,5
Adm. publiques locales 167,3 175,5 174,6 173,3 171,8
Adm. de sécurité sociale 166,6 162,3 172,6 168,8 167,1

Dette au sens de Maastricht et dette nette

Dette au sens de Maastricht et dette nette

La valeur globale des détentions en actions cotées et en titres d'OPC décroît

Au troisième trimestre 2015, la valeur des actions cotées et des titres d'organismes de placement collectif (OPC) détenus par les administrations publiques diminue de 12,5 Md€ pour atteindre 220,8 Md€. Ce sont surtout les actions cotées qui ont perdu de la valeur (–10,7 Md€), en particulier celles détenues par l'État (–9,2 Md€) et les Asso (–1,5 Md€). Les détentions de titres d'OPC diminuent de 1,8 Md€, principalement sous l'effet de la baisse des cours de la bourse.

Les actions cotées et les OPC détenues par les administrations publiques
(en milliards d'euros)
2014T3 2014T4 2015T1 2015T2 2015T3
Ensemble des adm. publiques 229,1 226,3 242,2 233,3 220,8
dont :
État 74,4 74,5 74,5 70,9 61,7
Organismes divers d'adm. centrale 31,8 30,6 35,2 34,1 34,1
Adm. publiques locales 0,2 0,2 0,2 0,1 0,1
Adm.de sécurité sociale 122,6 121,0 132,3 128,2 124,9

Actions cotées et titres d'OPC détenus par les APU

Actions cotées et titres d'OPC détenus par les APU

Informations Rapides

n° 324 - 23 décembre 2015

Dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques - 3e trimestre 2015

Prochaine parution le 30 septembre 2016 à 08h45 - 2e trimestre 2016

Pour en savoir plus