Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

À la fin du quatrième trimestre 2012, la dette publique s’établit à 1 833,8 milliards d’euros

Dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques – 4e trimestre 2012

La dette publique augmente de 15,8 milliards d’euros entre le 3e et le 4e trimestre 2012…

À la fin du quatrième trimestre 2012, la dette publique de Maastricht, qui est une dette brute, s’établit à 1 833,8 Mds€, en hausse de 15,8 Mds€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 90,2 %, en augmentation de 0,3 point par rapport au trimestre précédent. La dette publique nette progresse de 32,2 Mds€.

… sous l’effet d’une augmentation de l’endettement de l’État et des administrations publiques locales…

La contribution de l’État à la dette augmente fortement au quatrième trimestre (+18,7 Mds€). L’accroissement de l’endettement obligataire (+16,4 Mds€ dont 12,5 Mds€ de BTAN) est partiellement compensé par des remboursements importants de titres court terme (BTF) ce trimestre (-10,7 Mds€). Les emprunts à long terme souscrits en contrepartie des prêts accordés aux États en difficulté de la zone euro dans le cadre du FESF augmentent de 7,7 Mds€. Les dépôts au Trésor augmentent de 5,4 Mds€.

La contribution des administrations publiques locales augmente de +11,7 Mds€. En fin d’année, à l’approche de la clôture des comptes, les collectivités locales contractent des montants importants de crédits à long terme (+12,6 Mds€).

… tandis que l’endettement des organismes de sécurité sociale décroît parallèlement à une réduction de la trésorerie

La contribution des administrations de sécurité sociale diminue de 14,6 Mds€. Cette baisse est principalement imputable à la Cades (-15,6 Mds€, dont -12,9 Mds€ de titres court terme). L’Unedic (-4,2 Mds€) et la MSA (-0,9 Md€) réduisent également leur dette. A contrario, la Cnaf et les hôpitaux empruntent respectivement 2,4 Mds€ et 2,1 Mds€ et l’Acoss s’endette de 1,9 Md€. La contribution des Odac à la dette se stabilise (+0,1 Md€).

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)

Dette au sens de Maastricht  des administrations publiques en point de PIB (*)
La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument
(en Mds€)
(*) voir précisions dans l’encadré « Pour en savoir plus »
Source : Comptes nationaux base 2005 - Insee, DGFiP, Banque de France
2011T4 2012T1 2012T2 2012T3 2012T4
Ensemble des adm. publiques 1716,9 1789,2 1832,4 1818,0 1833,8
en point de PIB (*) 85,8% 89,3% 91,0% 89,9% 90,2%
dont, par sous-secteur, consolidée (*) :
État 1335,3 1383,8 1435,1 1421,2 1439,9
Organismes divers d'adm. Centrale 10,4 10,0 9,7 9,8 9,9
Administrations publiques locales 166,6 161,2 161,6 162,1 173,7
Administrations de sécurité sociale 204,6 234,2 226,0 224,9 210,3
dont, par instrument :
Dépôts 30,1 31,5 30,8 32,3 37,7
Titres négociables 1471,5 1540,5 1571,6 1556,5 1546,1
court terme 226,1 236,2 225,7 214,1 191,6
long terme 1245,4 1304,2 1345,9 1342,4 1354,4
Crédits 215,3 217,2 230,0 229,1 250,0
court terme 8,2 9,7 11,4 8,7 8,1
long terme 207,1 207,6 218,6 220,4 242,0

La dette publique nette augmente plus fortement que la dette de Maastricht

Au quatrième trimestre 2012, la dette nette des administrations publiques s’élève à 1 675,1 Mds€ (soit 82,4 % du PIB contre 81,3 % au trimestre précédent), en augmentation de 32,2 Mds€ par rapport au trimestre précédent. L’écart de 16,4 Mds€ entre cette hausse de la dette nette et la hausse de 15,8 Md€ de la dette brute traduit notamment la forte contraction de la trésorerie des administrations de sécurité sociale (-17,6 Mds€ dont -13,8 Mds€ pour la Cades) et celle plus modérée de l’État (-5,9 Mds€). À l’inverse, l’encours des prêts détenus par l’État augmente de 7,4 Mds€ : 7,7 Md€ de prêts ont été accordés aux pays de la zone euro dans le cadre du Fonds européen de stabilité financière (cf. encadré).

La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur
(en Mds€)
2011T4 2012T1 2012T2 2012T3 2012T4
Ensemble des adm. publiques 1575,2 1593,2 1619,0 1642,9 1675,1
dont :
État 1271,2 1289,6 1314,5 1330,9 1348,1
Org. divers d’adm. centrale –2,0 –2,6 –3,0 –3,3 –2,9
Adm. publiques locales 157,0 151,6 151,9 152,3 163,9
Adm. de sécurité sociale 149,0 154,7 155,5 163,0 166,1

Dette au sens de Maastricht et dette nette

Dette au sens de Maastricht et dette nette

La valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM diminue

Au quatrième trimestre 2012, la valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM détenus par les administrations publiques s’élève à 170,8 Mds€, en diminution de 5,2 Mds€ par rapport au trimestre précédent. Cette diminution correspond notamment à une baisse des détentions en actions cotées de l’État (-3,9 Mds€) et en OPCVM des administrations de sécurité sociale (-5,4 Mds€), en partie compensée par la hausse des détentions en actions cotées des Odac (+0,9 Md€) et des administrations de sécurité sociale (+3,3 Mds€, dont +1,6 Mds€ pour le FRR).

Les actions cotées et les OPCVM détenues par les administrations publiques
(en Mds€)
2011T4 2012T1 2012T2 2012T3 2012T4
Ensemble des adm. publiques 169,7 171,2 169,4 176,0 170,8
dont :
État 59,1 56,2 55,7 52,8 48,8
Org. divers d’adm. centrale 22,2 24,4 23,5 24,6 25,5
Adm. publiques locales 0,6 0,6 0,6 0,7 0,7
Adm.de sécurité sociale 87,8 89,9 89,6 97,9 95,8

Actions cotées et titres d'OPCVM détenus par les APU

Actions cotées et titres d'OPCVM détenus par les APU

Informations Rapides

n° 74 - 29 mars 2013

Dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques - 4e trimestre 2012

Prochaine parution le 30 juin 2016 à 08h45 - 1e trimestre 2016

Pour en savoir plus