Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

À la fin du troisième trimestre 2012, la dette publique s’établit à 1 818,1 milliards d’euros

Dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques – 3e trimestre 2012

La dette publique diminue de 14,5 milliards d’euros au 3e trimestre 2012…

À la fin du troisième trimestre 2012, la dette publique de Maastricht s’établit à 1818,1 Md€, en diminution de 14,5 Md€ par rapport au trimestre précédent. Exprimée en pourcentage du PIB, elle se situe à 89,9 %, en diminution de 1,1 point par rapport au trimestre précédent. En revanche, la dette nette progresse de 24,0 Md€.

…sous l’effet d’un désendettement des administrations centrales…

La contribution de l’État à la dette publique diminue de 13,8 Md€ au troisième trimestre. L’État réduit son endettement en titres négociables à court terme (-7,6 Md€) et moyen terme (-15,7 Md€) plus qu’il n’accroît son encours de titres négociables à long terme (+7,4 Md€). L’État emprunte à long terme pour le FESF (+0,6 Md€) et les dépôts des correspondants au Trésor augmentent de 1,5 Md€. En parallèle, la trésorerie accumulée au cours du premier semestre 2012 se contracte fortement (-30,7 Md€).

De son côté, la contribution des organismes divers d’administration centrale est stable (+0,1 Md€).

…et, plus marginalement, des administrations de sécurité sociale

La contribution des administrations de sécurité sociale à la dette diminue de 1,1 Md€. La Cades se désendette de 8,5 Md€ : elle rembourse des titres et des prêts à court terme respectivement pour 10,9 Md€ et 1,9 Md€ et émet des titres à moyen et long terme pour un montant total de 4,3 Md€. La Cnaf rembourse un prêt court terme de 0,3 Md€. L’Unedic et l’Acoss émettent des billets de trésorerie pour respectivement 4,3 Md€ et 2,5 Md€. Les hôpitaux s’endettent de 0,4 Md€ et la MSA également.

La contribution des administrations publiques locales à la dette publique augmente légèrement (+0,4 Md€), suivant un profil proche de celui observé aux troisièmes trimestres des années précédentes.

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques en point de PIB (*)
La dette de Maastricht des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur et par instrument
(en Mds€)
(*) voir précisions dans l’encadré « Pour en savoir plus »
(*) voir la note méthodologique simplifiée
Source : Comptes nationaux base 2005 - Insee, DGFiP, Banque de France
2011T3 2011T4 2012T1 2012T2 2012T3
Ensemble des adm. publiques 1692,2 1717,0 1789,4 1832,6 1818,1
en point de PIB (*) 85,4% 86,0% 89,3% 91,0% 89,9%
dont, par sous-secteur, consolidée (*) :
Etat 1330,0 1335,1 1381,9 1433,2 1419,4
Organismes divers d'adm. Centrale 9,9 10,4 10,0 9,7 9,8
Administrations publiques locales 153,4 166,3 160,9 161,3 161,7
Administrations de sécurité sociale 199,0 205,2 236,6 228,4 227,3
dont, par instrument :
Dépôts 30,5 30,0 31,5 30,7 32,3
Titres négociables 1457,7 1471,2 1540,1 1571,3 1556,2
court terme 240,2 226,0 236,1 225,6 214,1
long terme 1217,5 1245,1 1304,0 1345,6 1342,1
Crédits 203,9 215,8 217,8 230,6 229,7
court terme 12,7 8,5 10,0 11,8 9,0
long terme 191,2 207,2 207,8 218,8 220,6

La dette publique nette continue d’augmenter

Au troisième trimestre 2012, la dette nette des administrations publiques s’élève à 1 640,2 Md€ (soit 81,1 % du PIB contre 80,3 % au trimestre précédent), en progression de 24,0 Md€ par rapport au trimestre précédent. L’écart de 38,4 Md€ entre cette hausse de la dette nette et la baisse de 14,4 Md€ de la dette brute traduit notamment la forte diminution de la trésorerie de l’État (-30,7 Md€) et des administrations de sécurité sociale (-9,4 Md€). Inversement, les dépôts bancaires des Odac augmentent de 0,3 Md€. Enfin, la détention des actifs hors trésorerie progresse : l’État accorde un prêt de 0,6 Md€ au Portugal dans le cadre du FESF et le FRR acquiert 0,8 Md€ de titres de créances.

La dette nette des APU en fin de trimestre et sa répartition par sous-secteur
(en Mds€)
2011T3 2011T4 2012T1 2012T2 2012T3
Ensemble des adm. publiques 1550,1 1572,6 1590,5 1616,2 1640,2
dont :
Etat 1266,3 1271,0 1287,7 1312,7 1329,1
Org. divers d’adm. centrale –4,5 –1,7 –2,3 –2,7 –3,0
Adm. publiques locales 143,7 156,6 151,1 151,5 151,9
Adm. de sécurité sociale 144,7 146,6 153,9 154,8 162,2

Dette au sens de Maastricht et dette nette

Dette au sens de Maastricht et dette nette

La valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM se stabilise

Au troisième trimestre 2012, la valeur des actions cotées et des titres d’OPCVM détenus par les administrations publiques s’élève à 173,2 Md€, en hausse de 3,6 Md€ par rapport au trimestre précédent. La valeur des participations de l’État en actions cotées diminue de 3,0 Md€ en raison de la baisse des valeurs énergétiques. Les détentions des organismes de sécurité sociale en actions cotées et OPCVM augmentent de 6,5 Md€ en raison d’achats et de cessions d’actifs : l’Unedic acquiert 3,9 Md€ d’OPCVM, le FRR achète 2,2 Md€ d’OPCVM et 0,3 Md€ d’actions cotées, tandis que le RSI cède 1,3 Md€ d’OPCVM et achète 0,8 Md€ d’actions cotées.

Les actions cotées et les OPCVM détenues par les admnistrations publiques
(en Mds€)
2011T3 2011T4 2012T1 2012T2 2012T3
Ensemble des adm. publiques 169,5 169,7 171,2 169,6 173,2
dont :
Etat 65,4 59,1 56,2 55,7 52,6
Org. divers d’adm. centrale 23,2 22,2 24,4 23,6 23,8
Adm. publiques locales 0,6 0,6 0,6 0,6 0,6
Adm.de sécurité sociale 80,5 87,8 89,9 89,7 96,2

Actions cotées et OPCVM détenus par les APU

Actions cotées et OPCVM détenus par les APU

Informations Rapides

n° 318 - 27 décembre 2012

Dette trimestrielle de Maastricht des administrations publiques - 3e trimestre de 2012

Prochaine parution le 30 septembre 2014 à 08h45 - 2e trimestre 2014

Pour en savoir plus