Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Au deuxième trimestre, le PIB reste stable et le pouvoir d’achat augmente (+0,5 %)

Comptes nationaux trimestriels - Résultats détaillés du 2e trimestre 2014

Au deuxième trimestre 2014, comme au premier trimestre, le PIB en volume* est stable. La précédente estimation lors des premiers résultats du 14 août 2014 est ainsi globalement confirmée.

Les dépenses de consommation des ménages se redressent (+0,4 % après –0,6 %), tandis que la formation brute de capital fixe (FBCF) poursuit son repli (–1,1 % après –0,9 %). Au total, la demande intérieure finale hors stocks progresse faiblement : elle contribue pour +0,1 point à l’évolution du PIB (après –0,4 point au premier trimestre).

Les importations ralentissent (+0,4 % après +0,8 %), mais légèrement moins que les exportations (+0,1 % après +0,6 %). Par conséquent, le solde extérieur contribue négativement à l’activité (–0,1 point). Enfin, les variations de stocks des entreprises ont une contribution neutre à l’activité (0,0 point, après +0,5 point au premier trimestre).

Le pouvoir d'achat des ménages augmente de 0,5%

Au deuxième trimestre 2014, le revenu disponible brut (RDB) des ménages décélère fortement (+0,5 % après +1,3 %). La masse salariale reçue par les ménages ralentit légèrement (+0,4 % après +0,5 %), notamment du fait de la décélération du salaire moyen par tête versé dans les sociétés non financières (+0,3 % après +0,5 %). Les prestations sociales décélèrent également (+0,3 % après +0,6 %). Les impôts sur le revenu et le patrimoine, qui avaient fortement baissé au premier trimestre (–4,3 %) après un second semestre 2013 dynamique, diminuent légèrement au deuxième trimestre (–0,5 %).

Le PIB et ses composantes

Le PIB et ses composantes
Le PIB et ses composantes en volumes chaînés
variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
*APU : administrations publiques - ENF : entreprises non financières
2013 T3 2013 T4 2014 T1 2014 T2 2013 2014 (acquis)
PIB -0,1 0,2 0,0 0,0 0,4 0,3
Importations 0,6 0,4 0,8 0,4 1,9 2,2
Dép. conso. ménages -0,1 0,2 -0,6 0,4 0,3 0,0
Dép. conso. APU* 0,3 0,6 0,4 0,4 2,0 1,6
FBCF totale -0,3 -0,1 -0,9 -1,1 -0,8 -1,9
dont ENF* 0,2 0,8 -0,6 -0,7 -0,6 -0,4
dont ménages -1,8 -2,1 -2,7 -2,5 -3,1 -6,9
dont APU* 0,3 -0,4 0,1 -0,7 1,1 -0,4
Exportations -0,6 1,5 0,6 0,1 2,4 2,2
Contributions :        
Demande intérieure finale hors stocks 0,0 0,2 -0,4 0,1 0,4 -0,1
Variations de stocks 0,3 -0,3 0,5 0,0 -0,2 0,4
Commerce extérieur -0,4 0,3 0,0 -0,1 0,1 0,0
Comptes d’agents
en %, données CVS-CJO
*SNF : sociétés non financières
**RDB : revenu disponible brut
2013 T3 2013 T4 2014 T1 2014 T2 2013 2014 (acquis)
Taux de marge des SNF* (niveau) 29,5 29,4 29,8 29,3 29,8  
Pouvoir d’achat du RDB** des ménages -0,3 -0,3 0,9 0,5 0,0 1,0
Production, Consommation et FBCF : principales composantes
niveaux, données CVS-CJO
2013 T3 2013 T4 2014 T1 2014 T2 2013 2014 (acquis)
Production branche -0,3 0,2 0,2 -0,1 0,5 0,4
Biens -1,4 -0,2 0,4 -0,4 -0,2 -0,4
Ind. manufacturière -1,4 0,1 0,8 -0,9 -0,6 0,0
Construction -0,5 -0,3 -1,5 -1,7 -1,2 -3,1
Services marchands 0,2 0,4 0,3 0,2 0,9 1,0
Services non marchands 0,3 0,4 0,4 0,3 1,5 1,3
Consommation des ménages -0,1 0,2 -0,6 0,4 0,3 0,0
Alimentaire 0,5 0,9 -1,0 0,9 0,1 0,3
Énergie -3,7 -1,4 -3,9 3,4 0,8 -4,1
Biens fabriqués 0,7 1,2 0,0 -0,2 -1,0 1,2
Services 0,1 0,1 0,2 0,1 0,6 0,5
FBCF -0,3 -0,1 -0,9 -1,1 -0,8 -1,9
Produits manufacturés 1,0 0,3 -0,4 -0,6 -0,9 -0,3
Construction -0,8 -0,7 -1,8 -2,1 -1,6 -4,2
Services marchands -0,3 0,3 0,0 0,1 0,3 0,4
RDB et ratios des comptes des ménages
variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
* uc : unité de consommation
2013 T3 2013 T4 2014 T1 2014 T2 2013 2014 (acquis)
RDB -0,1 -0,3 1,3 0,5 0,6 1,4
RDB (pouvoir d’achat) -0,3 -0,3 0,9 0,5 0,0 1,0
RDB par uc* (pouvoir d’achat) -0,5 -0,5 0,8 0,3 -0,6 0,4
RDB ajusté (pouvoir d’achat) -0,2 -0,1 0,8 0,5 0,5 1,1
Taux d’épargne (niveau) 15,1 14,6 15,9 15,9 15,1  
Taux d’épargne financière (niveau) 5,9 5,5 7,0 7,3 5,8  
Ratios des comptes des SNF
variations t/t-1, en %, données CVS-CJO
2013 T3 2013 T4 2014 T1 2014 T2 2013
Taux de marge 29,5 29,4 29,8 29,3 29,8
Taux d’investissement 22,6 22,8 22,6 22,5 22,6
Taux d’épargne 16,7 17,1 17,0 17,0 17,1
Taux d’autofinancement 73,6 75,3 75,2 75,5 75,7
Dépenses, recettes et besoin de financement des administrations publiques
niveaux , données CVS-CJO
2013 T3 2013 T4 2014 T1 2014 T2 2013
En milliards d’euros      
Dépenses totales 303,3 305,0 307,7 308,9 1207,7
Recettes totales 281,8 284,1 286,0 285,1 1120,4
Capacité (+) ou besoin (-) de financement -21,5 -20,9 -21,7 -23,7 -87,2
En % de PIB      
Capacité (+) ou besoin (-) de financement -4,1 -3,9 -4,1 -4,4 -4,1

Les prix des dépenses de consommation des ménages se stabilisent ce trimestre, après +0,3 % au premier trimestre, ce qui atténue le ralentissement du pouvoir d’achat du RDB : celui-ci progresse de 0,5 % (après +0,9 %). Mesuré par unité de consommation pour le ramener à un niveau individuel, le pouvoir d’achat du revenu des ménages augmente de 0,3 % (après +0,8 %).

La consommation des ménages en valeur augmente à un rythme proche du revenu disponible brut (+0,4 % après –0,2 %). Le taux d’épargne est donc stable, à 15,9 %.

Le taux de marge des SNF diminue de 0,5 point à 29,3 %

La valeur ajoutée des sociétés non financières (SNF) se replie au deuxième trimestre (–0,4 % en valeur après +0,1 %). Les rémunérations qu’elles versent (y compris cotisations sociales) ralentissent nettement mais continuent d’augmenter : +0,2 % après +0,7 %. Après une hausse au premier trimestre due à la prise en compte du CICE, les subventions sur la production ralentissent au deuxième trimestre. Le taux de marge des SNF diminue donc de 0,5 point, pour s’établir à 29,3 %.

Au deuxième trimestre, le déficit des APU représente 4,4 % du PIB

Le besoin de financement des administrations publiques (APU) augmente de 0,3 point de PIB au deuxième trimestre, de 4,1 % à 4,4 % du PIB. Les recettes diminuent (–0,3 % après +0,7 % au premier trimestre) en raison notamment de moindres recettes de l’impôt sur les sociétés, tandis que les dépenses ralentissent (+0,4 % après +0,9 %), la croissance du premier trimestre ayant été tirée vers le haut par la prise en compte, pour la première fois, du CICE.

Révisions

Cette publication intègre la nouvelle estimation du besoin de financement des administrations publiques pour 2013, à 4,1 % du PIB contre 4,2 % précédemment. Cette révision contribue pour partie à la révision du déficit du premier trimestre 2014 (de 4,4 % à 4,1 % du PIB). Le déficit public trimestriel n’est pas une donnée purement comptable mais une statistique : il peut faire l’objet de révisions lors des prochaines publications (voir note de méthodologie associée).

Informations Rapides

n° 222 - 23 septembre 2014

Comptes nationaux trimestriels - résultats détaillés - 2e trimestre 2014

Prochaine parution le 24 juin 2016 à 08h45 - 1e trimestre 2016

Pour en savoir plus