Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Pouvoir d'achat - prix - inflation - Réponses à vos questions les plus fréquentes

Pouvoir d'achat - prix - inflation

1. Comment est calculé le pouvoir d'achat des ménages ?

L'évolution du pouvoir d'achat est calculée pour l'ensemble des ménages comme différence entre l'évolution des revenus des ménages et l'évolution de l'indice des prix.

Pour l'évolution des revenus, l'Insee utilise le revenu disponible brut. Celui-ci inclut tous les revenus des ménages : salaires, retraites, allocations chômage, allocations familiales, loyers perçus, revenus financiers... De ces revenus sont déduits les cotisations sociales ainsi que les impôts directs : l'impôt sur le revenu, la taxe d'habitation, les contributions sociales généralisées (CSG) et la contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS).

Le revenu disponible brut peut être calculé pour l'ensemble des ménages, ou pour certaines catégories de ménages, par exemple les plus modestes ou les plus aisés.

2. Quand les prix sont en hausse, le pouvoir d'achat peut-il augmenter ?

Oui, parce que l'évolution du pouvoir d'achat est égale à l'évolution des revenus diminuée de l'évolution de l'indice des prix. Ainsi, le pouvoir d'achat peut augmenter malgré une forte hausse des prix si la croissance des revenus est encore plus forte.

3. Le pouvoir d'achat est-il le même pour les ménages modestes et les ménages aisés ? Pour ceux qui vivent en Île-de-France et en Bretagne ?

Non. Le pouvoir d'achat d'un ménage modeste est bien entendu inférieur à celui d'un ménage aisé. Mais la croissance du pouvoir d'achat peut, suivant les périodes, être plus forte ou moins forte pour les ménages modestes que pour les ménages aisés. Il en est de même pour les ménages vivant en Île-de-France par rapport aux ménages vivant en Bretagne. Cela dépend de l'évolution des revenus de chacun.

4. L'inflation est-elle la même pour tout le monde ?

Non, l'inflation n'est pas la même pour tout le monde. Tout dépend des produits que chaque consommateur achète, selon ses préférences et ses moyens, des points de vente où il les achète, de son lieu de résidence.

Ainsi, l'Insee met à disposition sur son site un simulateur permettant à chacun de simuler un indice de prix correspondant mieux à sa situation personnelle que l'indice général.

Haut de page

L'indice des prix à la consommation et vous

5. Dans quelle mesure un indice des prix moyen rend compte de ma vie quotidienne ? Les prix des ordinateurs baissent, mais je n'en achète pas tous les jours.

L'indice des prix rend compte de la vie quotidienne dans la mesure où sont suivis les prix de produits achetés chaque semaine (produits alimentaires...) et ceux des produits achetés moins souvent.

Les prix des produits durables, et en particulier ceux des ordinateurs et de l'électroménager, diminuent, ou en tout cas augmentent moins vite que les autres prix. Chaque foyer n'achète certes que rarement un ordinateur, mais le jour de cet achat, il réalise une économie substantielle par rapport à une situation où le prix de l'ordinateur qu'il achète aurait augmenté comme les autres prix. Les acheteurs ont forcément du mal à se rendre compte de l'ampleur de cette économie : leur achat précédent remontant à plusieurs années, il leur est impossible de se souvenir avec précision de son prix, et de la date à laquelle il l'avait effectué.

L'indice des prix moyen est un des indicateurs importants qui permettent de se faire une idée précise de la situation économique du pays.

6. Suivez-vous l'évolution du prix des produits et des services permettant de satisfaire les besoins élémentaires : alimentation, logement, chauffage, essence ?

Oui. Grâce au grand nombre d'observations effectuées chaque mois, l'Insee peut estimer l'évolution des prix à un niveau de détail très fin. Par exemple, l'Insee publie tous les mois le prix moyen du camembert pasteurisé, de la baguette de pain, du fioul domestique... Ceci permet à chacun de connaître l'évolution des prix pour les produits et services satisfaisant les besoins qu'il considère comme élémentaires.

7. Existe-t-il un indice des prix des produits et services que je consomme tous les jours pour me nourrir, me loger... ?

Non, un tel indice n'existe pas. La raison est qu'il n'y a pas d'accord pour définir précisément ce que sont les produits de consommation vitale, ou les produits de consommation courante.

Toutefois, l'Insee publie des évolutions de prix à un niveau très fin. À partir de ces évolutions, et des pondérations fournies, chacun peut calculer un indice de prix en se limitant à ce qu'il considère comme les consommations vitales ou courantes, à l'aide d'un simulateur.

8. En tant qu'étudiant végétarien, je ne consomme pas comme mes voisins de palier, une famille de 4 personnes. Comment prenez-vous en compte la variété des situations individuelles ?

Il est impossible pour l'Insee de tenir compte de toutes les situations individuelles. Toutefois, l'Insee met à disposition sur son site un simulateur permettant à chacun de simuler un indice de prix correspondant mieux à sa situation personnelle que l'indice général. Par ailleurs, l'Institut diffuse des indices de prix pour une cinquantaine de catégories de ménages : personnes seules ou couples avec des enfants, ménages locataires ou propriétaires...

9. Pourquoi parlez-vous de « ressenti » de l'augmentation des prix alors que je constate la baisse de mon pouvoir d'achat, tickets de caisse comme preuves à l'appui ?

Chacun d'entre nous a l'occasion lors de ses achats quotidiens de constater de fortes hausses de prix sur certains produits de consommation courante, et a de ce fait tendance à considérer que la hausse des prix telle qu'elle est mesurée par l'indice des prix est fortement sous-estimée. En même temps, chacun peut voir dans ces fortes hausses une atteinte à son pouvoir d'achat.

Pourtant, il n'y a pas forcément contradiction entre ces fortes hausses observées et la hausse des prix mesurée par l'Insee.

Tout d'abord, la mémoire humaine est sélective. Il est certain que nous retenons mieux les fortes hausses. De plus, la mémoire humaine est imprécise en ce qui concerne les chiffres et, quand nous effectuons un achat, nous ne nous souvenons pas avec une grande précision du prix que nous avions payé lors du précédent achat du même produit.

Par ailleurs, l'indice des prix prend en compte la baisse de certains produits, en particulier les ordinateurs et l'électroménager. Certes, nous n'achetons pas tous les ans une machine à laver ou un réfrigérateur, mais le jour où nous l'achetons, nous bénéficions effectivement d'une baisse : nous paierions beaucoup plus cher cet équipement si son prix avait augmenté comme les prix de l'alimentation ou les loyers. Mais, bien entendu, il y a fort peu de chances que nous nous souvenions du prix de ce même équipement lors de notre précédent achat, qui date de plusieurs années.

10. L'augmentation des prix est-elle liée au passage à l'euro ?

Oui et non. Plusieurs sondages ont montré que de nombreux Français estimaient que le passage à l'euro avait provoqué une forte hausse des prix, et par là même une baisse de leur pouvoir d'achat. Le même sentiment est apparu dans les autres pays de la zone euro, mais il a davantage perduré en France. Pourtant l'indice des prix à la consommation n'a pas augmenté significativement au début 2002 et dans les mois suivants, quand billets et pièces en euros ont remplacé billets et pièces en francs.

Une des raisons de ce décalage est que la grande distribution a anticipé le passage à l'euro en augmentant ses prix quelques mois avant ce passage.

Mais il est certain aussi que, quand les prix ont été exprimés en euros au lieu d'être exprimés en francs, les consommateurs ont perdu leurs repères. Ils ont eu du mal à apprécier l'évolution effective des prix, et ils ont eu tendance à la surestimer. Ils ont été en particulier nombreux à penser que les commerçants avaient profité du passage à l'euro pour « arrondir » les prix dans le sens qui leur convenait.

Voir le quiz « Prix - pouvoir d'achat »

Haut de page

Usages de l'indice des prix à la consommation (IPC)

11. Concrètement, à quoi sert l'indice des prix à la consommation (IPC) ?

L'indice des prix est utilisé pour déterminer l'évolution de certaines dépenses et de certains revenus. Il sert ainsi à revaloriser les loyers (via l'indice de référence des loyers, depuis 2008), les retraites, ainsi que les pensions alimentaires et les rentes viagères. De même, l'IPC est pris en compte pour l'indexation du SMIC.

L'indice des prix à la consommation a par ailleurs un usage économique et financier. Il permet de suivre, mois par mois, si l'inflation accélère ou ralentit au sein de l'économie française, et éventuellement de diagnostiquer qu'elle atteint un niveau jugé excessif. Pour cet usage, c'est un indice moyen représentatif de l'ensemble de la consommation des ménages comme l'indice des prix à la consommation qui convient.

L'IPC permet aussi, par comparaison avec l'évolution des revenus, d'estimer l'évolution du pouvoir d'achat.

12. L'indice mensuel des prix à la consommation sert-il à revaloriser ma pension alimentaire, mon loyer ?

Oui.

13. Je suis salarié dans une entreprise et rémunéré sur la base du SMIC. Est-ce que de fortes hausses de prix peuvent conduire à une révision de mon salaire ?

Oui, dans les conditions suivantes :

  • au 1er janvier, par décret en Conseil des ministres pris après avis de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), en tenant compte de l’évolution de l’indice des prix à la consommation (hors tabac) des ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie, augmentée de la moitié de l’évolution du pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et employés (SHBOE) ;
  • par arrêté, lorsque l’indice national des prix à la consommation atteint un niveau correspondant à une hausse d’au moins 2 % par rapport à l’indice constaté lors de l’établissement du Smic immédiatement antérieur ;
  • à tout moment, le gouvernement peut porter le Smic à un niveau supérieur à celui qui résulterait de la seule mise en oeuvre des deux mécanismes précités, soit à l’occasion de la revalorisation annuelle, soit en cours d’année (à l’occasion de la revalorisation automatique précitée ou non).

Haut de page

Construction de l'indice des prix à la consommation : produits et services suivis, calcul

14. Comment suivez-vous les prix des produits et services retenus dans l'indice des prix ?

La majorité des prix sont suivis par des relevés mensuels sur les lieux de vente. Le prix des mêmes produits sont ainsi relevés sur les mêmes lieux de vente mois après mois ; 200 000 relevés sont effectués chaque mois par les enquêteurs de l'Insee.

À ces prix relevés sur le terrain s'ajoutent des évolutions de prix collectées chaque mois de manière centralisée auprès d'organismes nationaux ou régionaux tels que les opérateurs de télécommunications, EDF, la SNCF, les banques, les services publics locaux, ainsi que sur internet.

15. Comment l'évolution du pouvoir d'achat intègre-t-elle les dépenses contraintes (abonnements EDF, dépenses liées à la téléphonie, à l'internet...) ?

L'évolution du pouvoir d'achat résulte de l'évolution des revenus et de l'évolution de l'indice des prix. En ce qui concerne les prix, ceux de toutes les dépenses de consommation sont retenus, y compris les dépenses que l'on peut considérer comme contraintes.

Toutefois, les remboursements de prêts obtenus pour l'achat d'un logement ne sont pas pris en compte. D'ailleurs, ceux relatifs aux crédits à la consommation ne le sont pas davantage car les remboursements d'emprunt relèvent d'opérations financières.

Par ailleurs, l'Insee a introduit la notion de dépenses dites « pré-engagées », proche de celle de dépenses contraintes. Ces dépenses pré-engagées sont celles qui résultent de contrats difficilement renégociables à court terme : dépenses liées au logement (loyer, chauffage...), à la téléphonie et à l'internet, à la télévision, aux assurances, aux services financiers pour l'essentiel.

En déduisant du revenu ces dépenses pré-engagées, on obtient un revenu « arbitrable », qui permet le calcul d'une évolution du « pouvoir d'achat arbitrable ». L'Insee publie cette évolution tous les ans.

16. Quelle est la part du loyer dans l'IPC ? Comment est prise en compte son augmentation dans mon budget ?

La part des loyers dans l'IPC est de 6 %. Cela représente la part de ces dépenses dans l'ensemble de la consommation des ménages en 2014. Il s'agit d'un taux moyen, calculé pour l'ensemble des ménages, qu'ils soient locataires ou propriétaires.

De fait, les loyers pèsent beaucoup plus lourdement dans le budget des ménages locataires. Chacun peut calculer un indice de prix prenant en compte le poids réel des loyers dans son budget en utilisant le simulateur d'indice des prix personnalisé.

17. L'indice des prix retient-il les remboursements des emprunts liés à l'achat du logement ?

Non, l'indice des prix ne retient pas les remboursements des emprunts liés à l'achat d'un logement. D'ailleurs ceux relatifs aux crédits à la consommation ne le sont pas davantage car les remboursements d'emprunt relèvent d'opérations financières.

18. L'indice des prix prend-il en compte le tabac ?

Oui, l'indice des prix prend en compte le tabac.

Toutefois, pour les revalorisations des loyers, des retraites et du SMIC notamment, la loi stipule que la référence doit être un indice hors tabac. Ainsi, quand les pouvoirs publics ont décidé d'accroître fortement les taxes sur le tabac pour décourager les fumeurs, ces augmentations n'ont pas eu d'influence sur les revalorisations.

19. Comment l'indice des prix intègre-t-il les fluctuations quotidiennes des prix comme celles du litre d'essence ?

Le prix de l'essence, comme les autres prix, est observé chaque mois tout au long du mois. L'effet d'une hausse ou d'une baisse sur les indices mensuels dépend de son ampleur mais aussi de la date où elle se produit. Ainsi, si une forte hausse se produit le 20 d'un mois d'avril, elle sera observée sur un tiers des prix relevés, et la hausse ne se répercutera que pour un tiers sur l'indice d'avril. Si le prix en mai reste en moyenne au niveau atteint après la hausse, celle-ci se répercutera pour deux tiers sur l'indice de mai. La répercussion de la hausse sera intégrale pour mai par rapport à mars.

20. La qualité de certains produits comme les ordinateurs évolue vite. Comment prenez-vous en compte ces changements ?

L'indice de prix est un indice « à qualité constante ». En effet, il arrive souvent que, quand le prix d'un produit augmente, sa qualité augmente aussi ; on considère alors que la hausse de prix effective pour le consommateur n'est pas la hausse de prix observée, mais une hausse plus faible. De même, si la qualité du produit diminue, la hausse de prix pour le consommateur est supérieure à la hausse de prix observée.

Chiffrer cet effet du changement de qualité d'un produit est une des plus grandes difficultés rencontrées dans l'élaboration d'un indice de prix. Plusieurs méthodes sont employées pour la résoudre. Pour les produits dont la qualité change le plus, la méthode consiste à examiner de près les caractéristiques de ces produits, et à chiffrer à l'aide d'un modèle statistique l'apport de chacune des caractéristiques qui ont été modifiées.

21. Quels produits sont suivis par l'indice des prix ? À quel rythme sont-ils renouvelés ?

Pour le calcul de l'indice des prix, l'Insee suit les prix d'un éventail très large de produits et de services. Ils sont choisis de manière à couvrir l'ensemble des produits et services proposés aux consommateurs. Ils sont tenus secrets.

L'échantillon de produits suivis est actualisé tous les ans, pour tenir compte de la disparition de certains produits (cassette vidéo, essence avec plomb par exemple), et de l'apparition de produits nouveaux.

La réglementation européenne rend obligatoire le suivi de tout produit représentant plus d'un millième de la consommation des ménages.

22. Quels points de vente sont enquêtés tous les mois ?

L'Insee relève les prix dans tous les types de points de vente : supermarchés, hypermarchés, petits commerces, marchés... Chaque mois, des relevés de prix sont effectués dans 30 000 points de vente.

23. L'indice des prix tient-il compte de l'évolution de la durée de vie des appareils électroménagers, des ordinateurs... ?

L'indice des prix ne tient pas compte de la durée de vie des appareils et équipements, bien que ce soit un des éléments de la qualité d'un produit. En effet, il n'est pas possible de savoir quelle sera la durée de vie effective d'un appareil ou d'un équipement au moment où il est acheté. Cette durée dépend en particulier de l'intensité avec laquelle il sera utilisé, mais aussi du coût des réparations en cas de panne ou de l'évolution des habitudes de consommation, facteurs qui ne sont pas anticipés au moment de l'achat.

24. Qui décide des produits et services suivis dans l'indice des prix ?

C'est l'Insee qui décide seul des produits et services suivis dans l'indice des prix. Le choix est tenu secret, de manière à éviter les manipulations qui ont pu se produire dans les années 1950.

25. Dans quelle mesure les données concernant le calcul de l'indice sont-elles confidentielles et l'indice est-il réellement indépendant ?

Les produits précis dont les prix sont observés sont secrets. Ils ne sont pas communiqués à l'extérieur, ni d'ailleurs au sein même de l'Insee en dehors des unités chargées du calcul de l'indice des prix.

La deuxième condition pour qu'un indice soit indépendant est que les décisions concernant les méthodes de calcul soient du seul ressort des statisticiens, ce qui est le cas. Ce principe d'indépendance a été réaffirmé par le Code de bonnes pratiques de la statistique européenne promulgué par la Commission européenne en 2005. Les décisions sont prises en conformité avec la réglementation édictée par les autorités européennes en accord avec les instituts statistiques nationaux.

Haut de page