Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

PME en Midi-Pyrénées
Un dirigeant sur quatre prendra sa retraite dans les années à venir

6 pages n° 117 - février 2009


Le « papy-boom », conséquence de la forte natalité d’après-guerre n’épargne pas les dirigeants d’entreprise. Nombre d’entre eux arrivent maintenant à l’âge de la retraite, ce qui rejaillit sur la vie économique de la région. Deux enjeux majeurs apparaissent : celui de la continuité économique des entreprises et de la sauvegarde des emplois d’une part, celui du maintien d’une activité vitale pour nombre de bassins de vie d’autre part. Cette question de la transmission d’entreprises se pose tout particulièrement pour les PME indépendantes de la région, ces petites et moyennes entreprises qui comptent moins de 250 salariés et qui constituent le champ de cette étude.

Retour au sommaire

Un risque pour les emplois et le tissu économique local

Sur les 95 000 PME dont le siège est en Midi-Pyrénées (cf. Définitions - Champ de l'enquête), 26 % sont dirigées par des entrepreneurs âgés d’au moins 55 ans, soit 24 000 dirigeants seniors qui, pour la plupart, partiront à la retraite dans les dix prochaines années. Parmi les seuls entrepreneurs individuels, un sur quatre a 55 ans ou plus, dans la région comme au niveau national. De la continuité de l’activité de ces entreprises dépend la survie de 72 000 emplois salariés et le maintien de la diversité économique des PME régionales, notamment en milieu rural. Boulangerie, pharmacie, blanchisserie, coiffure et autres activités de proximité occupent en effet un rôle majeur dans la vie et l’animation des communes. Or le nombre de chefs d’entreprise chute fortement à partir de 60 ans.


À partir de 60 ans, forte chute des effectifs des dirigeants - Nombre de dirigeants des PME en Midi-Pyrénées par âge au 1er janvier 2008

Retour au sommaire

Un emploi sur trois à préserver

En 2008, 46 % des PME indépendantes de la région emploient des salariés. Un tiers d’entre eux travaillent dans une entreprise où l’entrepreneur a 55 ans ou plus, dont 14 000 dans le commerce de détail, 13 000 dans les services aux particuliers et 11 000 dans l’industrie (hors agroalimentaire).

La présence de dirigeants âgés est plus fréquente dans certains secteurs. Dans le travail des métaux (2 770 emplois salariés), dans l’hébergement touristique (2 000) ou encore dans l’édition ou l’imprimerie (860), quatre salariés sur dix sont concernés par un éventuel départ en retraite de leur employeur.

La part des seniors augmente avec la taille de l’entreprise. Si un quart des entreprises sans salarié sont dirigées par un senior, celles de 20 salariés et plus sont 41 % à être dans ce cas. Les entreprises dirigées par des seniors emploient en moyenne 2,9 salariés contre seulement 2,1 salariés pour les autres. Cette corrélation rend d’autant plus aigu le problème de la transmission d’entreprise.

Retour au sommaire

Les dirigeants seniors plus nombreux dans le commerce de gros et l’industrie

Dans le commerce de gros, un dirigeant sur trois a au moins 55 ans. Les seniors sont particulièrement nombreux (38 %) parmi les intermédiaires du commerce notamment dans l’alimentaire et le commerce de gros de produits agricoles.

Dans l’industrie (hors agroalimentaire), 31 % des dirigeants sont des seniors. La transmission d’entreprise est rendue plus difficile encore dans un secteur très exposé à la concurrence internationale : la mondialisation exige d’importants investissements que beaucoup d’entrepreneurs indépendants n’ont pas toujours les moyens d’engager. Dans les activités industrielles liées à l’aéronautique, un dirigeant sur trois est un senior. Le vieillissement est particulièrement important dans la mécanique générale (36 % de seniors) et dans l’industrie des équipements mécaniques (31 %).

D’autres activités exposées à la concurrence internationale, au risque de délocalisation et à l’évolution technologique sont fragilisées par le vieillissement des dirigeants. Dans les industries textiles et dans l’imprimerie (hors journaux), près d’un dirigeant sur quatre est un senior. En revanche, c’est le cas d’un sur six seulement dans l’apprêt et le tannage du cuir, activités essentiellement localisées dans le Tarn.

À l’inverse, la part des dirigeants seniors est plus faible dans la construction (21 %), que ce soit dans le gros oeuvre ou dans le second oeuvre. Deux explications peuvent être avancées. D’une part, la construction a été soutenue par la forte croissance démographique de la région ces dernières années, stimulant la création d’entreprises dans ce domaine : le nombre total d’entreprises a augmenté de 25 % entre 2000 et 2007, contre 20 % pour l’ensemble des secteurs de la région. D’autre part, les conditions de travail plus difficiles propres à ce secteur incitent les chefs d’entreprise à cesser leur activité plus tôt. Parmi les dirigeants âgés de 50 à 69 ans, la part des plus de 60 ans est plus faible dans la construction que dans les autres secteurs.

Dans le commerce de détail et les services, la proportion de chefs d’entreprise âgés d’au moins 55 ans est identique à la moyenne de l’ensemble des secteurs de l’économie régionale. Les seniors représentent 27 % de l’ensemble des chefs d’entreprise dans le commerce de détail et 26 % dans les services, que ce soit dans les services aux particuliers ou les services aux entreprises. Néanmoins, les hébergements touristiques (hôtels, campings, centres de vacances ou chambres d’hôtes) et l’immobilier sont fortement impactés par le vieillissement de leurs dirigeants. Dans les services aux entreprises, les activités comptables, l’activité de conseil pour les affaires et la gestion, l’ingénierie et les études techniques sont fortement touchées, contrairement aux activités informatiques.


Quelques activités fortement touchées par le vieillissement des dirigeants - Part des PME dirigées par ub senior au 1er janvier 2008

DAVANTAGE DE SENIORS DANS LE COMMERCE DE GROS ET L'INDUSTRIE (HORS IAA)
Dirigeants seniors et salariés des PME en Midi-Pyrénées au 1 er janvier 2008
Secteurs Nombre de dirigeants Part des dirigeants
en %
Salariés concernés Part des salariés
en %
(1) dont 370 boulangeries, pâtisseries et 110 charcuteries
Sources : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements, CCI de Midi-Pyrénées, CMA de Midi-Pyrénées
Industries IAA (1) 750 23 3 400 29
Industries (hors IAA) 2 450 31 10 700 38
Construction gros œuvre 1 850 21 6 100 28
Construction second œuvre 3 050 21 6 700 31
Commerce de gros 1 500 33 5 700 38
Commerce de détail 6 000 27 14 400 35
Services aux entreprises 2 900 26 7 500 30
Services aux particuliers 5 000 26 12 900 33
Transport 900 29 4 400 35
Ensemble 24 400 26 71 800 33

Retour au sommaire

Des dirigeants plus âgés dans le Lot, les Hautes-Pyrénées et le Gers

Les dirigeants des entreprises indépendantes sont plus âgés sur les franges ouest de la région. Ainsi dans le Lot, les Hautes-Pyrénées et le Gers, 29 % des chefs d’entreprise sont des seniors contre 26 % en moyenne régionale. En termes d’emplois, l’enjeu de la transmission d’entreprise pèse fortement sur les Hautes-Pyrénées, département relativement industriel : quatre salariés sur dix travaillent dans une entreprise dont le dirigeant a au moins 55 ans, contre trois sur dix en moyenne régionale. En revanche, les dirigeants seniors sont moins nombreux dans les zones en forte croissance démographique le long d’un axe nord-sud allant de Montauban à Pamiers et passant par Toulouse.

Dans les bassins de vie des grandes agglomérations de la région (Toulouse, Tarbes, Albi, Montauban, Castres et Rodez), le vieillissement des dirigeants est inégal. La part des dirigeants seniors varie de 23 % dans le bassin de Montauban à 29 % dans celui de Tarbes. Dans une dizaine de bassins de vie des bourgs et petites villes, la part des seniors avoisine ou dépasse 30 % : à Cazaubon, Condom, Masseube, Eauze et Lectoure dans le Gers, à Mur-de-Barrez, Entraygues-sur-Truyère et Camares dans l’Aveyron, à Lourdes dans les Hautes-Pyrénées, enfin à Brassac et Lacaune dans le Tarn. En revanche, moins de 20 % de dirigeants sont des seniors dans les bassins de vie de Verdun-sur-Garonne, Labastide-Saint-Pierre et Grisolles en Tarn-et-Garonne, de Saint-Sulpice dans le Tarn, de Fronton et Fonsorbes en Haute-Garonne, de Pamiers en Ariège et de Luc en Aveyron.

Retour au sommaire

Entreprises de proximité : situation plus tendue à l’ouest

Boulangeries, papeteries, pharmacies, salons de coiffure et autres commerces ou services dits de proximité revêtent une importance capitale, notamment en zone rurale, où leur maintien est vital pour certaines communes. Sur les 36 600 entreprises indépendantes de proximité recensées en 2008 en Midi-Pyrénées, 8 800 sont dirigées par un entrepreneur de 55 ans ou plus. Elles emploient 18 700 salariés. Le vieillissement des dirigeants est néanmoins un peu moins marqué dans ces entreprises (24 % sont des dirigeants seniors contre 27 % dans les autres).

Parmi les entreprises de proximité potentiellement à reprendre, 40 % sont des commerces non alimentaires, 34 % des entreprises de second oeuvre dans la construction, 14 % des commerces alimentaires et 12 % des services à la personne.

Les dirigeants des entreprises de proximité sont plus âgés au nord-ouest et au sud-ouest de la région, dans le Lot, le Gers et les Hautes-Pyrénées (plus de 26 % de dirigeants seniors), ainsi que dans le sud de la Haute-Garonne. Ils sont particulièrement jeunes dans les bassins de vie autour de Toulouse où la part des dirigeants seniors est souvent inférieure à 20 %. Dans les bassins de vie des grandes agglomérations, les dirigeants sont en moyenne aussi âgés que dans les bassins de vie des bourgs et petites agglomérations. À des zones rurales excentrées où près de 40 % de dirigeants ont au moins 55 ans, comme à Cazaubon dans le Gers, à Camares et Mur-de-Barrez dans l’Aveyron, s’opposent des bassins sous l’influence économique de Toulouse où les chefs d’entreprise âgés sont moins de 15 % : c’est le cas à Grisolles en Tarn-et-Garonne, à Saint-Sulpice dans le Tarn et à Fonsorbes en Haute-Garonne.


Deux exemples d'équipements en zone rurale

Retour au sommaire

Moins de seniors dans l’alimentaire que dans les autres commerces de proximité

Dans le commerce de détail alimentaire de proximité (boulangeries, boucheries-charcuteries, épiceries), 22 % des dirigeants sont des seniors. Dans les boulangeries et pâtisseries, les chefs d’entreprise sont plus jeunes : les seniors ne représentent que 19 % de l’ensemble des dirigeants. Mais 1 300 salariés sont tout de même concernés par une éventuelle transmission de leur entreprise : c’est la moitié des emplois de l’ensemble des commerces de détail alimentaires de proximité. Dans le Gers et les Hautes-Pyrénées, 25 % des dirigeants de ce type de commerce ont plus de 55 ans. C’est une proportion plus élevée que celle constatée dans les bassins de vie des grandes agglomérations (22 %) ou dans ceux des bourgs et petites villes (23 %).

En revanche, 29 % des dirigeants des commerces non alimentaires de proximité devraient prendre leur retraite dans les années à venir et auront à transmettre des entreprises qui emploient au total plus de 8 200 salariés. L’habillement est particulièrement touché : 32 % de ses dirigeants ont au moins 55 ans et emploient 1 000 salariés. Le Gers est le département le plus impacté avec 32 % de dirigeants seniors. Le vieillissement des dirigeants dans le commerce non alimentaire touche autant les bassins de vie des grandes agglomérations que ceux des bourgs et petites villes et s’étend de façon assez homogène sur le territoire régional. Dans le rural, la proportion de dirigeants seniors est parfois forte, comme à Ax-les-Thermes en Ariège (58 %), à Mauvezin dans le Gers, à Brassac dans le Tarn, à Saverdun en Ariège ou à Mur-de-Barrez en Aveyron (près de 50 %). Mais elle n’est que de 10 % à Rabastens dans le Tarn, à Fonsorbes, Montastruc-la-Conseillère ou encore Boulogne-sur-Gesse en Haute-Garonne.

Retour au sommaire

Le second oeuvre et les services aux particuliers moins touchés

Dans les activités d’installation et de finition du bâtiment, les dirigeants sont plus jeunes (seuls 21 % des dirigeants sont des seniors), mais 30 % des salariés sont concernés par une transmission éventuelle de leur entreprise dans les prochaines années (soit 6 600 salariés). Dans la peinture et l’électricité, la part des dirigeants seniors est respectivement de 22 % et de 20 % (1 200 emplois salariés touchés pour chacune de ces activités). Les jeunes dirigeants sont plus nombreux sur un axe nord-sud allant de Tarn-et-Garonne à l’Ariège et, dans une moindre mesure, dans le sud-est aveyronnais. Dans les bassins de vie de Cazaubon dans le Gers et d’Argelès-Gazost dans les Hautes-Pyrénées, plus de 40 % des dirigeants sont des seniors. Ils sont moins de 7 % à Ax-les-Thermes en Ariège, à Lafrançaise en Tarn-et-Garonne et à Castelnau-Magnoac dans les Hautes-Pyrénées.

Dans les services aux particuliers, 21 % des dirigeants sont des seniors. Ils sont peu nombreux dans les soins de beauté (11 %) et la coiffure (22 %), mais l’impact en terme d’emploi est néanmoins important dans cette dernière activité, qui rassemble les trois quarts des effectifs salariés de l’ensemble des services à la personne. Dans la blanchisserie-teinturerie en revanche, 37 % des dirigeants sont des seniors. Les bassins de vie des grandes agglomérations sont plus impactés par l’éventualité des départs en retraite (23 % de dirigeants seniors) que ceux des bourgs et petites villes (19 %).

Retour au sommaire

Encouragée par la loi, la reprise est préférable à la création d’une nouvelle entreprise

Chaque année en Midi-Pyrénées, des entreprises disparaissent faute de repreneur. Les personnes qui veulent entreprendre sont plus souvent tentées par la création d’une nouvelle entreprise. D’un point de vue macroéconomique, la reprise d’entreprise offre pourtant des avantages par rapport à la création. Elle est d’abord plus efficace en termes d’emplois. Même si le nombre de reprises est modeste, chaque année en France les reprises d’entreprises représentent près de la moitié des emplois salariés nouveaux ou maintenus par l’ensemble des créations d’entreprises. Ensuite, les reprises ont une meilleure chance de survie que les créations pures. En France, parmi les reprises d’entreprises réalisées en 1998, six sur dix existent toujours cinq ans après, contre cinq sur dix pour les créations ex-nihilo.

De 1999 à 2006, le nombre de reprises - non compris celles qui correspondent à des cessions de parts sociales - ont diminué continûment, sauf en 2003, année au cours de laquelle les créations pures, les reprises et les réactivations ont augmenté de 15 %. En 2006, le nombre de reprises est même descendu au-dessous de son niveau de 2002, année précédant la loi du 1er août 2003 destinée à faciliter la création et la transmission d'entreprises.

Depuis 2003, seules le nombre de créations pures continue à augmenter. La loi en faveur des petites et moyennes entreprises, entrée en vigueur en août 2005 pour favoriser la transmission d’entreprises, est trop récente pour qu’on puisse en mesurer les effets. En 2007, la moitié des cessions des entreprises artisanales sont consécutives au départ en retraite du dirigeant en Midi-Pyrénées. En France, seuls 45 % des entrepreneurs individuels qui prennent leur retraite cherchent un repreneur. Parmi eux, 80 % parviendront à en trouver un.

En Midi-Pyrénées comme en France, la plupart des reprises concernent le secteur de l’hôtellerie-restauration, qui représente à lui seul en 2006 un tiers des reprises, ainsi que les activités de proximité telles que les salons de coiffure, les boulangeries, les commerces de détail… En France, dans la boulangerie et la pâtisserie, près de la moitié des créations sont des reprises.

Sources :
- Répertoire des entreprises et des établissements, Insee
- L’artisanat en Midi-Pyrénées, Atlas, édition 2008, CMA
- Les créations d’entreprises poursuivent leur hausse en 2006, Insee première, n° 1120, janvier 2007
- Nouvelles entreprises, cinq ans après : l’expérience du créateur prime sur le diplôme, Insee première, n° 1064, janvier 2006
- Le rôle économique des repreneurs d’entreprise, Insee première, n° 975, juillet 2004


Créations pures et reprises en Midi-Pyrénées

Retour au sommaire