Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Les unités urbaines de 2010 concentrent les ¾ de la population aquitaine

Vincent Bernard

Résumé

En Aquitaine, l’urbanisation se poursuit le long des principaux axes de circulation, en lien avec la très forte attractivité de la région. Les unités urbaines se sont pour la plupart étendues, mais au total leur croissance démographique résulte plus de leur densification que de leur extension.

Depuis 1999, elles gagnent en moyenne annuelle 1,6 % d’habitants alors que, dans le même temps, les territoires ruraux en perdent 0,4 %. Au total, 73 % des Aquitains sont des urbains.

Bordeaux reste la 7e agglomération urbaine française. Dans la région, 27 unités urbaines dépassent 10 000 habitants.

Sommaire

Encadrés

Publication

L’Aquitaine continue de s’urbaniser

Le zonage des unités urbaines a été révisé et établi sur la base des données géographiques et démographiques en vigueur en 2010. Ainsi, l’Aquitaine compte désormais 109 unités urbaines "2010", au sein desquelles vivent 73 % de ses habitants. En 1999, cette part était de 69,7 %.

L’urbanisation régionale se poursuit donc, avec notamment ses conséquences sur l’utilisation des sols ou les temps de trajets pour les navettes domicile-travail.

Les unités urbaines aquitaines délimitation 2010

carte : Les unités urbaines aquitaines délimitation 2010

La population urbaine : 13 % de population supplémentaire en 8 ans
Nombre de communes Population
en 2007
(milliers d’habitants)
Population
en 1999
(milliers d’habitants)
Évolution 2007/1999 (%)
ns : non significatif
Champ : Communes aquitaines
Source : Insee, Recensements de la population.
Communes des unités urbaines "2010" 498 2 300 2 128- 8,1
Communes déjà urbaines en 1999 393 2 182 2 022 7,9
Nouvelles communes urbaines en 2010 105 118 106 11,3
Communes devenues rurales en 2010 6 6 5 ns
Communes des unités urbaines "1999" 399 2 188 2 027 7,9

Parmi les 2 296 communes aquitaines, 498 sont désormais urbaines ; quelques-unes sont rattachées à des unités urbaines du Limousin ou de Poitou-Charentes. Depuis 1999, 105 communes ont, soit intégré des agglomérations existantes (Le Fleix rattachée à l’unité de Bergerac ou Saint-Vincent-de-Paul à celle de Dax), soit formé de nouvelles unités urbaines (Grenade-sur-l’Adour dans les Landes) ou sont devenues villes isolées (Hourtin en Gironde ou Eymet en Dordogne).

À l’inverse, six communes ne sont plus urbaines. Le cas le plus typique est celui de la commune de Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques pour laquelle la continuité du bâti sur 200 mètres (voir définitions) n’est plus assurée vers Artix.

retour au sommaire

La périurbanisation continue, conséquence de l’attractivité de la région

La très forte attractivité démographique régionale, près de 1 % de nouveaux habitants chaque année, n’est pas sans effet sur le tissu urbain. La périurbanisation se poursuit mais reste en partie retenue par de réels effets de densification.

Un effet davantage de densification que d’extension

Graphique : Évolution de la population urbaine entre 1999 et 2010

À l’exception de la Dordogne, les départements aquitains gagnent davantage de population urbaine en raison de la densification des habitats dans les périmètres précédents. Le retour à la croissance des villes-centres et des pôles urbains joue ainsi davantage dans la région qu’ailleurs en province.

Toutefois, l’extension des périmètres des unités urbaines presque systématique est encore plus importante qu’en province. La périurbanisation s’avère ainsi particulièrement marquée dans la région.

retour au sommaire

Bordeaux reste la 7e agglomération urbaine française

L’agglomération bordelaise conserve son 7e rang national, derrière Paris, Marseille - Aix-en-Provence, Lyon, Lille, Nice et Toulouse.

L’unité urbaine de Bayonne dépasse en population désormais l’agglomération paloise, essentiellement en raison de son extension aux unités urbaines d’Ascain, d’Hendaye, de Saint-Martin-de-Seignanx et d’Ustaritz. À l’inverse, la commune d’Ondres est désormais une ville isolée.

Les 27 unités urbaines de l’Aquitaine
de plus de 10 000 habitants en 2007
Nom de l’unité urbaine Nombre de communes Population 2007 Rang national 2007
Source : Insee, Recensement de la population 2007
Bordeaux 64 831 788 7
Bayonne (partie française) 27 219 570 29
Pau 53 199 199 34
Agen 16 78 517 80
Périgueux 9 64 909 99
Bergerac 22 62 941 102
La Teste-de-Buch - Arcachon 4 59 774 108
Villeneuve-sur-Lot 13 49 296 130
Dax 13 47 588 137
Mont-de-Marsan 2 38 633 155
Libourne 7 34 323 172
Marmande 11 27 450 203
Oloron-Sainte-Marie 9 17 061 299
Saint-André-de-Cubzac 8 16 909 301
Andernos-les-Bains 2 16 509 308
Mourenx 8 15 534 336
Biganos 2 14 521 357
Saint-Vincent-de-Tyrosse 4 13 314 380
Langon 6 13 032 385
Orthez 5 12 497 401
Fumel 5 12 358 406
Biscarrosse 1 12 209 413
Nérac 4 11 830 424
Coutras 3 11 393 440
Capbreton 2 11 281 442
Montpon-Ménestérol 7 11 046 451
Blaye 8 10 027 490

retour au sommaire

Encadrés

Révision des zonages d’études

En 2011, conformément aux recommandations du Conseil national de l’information statistique (Cnis), plusieurs zonages d’études sont révisés : les zones d’emploi, les unités urbaines et les aires urbaines.

Les unités urbaines 2010 permettent de disposer d’un maillage de l’ensemble de la France pour étudier notamment les dynamiques de périurbanisation ou comparer des agglomérations en s’affranchissant des périmètres administratifs des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) que sont les communautés d’agglomération par exemple.

Pour comprendre ces résultats

Les unités urbaines étaient redéfinies traditionnellement à l’occasion de chaque recensement général de la population. Une première délimitation a été réalisée à l’occasion du recensement de 1954, puis de nouvelles unités urbaines ont été constituées lors des recensements de 1962, 1968, 1975, 1982, 1990 et 1999.

L’actuel zonage, daté de 2010, a été établi en référence à la population connue au recensement de 2007 et sur la géographie du territoire au 1er janvier 2010.

Les unités urbaines peuvent s’étendre sur plusieurs départements ou régions, voire traverser les frontières nationales.

Définitions

Les territoires urbains et ruraux sont des ensembles de communes. La différence entre les deux repose sur un double critère : la continuité du bâti et le nombre d’habitants. Est dénommé unité urbaine un ensemble de communes sur le territoire desquelles se trouve une zone bâtie continue (c’est-à-dire un espace au sein duquel il n’y a pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) dans laquelle résident au moins 2 000 habitants, la moitié au moins de la population de chaque commune appartenant à la zone bâtie.

Si l’unité urbaine est composée d’une seule commune, elle est dénommée ville isolée. Si l’unité urbaine s’étend sur plusieurs communes, elle est dénommée agglomération multicommunale.

Si une commune représente plus de 50 % de la population de l’agglomération multicommunale, elle est seule ville-centre ; sinon, toutes les communes qui ont une population supérieure à 50 % de celle de la commune la plus peuplée, ainsi que cette dernière, sont villes-centres. Les communes urbaines qui ne sont pas villes-centres constituent la banlieue de l’agglomération multicommunale.

Toute commune appartenant à une unité urbaine est dite urbaine. Sont considérées comme rurales les communes qui ne sont pas urbaines. Ce sont en d’autres termes les communes sans zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants ou dont moins de la moitié de la population est dans une zone de bâti continu d’au moins 2 000 habitants.

retour au sommaire