Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Les montagnes d’Auvergne - Rhône-Alpes éloignées des services courants

Simon Guevara, Vincent Vallès, Insee

Résumé

L’égalité d’accès à l’ensemble des services est une composante essentielle de l’égalité des territoires. Très urbanisée, Auvergne - Rhône-Alpes est aussi un ensemble régional où les espaces peu ou très peu denses sont très présents. Or, c’est au sein même de ces territoires de faible densité, notamment ceux de montagne, que les habitants sont les plus éloignés des services. Près de 13 % des habitants d’Auvergne - Rhône-Alpes ont un temps d’accès en voiture à un panier de services de la vie courante supérieur à sept minutes. Au niveau national, ce seuil détermine les territoires les moins bien desservis. Cet isolement des populations est prononcé dans les montagnes auvergnates, ardéchoises et drômoises. Les couronnes des grands pôles urbains ne sont pas non plus épargnées par l’éloignement des équipements mais celui-ci reste moins marqué.

Sommaire

Encadré

Publication

La région Auvergne - Rhône-Alpes se distingue de ses homologues par une grande diversité des temps d’accès de la population à un panier de services et équipements de « vie courante » (méthodologie). Dans la région, les 10 % des habitants les plus éloignés (méthodologie) des services courants accèdent en 7,7 minutes aux équipements du panier. Ce temps de trajet est 3,5 fois plus élevé que celui des 10 % les plus proches. C’est l’écart le plus important au sein des nouvelles régions après ceux de la Corse et de la Bourgogne - Franche-Comté.

Retour au sommaire

Une forte concentration urbaine mais aussi des territoires à la population très clairsemée

Cette situation est le reflet de la répartition des habitants selon des territoires plus ou moins peuplés, ce que mesure la grille communale de densité (méthodologie). En tenant compte des concentrations de population, elle permet d’appréhender les inégalités territoriales d’accès aux services de la population. Auvergne - Rhône-Alpes est le troisième ensemble régional de province classé selon la part de la population habitant les espaces urbanisés derrière Provence-Alpes-Côte d’Azur et Nord-Pas-de-Calais - Picardie. Les communes très denses concentrent deux millions de personnes de la région (27 % de la population régionale) sur 1 % de la surface régionale. Ils sont 2,7 millions (35 %) dans les communes de densité intermédiaire (villes moyennes et proches banlieues). La densité moyenne de ces deux types d’espace, respectivement 3 160 et 455 hab./km², est supérieure à celle de la France de province. Très urbanisée, Auvergne - Rhône-Alpes est aussi marquée par les espaces où la population est très clairsemée. En Auvergne - Rhône-Alpes, les communes concernées par les plus faibles densités recouvrent 35 % de la superficie régionale (Figure 1). Toutefois, seulement 278 000 personnes y résident, soit 4 % de la population. La densité moyenne de ces espaces très peu denses (11 hab./km²) est inférieure à la moyenne nationale (14 hab./km²). C’est dans la Drôme, le sud de l’Isère et la partie régionale du Massif central que se concentrent ces espaces (Figure 2). La densité y est bien plus faible que celles des communes autour des grands centres urbains et le long des axes de communication. Ces trois dernières décennies, sous l’effet de l’étalement urbain, les communes offrant une bonne accessibilité aux centres urbains se sont densifiées. Cependant, le niveau et la concentration de population de ces communes de plus en plus résidentielles (60 hab./km²) leur confèrent un certain degré de ruralité. Ces espaces peu denses couvrent plus de la moitié de la superficie régionale et abritent 2,6 millions de personnes.

Figure 1 - Territoires très peu denses : 4 % de la population sur 35 % du territoire - Répartition de la population et de la surface selon le niveau de densité

Figure 1 - Territoires très peu denses : 4 % de la population sur 35 % du territoire - Répartition de la population et de la surface selon le niveau de densité

Source : Insee, Recensement de la population 2012.

Figure 2 - Forte présence des territoires très peu denses dans la partie régionale du Massif central - Degré de densité des communes en 2012

Figure 2 - Forte présence des territoires très peu denses dans la partie régionale du Massif central - Degré de densité des communes en 2012

Source : Insee, Recensement de la population 2012.

Retour au sommaire

L’accessibilité aux services fortement corrélée au degré de densité

Les habitants des territoires les plus peuplés, les plus urbanisés et les mieux pourvus en infrastructures de transports, n’ont pas de difficulté particulière pour accéder aux équipements si l’on considère les seuls temps par la route (Figure 3). En revanche, il n’en est pas de même pour ceux des territoires moins densément peuplés. En effet, plus la densité de population des territoires est faible, plus les temps d’accès aux services s’allongent et plus les écarts entre Auvergne - Rhône-Alpes et la France métropolitaine s’accentuent (Figure 4). Dans les espaces densément peuplés et de densité intermédiaire, les temps d’accès médians au panier de vie courante sont très proches, autour de trois minutes. Pour ces niveaux de densité urbaine, il n’y a pas d’écart notable entre les temps d’accès en Auvergne - Rhône-Alpes et en France métropolitaine. En revanche, dans la région, la moitié de la population des espaces très peu denses met au moins 11 minutes pour atteindre l’ensemble des équipements de la vie courante. Ce sont deux minutes de plus qu’en France métropolitaine. Pour les 10 % les plus isolés, le temps d’accès atteint 17 minutes, soit 3 minutes de plus.

Figure 3 - Les populations les plus éloignées dans les territoires de montagne - Temps d’accès aux équipements du panier « vie courante »

Figure 3 - Les populations les plus éloignées dans les territoires de montagne - Temps d’accès aux équipements du panier « vie courante »

Sources : Insee, BPE 2013, Recensement de la population 2012, Distancier Métric.

Retour au sommaire

La montagne, facteur principal d’inégalités

Les écarts d’accessibilité avec la France métropolitaine résultent principalement du caractère montagneux d’Auvergne - Rhône-Alpes. S’étendant sur le Massif central, les Alpes et le Jura, l’ensemble régional est l’espace de montagne (méthodologie) le plus peuplé (2,2 millions d’habitants). C’est aussi celui où les communes de montagne recouvrent le plus d’espace (67 % de la superficie régionale) après la Corse. Or, conséquence des contraintes liées au relief, les temps d’accès des populations des communes de montagne sont supérieurs à ceux des communes de densité équivalente hors montagne. Dans les espaces très peu denses des montagnes d’Auvergne - Rhône-Alpes, les 10 % des populations les plus éloignées ont un trajet supérieur à 18 minutes pour bénéficier du panier de services de « vie courante », soit 6 de plus que dans les zones hors montagne. Dans les communes peu denses de montagne, 10 % de la population y accèdent en plus de 10 minutes contre 8 minutes hors montagne.

Retour au sommaire

En Haute-Savoie, les habitants sont plus proches des équipements que dans les autres massifs

L’accessibilité aux services diffère selon les massifs. Dans le massif alpin, la population communale se concentre dans les parties urbanisées situées au fond des vallées. Le peuplement y est ainsi plus dense que celui des montagnes de la partie régionale du Massif central et de la Drôme où la population est plus uniformément répartie. Cette différence dans la concentration des habitations se répercute sur l’accessibilité. En Haute-Savoie, les 10 % des habitants des communes de montagne peu ou très peu denses les plus éloignés sont à plus de 10 minutes du panier « vie courante », contre 14 minutes dans les montagnes cantaliennes et 16 minutes dans celles de l’Ardèche et de la Drôme (Figure 5). À l’opposé, les communes les plus peuplées, qui sont les plus proches de la vallée du Rhône, ainsi que Saint-Étienne et Clermont-Ferrand, sont aussi les plus urbanisées et les mieux pourvues en services et équipements. Dans la Drôme, le temps de trajet de la population la mieux lotie est proche de deux minutes et demie. C’est ainsi le délai d’accès le plus faible dans les montagnes peu et très peu denses de l’espace régional avec celles des monts du Lyonnais et du Beaujolais. Les montagnards drômois les plus éloignés ont ainsi un temps de trajet pour accéder aux services « courants » 7 fois plus élevé que celui des plus proches, soit la plus forte inégalité dans les espaces de faible densité des montagnes régionales.

Figure 5 - Les montagnes cantaliennes, drômoises et ardéchoises les plus éloignées des services - Temps d'accès des populations des communes de montagne au panier « vie courante » selon les départements

Figure 5 - Les montagnes cantaliennes, drômoises et ardéchoises les plus éloignées des services - Temps d'accès des populations des communes de montagne au panier « vie courante » selon les départements

Sources : Insee, BPE 2013, Recensement de la population 2012, Distancier Metric.

Retour au sommaire

30 % du territoire marqué par un fort isolement

À l’échelle de la France métropolitaine, un temps de trajet de sept minutes ou plus peut être considéré comme le délai définissant les espaces les plus éloignés du panier « vie courante ». En Auvergne - Rhône-Alpes, 13 % de la population est au-delà de ce seuil. Ce niveau est proche du niveau métropolitain (10 %) mais il est relativement important comparé aux espaces régionaux de province pour lesquels la part de la population vivant dans les espaces urbanisés est élevée, Provence-Alpes-Côte d’Azur (5 % au-delà du seuil) et Nord-Pas-de-Calais - Picardie (9 %).

Les territoires les plus frappés par les faibles densités de population et l’éloignement marqué aux commerces et services se concentrent dans les espaces les plus ruraux. Les communes hors influence des pôles d’emploi et à plus de sept minutes des services recouvrent 30 % du territoire et abritent 238 900 habitants, soit 3 % de la population régionale. Ces personnes sont frappées d’un double isolement puisqu’elles sont éloignées à la fois des services courants et des centres économiques où se concentrent les emplois et les équipements les plus rares. La moitié de la population de ces espaces les plus isolés est à plus de 11 minutes de l’ensemble des services de la vie courante, et les 10 % les plus éloignés le sont à plus de 17 minutes. Les Monts ardéchois (Vivarais), drômois (Baronnies et Diois) ainsi que le massif de l’Oisans font partie de ces territoires. Au niveau métropolitain, ils figurent parmi ceux où la population est la plus éloignée des services courants. Leurs habitants les plus à l’écart sont à plus de 20 minutes du panier. Le Bugey, les Monts du Cantal, les massifs puydômois (Combrailles, Cezallier, Livradois), du Forez et du Vercors sont eux aussi marqués par l’isolement de leur population.

Retour au sommaire

Les périphéries urbaines touchées, elles aussi, par l’éloignement aux services

L’éloignement aux services n’épargne pas les territoires sous l’influence des villes, c’est-à-dire ceux où chaque matin une part importante (plus de 40 %) des actifs partent travailler sur un pôle d’emploi urbain. Ainsi, ce sont près de 760 500 habitants des couronnes périurbaines d’Auvergne - Rhône-Alpes qui connaissent un trajet supérieur à sept minutes. L’accessibilité au panier « de vie courante » y est globalement meilleure que dans les espaces plus isolés. Cependant, des disparités apparaissent selon les grandes aires urbaines. C’est dans les grandes aires de Lyon, Annemasse, Valence et Montélimar que les populations des couronnes sont les plus proches des services « courants ». La moitié des habitants des communes de faible densité y accède en moins de 5,5 minutes et 90 % en moins de huit minutes. À l’inverse, dans celles d’Aurillac, Montbrison, Moulins, Issoire, Annonay et Montluçon, la moitié de la population accède en plus de sept minutes aux équipements du panier « de vie courante ».

Dans les aires urbaines d’Oyonnax, Aurillac, Tournon-sur-Rhône, Montbrison et Aubenas, 10 % de la population des communes peu ou très peu denses de la couronne périurbaine est à plus de 12 minutes des services courants, soit un temps d’accès équivalent à celui des espaces ruraux isolés.

Retour au sommaire

Encadré

Accès aux services pour les jeunes adultes : des disparités territoriales plus prononcées

Pour les jeunes adultes de 19 à 29 ans, un certain nombre de services liés à l’emploi, à la formation, à la mobilité, au sport et aux loisirs ont été choisis afin de constituer un panier « spécifique » à cette population. En Auvergne - Rhône-Alpes, près de 83 400 jeunes âgés de 19 à 29 ans, soit 8 % de cette population, habitent une commune dans laquelle le temps d’accès à ces services spécifiques est supérieur à 17 minutes. La part des jeunes accédant à ces services en plus de 17 minutes est particulièrement importante dans le Cantal (45 %), l’Ardèche (31 %), la Haute-Loire (31 %) et l'Allier (23 %). Du fait de la forte concentration des services « jeunes » dans les pôles d’emploi, les jeunes adultes sont plus éloignés des équipements spécifiques qui les concernent dans les espaces peu ou très peu denses qu’une personne plus âgée ne le sera du panier de la vie courante.

Retour au sommaire

Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes N° 2 - janvier 2016

Téléchargement

Liens

Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes : Présentation de la collection et liste des numéros parus