Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

En Guyane, les conditions de vie matérielles de l’enfant s’imposent comme le premier déterminant de la non-scolarisation

Auteur : Barbara Gragnic

Résumé

En 2009, 2 222 enfants de 6 à 16 ans ne vont pas ou plus à l’école ou au collège en Guyane. Le taux de non-scolarisation (4 %) est trois fois supérieur à celui de la France métropolitaine (1,3 %). La non-scolarisation est plus marquée dans la communauté de communes de l’Ouest Guyanais. Les conditions de vie matérielles de l’enfant, la nationalité de l’enfant et l’activité des parents sont les principaux déterminants influant sur la probabilité d’être scolarisé.

Sommaire

Encadrés

Publication

La non-scolarisation s’intensifie chez les 12-16 ans

Contrairement à la situation en France métropolitaine, la non-scolarisation est plus marquée à partir du niveau collège. Le taux de non-scolarisation chez les 12-16 ans atteint 5,4 %, contre 3,2 % chez les 6-11 ans (respectivement 1 % et 1,6 % en métropole). La non-scolarisation plus importante chez les plus âgés témoigne de l’intensification de la déscolarisation avec l’âge de l’enfant.

L'Est et l'Ouest guyanais en première ligne
Taux de non-scolarisation par tranche d'âge selon la communauté de communes
Unité : %
6-11 ans 12- 16 ans 6-16 ans
Source: Insee, Recensement de la population 2009.
Est Guyanais 2,4 17,8 8,6
Ouest Guyanais 4,8 7,9 6
Savanes 2,2 3,8 2,9
Centre Littoral 2,3 3,3 2,7
Guyane 3,2 5,4 4,1
Télécharger le tableau au format excel

Exemple de resultat selon le profil de l enfant

Haut de page

La moitié des enfants non-scolarisés vivent dans l’Ouest Guyanais

Les communautés de communes de la Guyane ne sont pas identiquement touchées par la non-scolarisation. Avec 1 147 enfants non-scolarisés la Communauté de Communes de l’Ouest Guyanais concentre plus de la moitié des enfants non-scolarisés de Guyane, alors que seulement un tiers des enfants sont non-scolarisés dans la communauté d’agglomération du Centre Littoral (692 enfants). Les Savanes et l’Est Guyanais avec respectivement 221 et 162 enfants non-scolarisés recensés représentent moins d’un cinquième des enfants non-scolarisés.

Entre 6 et 11 ans, un enfant sur vingt est non-scolarisé dans l’Ouest Guyanais

La non-scolarisation s’intensifie avec l’âge de l’enfant dans toutes les Communautés de Communes. Dans l’Ouest Guyanais, le taux de non-scolarisation est élevé dès les jeunes âges. Chez les 6-11 ans, le taux de non-scolarisation est de 4,9 %. Les trois autres Communautés de Communes, à savoir l’Est Guyanais, le Centre Littoral et les Savanes ont des taux de non-scolarisation proches pour cette tranche d’âge (respectivement 2,4 %, 2,3 % et 2,2 %).

De nouvelles disparités entre Communautés de Communes apparaissent à partir du niveau collège. Le taux de non-scolarisation de l’Ouest Guyanais atteint 7,9 % chez les 12-16 ans. Il reste deux fois supérieur aux taux de non-scolarisation des Savanes et du Centre Littoral (respectivement 3,8 % et 3,3 %) qui ont augmenté modérément. Par ailleurs, les jeunes de l’Est Guyanais rencontrent une forte déscolarisation à ces âges ; entre 12 et 16 ans, 17,8 % des jeunes sont non-scolarisés.

Taux de non scolarisation en Guyane des 6-11 ans par commune
Taux de non scolarisation en Guyane des 12-16 ans par commune

Haut de page

Les conditions de vie insalubres : plus d’un enfant sur dix est non-scolarisé

La qualité du logement dans lequel vit l’enfant, que l’on peut assimiler à ses conditions de vie matérielles, influe fortement sur la probabilité d’être non-scolarisé. Le taux de non-scolarisation atteint 16 % chez les enfants vivant dans des logements ne respectant aucun critère de salubrité à savoir : ni eau courante, ni électricité, ni sanitaire, ni évacuation des eaux usées. Plus le logement remplit un nombre important de critères de confort, plus le taux de non-scolarisation chez les jeunes habitant dans ces logements diminue. Le taux de non-scolarisation pour les enfants vivant dans les logements confortables, vérifiant les critères énoncés précédemment, est de 2 % soit deux fois inférieur au taux du département.

Taux de non scolarisation selon la qualite du logement de l enfant

Haut de page

Plus d’enfants de nationalités étrangères non-scolarisés

Le taux de non-scolarisation des enfants de nationalité française est de 2,1 %. Les enfants de nationalités étrangères sont plus souvent non-scolarisés (7 %). Un enfant de nationalité brésilienne sur dix est non-scolarisé. Les enfants de nationalités Guyanienne et Surinamaise ont également des taux de non-scolarisation supérieurs à la moyenne du département (respectivement, 5,7 % et 7,5 %).

Un enfant brésilien sur 10 est non-scolarisé
Taux de non-scolarisation selon la nationalité
Unité : %
Taux de non-scolarisation
Source: Insee, Recensement de la population 2009.
Brésilien 11,6
Surinamais 8,0
Guyaniens 6,2
Haïtien 4,2
Français par acquisition 3,6
Français de naissance 2,4
Chinois 1,1
Télécharger le tableau au format excel

Haut de page

Les enfants d’inactifs ont plus de risque d’être non-scolarisé

L’inactivité des parents influe négativement sur la probabilité d’être scolarisé. Le taux de non-scolarisation atteint les 7,7 % pour les enfants d’inactifs alors qu’il est de 3,4 % pour les enfants dont les parents sont actifs.

Les conditions de vie matérielles : déterminant principal de la non-scolarisation

Dans les quatre communautés de communes, les conditions de vie matérielles de l’enfant ressortent comme le premier déterminant de la non-scolarisation. Dans l’Est Guyanais et dans les Savanes, un enfant vivant dans des conditions de vie insalubres voit son risque d’être non-scolarisé multiplié par cinq. Il est multiplié par 4 dans l’Ouest Guyanais et par 3 dans le Centre Littoral.

La nationalité est également déterminante ; être de nationalité étrangère multiplie par 4 le risque d’être non-scolarisé dans l’Est Guyanais et dans les Savanes, et par 2 dans l’Ouest Guyanais et le Centre Littoral. Dans l’Ouest Guyanais, l’inactivité des parents influe également sur le risque d’être non-scolarisé ; un enfant d’inactifs a deux fois plus de risque d’être non-scolarisé.

Dans l’Ouest Guyanais, un enfant d’inactifs vivant dans des conditions de vie insalubres, et étant de nationalité étrangère a une chance sur dix d’être non-scolarisé alors qu’un enfant d’actifs de nationalité française vivant dans des conditions de vie confortables a moins d’une chance sur cent d’être non-scolarisé.

Haut de page

Depuis 1999, la non-scolarisation recule

Entre 1999 et 2009, le taux de non-scolarisation a été divisé par deux. En 2009, la Guyane recense environ 1 000 enfants non-scolarisés de moins qu’en 1999. Chez les 6-11 ans, il était de 7 % en 1999, contre 3,2 % en 2009. Chez les 12-16 ans, un enfant sur dix en âge d’aller au collège était non-scolarisé en 1999 contre un enfant sur vingt en 2009.

Cette étude est le fruit d’un partenariat entre le Rectorat de Guyane et l’Insee qui a débuté par la publication « L’état de l’école en Guyane» en juillet 2011. Ce partenariat a souhaité aller plus loin que les dénombrements d’enfants non scolarisés en s’interrogeant sur les facteurs ou déterminants de la non scolarisation en Guyane. Cette étude devra alimenter les analyses de l’observatoire de la non scolarisation (ONS) du Rectorat de Guyane.

Les données de l’étude proviennent des résultats du recensement de la population (RP). La concordance des données entre le Rectorat et l’Insee valide l’utilisation des données RP pour évaluer la population non scolarisée et surtout pour en établir les déterminants socio-démographiques non exhaustifs.

Haut de page

Encadrès

Définition

Le taux de non-scolarisation par âge est le rapport entre la population non-scolarisée de cette tranche d’âge sur la population totale de cette même tranche d’âge. La démographie par âge, prise en compte pour les taux de non-scolarisation, provient des données du recensement de la population.

Source

Les effectifs de non scolarisés sont établis à partir du recensement de la population. La population non-scolarisée correspond aux personnes qui déclarent ne pas être inscrites dans un établissement d’enseignement. Les caractéristiques socio-économiques des familles des non scolarisés ne sont disponibles, dans le recensement de la population, que pour les « enfants de la famille ».

«  Est compté comme enfant d’une famille toute personne vivant au sein du même ménage que ses parents avec lesquels elle forme une famille, si elle est célibataire et n’a pas de conjoint ou d’enfant vivant dans le ménage. L’enfant d’une famille peut être l’enfant des deux parents, de l’un ou de l’autre, un enfant adopté, ou un enfant en tutelle de l’un ou l’autre parent. »

Haut de page

Méthode

La méthode utilisée pour calculer les déterminants de la non scolarisation est la régression logistique. C’est un outil statistique permettant de calculer la probabilité qu’un événement survienne connaissant certaines variables. Selon le profil de l’enfant connu grâce aux données du recensement, le but est de calculer sa probabilité d’être non-scolarisé.

Soit Y, la variable dichotomique à expliquer. Elle prend la valeur 1 si l’enfant est non-scolarisé, 0 sinon.

Soit X= (X1, X2,…Xp), l’ensemble des p variables explicatives qui représentent le profil de l’enfant et x une réalisation de X.

L’objectif est de trouver un modèle permettant d’estimer la probabilité qu’un enfant soit non-scolarisé en fonction des variables explicatives.

Le modèle logistique s’écrit :
logit p(x) = log ( p(x) / 1- p(x) ) = x’.ß

Avec :
x ‘ = (1,11(x),…, 1m(x))
p(x) = P(Y = 1 / X = x)
ß = ( ß0, ß1, …, ßm) , l’ensemble des paramètres à estimer.

Toutes les variables qualitatives sont découpées en variables indicatrices dans le modèle, à chaque modalité d’une variable correspond un coefficient.

Les variables testées dans le modèle sont : la classe d’âge, l’activité des parents, les conditions de vie matérielles de l’enfant, la nationalité de l’enfant, le fait de disposer ou non d’un moyen de transport au domicile, et le fait d’être immigré ou non. Afin de retenir uniquement les variables significatives, trois méthodes de sélection de variables ont été utilisées : la méthode ascendante (forward selection), la méthode descendante (backward selection) et la méthode progressive (stepwise selection). Pour chaque communauté de communes le modèle optimal a été recherché. Les conditions de vie matérielles de l’enfant et la nationalité ont été retenues dans le modèle dans les quatre communauté de communes ; l’activité des parents est quant à elle significative uniquement dans l’Ouest Guyanais.

Exemple de résultats selon le profil de l’enfant :

Exemple de resultat selon le profil de l enfant

Haut de page