Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Enquête emploi 2013 en Martinique

Pierre-Eric Treyens

Le taux d’emploi reste constant depuis 3 ans

Au deuxième trimestre 2013, le taux d’emploi en Martinique s’élève à 51,6 %. Identique chez les hommes et les femmes, c’est le taux le plus élevé des départements français d’Amérique (DFA). Le taux de chômage est en légère augmentation (22,8 %) et reste bien supérieur au taux métropolitain. Les jeunes sont les plus touchés par le chômage mais les plus diplômés tirent leur épingle du jeu.

Sommaire

Encadrés

Publication

En 2013(1), le taux d’emploi (définitions) des Martiniquais âgés de 15 à 64 ans(2) est de 51,6 %. Ce taux reste stable pour la troisième année consécutive, largement inférieur à celui de la France hexagonale(3) (64 %). Toutefois, le taux d’emploi martiniquais dépasse ceux observés en Guadeloupe (48,2 %) et en Guyane (45 %), deux territoires qui souffrent pourtant de difficultés similaires.

Ce taux d’emploi correspond à une population de près de 128 000 Martiniquais âgés de 15-64 ans en situation d’emploi au moment de l’enquête, se répartissant en 3 800 jeunes travailleurs de moins de 25 ans, 76 100 travailleurs de 25 à 49 ans et 47 700 de 50 à 64 ans. Moins de 2 000 individus sont toujours en situation d’emploi en Martinique après 65 ans.

(1) - C’est-à-dire au moment de l’enquête. L’emploi d’une année N, correspond aux niveaux observés/enquêtés au second trimestre de cette même année (cf. source Eedom)

(2) - Jusqu’en 2010, 65 ans était l’âge du taux plein automatique. Avec la réforme des retraites de 2010, ce dernier a été porté à 67 ans mais le seuil de 65 ans restent la norme établie dans la plupart des publications.

(3) - En Métropole, l’enquête emploi est faite en continue. Cette méthodologie sera utilisée exclusivement dès 2014 pour les DOM. Cf. encart méthodologie.

Haut de page

Un taux d’emploi identique chez les hommes et les femmes

Parmi les Martiniquais en emploi en 2013, près de 55 % sont des femmes(4). Cette proportion correspond à celle observée dans la population des 15-64 ans, rappelant ainsi la forte féminisation de la société martiniquaise. Les taux d’emploi des hommes et des femmes de cette tranche d’âge sont égaux ( 51,6 %).

En Martinique, la possession d’un diplôme favorise l’accès à l’emploi. En 2013, 74,8 % des titulaires d’un diplôme du premier cycle et 84,4 % des titulaires d’un deuxième cycle universitaire étaient en situation d’emploi. Inversement, les non diplômés montrent nettement plus de difficultés à intégrer le marché du travail avec seulement 34,9 % d’entre eux ayant réussi à occuper un emploi. Les titulaires d’un baccalauréat et ceux d’un BEP ou d’un CAP sont respectivement 53,8 % et 59,7 % à être en emploi.

(4) - Les professions intermédiaires et les postes d’employés sont plus souvent occupés par des femmes (respectivement 64,1 % et 76 %) quand les ouvriers d’un coté et les artisans, commerçants et chefs d’entreprise de l’autre sont majoritairement des hommes (respectivement 79 % et 71 %). Les cadres et professions intellectuelles supérieurs se répartissent plus équitablement avec 52 % de femmes contre 48 % d’hommes.

Un taux d’emploi particulièrement faible chez les jeunes

L’âge est la variable sociodémographique la plus discriminante en terme de taux d’emploi. Ainsi, le taux d’emploi des moins de 25 ans dépasse à peine les 8 % quand celui des 25-49 ans atteint 66 % et celui des 50-64 ans 56 %. Ce taux extrêmement bas chez les plus jeunes s’explique notamment par la forte inactivité qui caractérise cette population largement scolarisée. En effet, plus de 69 % des 15-24 ans sont des élèves ou des étudiants.

En 2013, près de 90 % des Martiniquais entre 15 et 63 ans(5) étant déjà en emploi en 2012 l’étaient toujours une année après. Ce taux de maintien en emploi place la Martinique dans la moyenne des départements français d’Amérique (DFA), entre la Guyane (84,5 %) et la Guadeloupe (89,3 %).

Si le genre n’a pas d’effet sur le maintien en emploi, l’âge est là encore la variable la plus pénalisante quant au maintien dans l’emploi. A peine 67 % des Martiniquais de moins de 25 ans restent en situation d’emploi au deuxième trimestre 2013 après l’avoir été au deuxième trimestre 2012 quand 90 % des 25-49 ans et des 50-64 ans conservent un emploi. Par ailleurs, le niveau de diplôme est également déterminant. En effet, les diplômés du supérieur résistent mieux à la sortie de l’emploi que les individus sans diplôme (94 % contre 86 %). Les titulaires d’un baccalauréat, d’un BEP ou d’un CAP se situent, quant à eux, entre ces deux extrêmes.

(5) - Pour étudier la population dont l’âge est inférieur à 65 ans en 2013, il faut se restreindre à celle dont l’âge est inférieur à 64 l’année précédente.

Les moins de 25 ans en difficulté face au marché de l'emploi
Taux d'activité, d'emploi et de chômage au deuxième trimestre 2013 en Martinique
en effectifs et pourcentage
Inactifs Actifs Dont actifs occupés Dont chômeurs Total
Hommes
15-24 ans 17 521 6 621 2 052 4 569 24 142
25-49 ans 6 076 42 636 33 059 9 577 48 712
50-64 ans 13 261 25 959 22 687 3 272 39 220
15-64 ans 36 858 75 216 57 798 17 418 112 074
15 ans et plus 65 440 76 241 58 823 17 418 141 681
Femmes
15-24 ans 17 927 5 359 1 760 3 599 23 286
25-49 ans 9 829 56 695 43 083 13 612 66 524
50-64 ans 16 989 28 654 25 057 3 597 45 643
15-64 ans 44 745 90 708 69 900 20 808 135 453
15 ans et plus 82 419 91 342 70 534 20 808 173 761
Ensemble
15-24 ans 35 448 11 980 3 812 8 168 47 428
25-49 ans 15 905 99 331 76 142 23 189 115 236
50-64 ans 30 250 54 613 47 744 6 869 84 863
15-64 ans 81 603 165 924 127 698 38 226 247 527
15 ans et plus 147 859 167 583 129 357 38 226 315 442
Taux d'activité Taux d'emploi Taux de chômage
Champ : les Martiniquais de 15 ans et plus.
Lecture : 165 924 personnes de 15 à 64 ans sont actives au deuxième trimestre 2013 en Martinique
Source : Enquête Emploi dans les DOM 2013, Insee.
Hommes
15-24 ans 27,4 8,5 69,0
25-49 ans 87,5 67,9 22,5
50-64 ans 66,2 57,8 12,6
15-64 ans 67,1 51,6 23,2
15 ans et plus 53,8 41,5 22,8
Femmes
15-24 ans 23,0 7,6 67,2
25-49 ans 85,2 64,8 24,0
50-64 ans 62,8 54,9 12,6
15-64 ans 67,0 51,6 22,9
15 ans et plus 52,6 40,6 22,8
Ensemble
15-24 ans 25,3 8,0 68,2
25-49 ans 86,2 66,1 23,3
50-64 ans 64,4 56,3 12,6
15-64 ans 67,0 51,6 23,0
15 ans et plus 53,1 41,0 22,8

Téléchargez le tableau au format excel

Haut de page

Un taux de chômage en légère augmentation en Martinique

En 2013, le taux de chômage est de 22,8 %(6) en Martinique et l’île compte légèrement plus de 38 000 chômeurs au sens du BIT(7). En se limitant aux 15-64 ans, le taux de chômage atteint alors 23 %, les individus continuant à travailler après 65 ans contribuant légèrement à le faire baisser sur l’ensemble de la population. Le taux de chômage martiniquais reste, depuis de nombreuses années, largement supérieur à celui de la France hexagonale. La Martinique semble avoir été moins touchée par la crise économique actuelle que la Guadeloupe dont le taux de chômage dépasse les 26 % en 2013 quand la Guyane compte 21,3 % de chômeurs.

(6) - Taux de chômage de 21,5 %, à l’issu des résultats de l’enquête réalisée en 2012

(7) - Ces données portent sur la population de 15 ans et plus, et donc diffèrent légèrement des données sur la population des 15-64 ans (cf. définition chômeurs au sens du BIT).

Repartition selon le statut au sens du BIT en 2013 et en 2012

Haut de page

Chez les jeunes, le diplôme est la meilleure assurance contre le chômage

Si en Martinique, les hommes et les femmes connaissent quasiment les mêmes taux de chômage, les Martiniquais de moins de 25 ans subissent le plus fort taux de chômage. Ainsi, en 2013, 68,2 % d’entre eux sont au chômage quand 23,3 % des 25-49 ans et seulement 12,6 % des 50-64 ans le sont. Alors que le taux d’emploi prend en compte les inactifs, le taux de chômage permet de s’affranchir de l’effet de l’inactivité scolaire qui touche presque exclusivement les jeunes. Cette approche souligne à nouveau que ce sont les moins de 25 ans qui sont les plus pénalisés sur le marché de l’emploi. Toutefois, les différences sont moindres que celles observées avec le taux d’emploi. Le diplôme reste la meilleure protection contre le chômage. Plus précisément, seulement 10 % des diplômés du supérieur se retrouvent au chômage quand 30 % des Martiniquais sans aucun diplôme, 24 % des titulaires d’un BEP ou d’un CAP et 27 % des bacheliers le sont.

Repartition selon le statut au sens du BIT en 2013 et en 2012

Haut de page

Les Martiniquaises basculent plus souvent du chômage vers l’emploi

Parmi les chômeurs de 15 à 63 ans(8) au deuxième trimestre 2012, la moitié sont encore au chômage l’année suivante, un quart d’entre eux ont trouvé un emploi et le quart restant a basculé dans l’inactivité. Le profil de la Martinique diffère nettement de celui des autres DFA. En effet, les chômeurs guadeloupéens ont plus souvent tendance à rester chômeurs (64 %) et moins à trouver un emploi (17 %) quand les chômeurs guyanais basculent plus vers l’inactivité (40,7 %) et restent moins au chômage (41,3 %).

En Martinique, les femmes au chômage en 2012 ont plus souvent trouvé un emploi que les hommes (30 % contre 21 %) et ont moins souvent basculé dans l’inactivité (21 % contre 25 %). Par ailleurs, les taux de retour vers l’emploi après un épisode de chômage pointent à nouveau les difficultés des jeunes sur le marché de l’emploi. Ainsi, 18 % des moins de 25 ans au chômage en 2012 sont en emploi en 2013 contre 30 % des 25-49 ans et 22 % des 50-63 ans. De façon attendue, les plus âgés ont plus tendance basculer vers l’inactivité (36 %) que les moins de 25 ans (14 %) et les 25-49 ans (21 %) en faisant valoir leurs droits à la retraite ou en partant en préretraite.

(8)Pour étudier la population dont l’âge est inférieur à 65 ans en 2013, il faut se restreindre à celle dont l’âge est inférieur à 64 l’année précédente

16 000 inactifs dans le Halo du chômage

Entre chômage et inactivité, le halo du chômage est la zone floue dans laquelle se situe presque 16 000 inactifs martiniquais qui souhaitent et/ou recherchent un emploi en 2013(8). Il concerne un tiers des inactifs non étudiants de moins de 65 ans. Si le genre n’a pas d’influence significative sur le fait d’être dans le halo, l’âge apparaît comme un déterminant essentiel de cette situation pour les individus.

En effet, les inactifs entre 50 et 64 ans sont seulement 16 % à être dans le halo quand 62 % des 25-49 ans et 72 % des moins de 25 ans y sont, soulignant ainsi le découragement que connaissent les plus jeunes face aux difficultés à accéder à l’emploi en Martinique.

En 2013, la Martinique compte 148 000 inactifs dont 81 600 en âge de travailler (entre 15 et 64 ans). Dans cette tranche d’âge, les femmes représentent 55 % des inactifs, soit la même proportion que celle des Martiniquais en emploi et que la population dans son ensemble. Comme pour les taux d’emploi et de chômage, les taux d’inactivité sont les mêmes pour les hommes et les femmes et l’âge comme le niveau d’étude restent les variables déterminantes de la probabilité d’être inactif. Ainsi, plus de 74 % des jeunes de moins de 25 ans sont inactifs essentiellement en raison du fort taux de scolarisation de cette tranche d’âge. Inversement, les 25-49 ans ne comptent que 13,8 % d’inactifs. Pour les plus âgés, les départs à la retraite et en préretraite expliquent les taux élevé d’inactivité chez les 50-64 ans (35,6 %). Enfin, presque 50 % des non diplômés se retrouvent inactifs contre moins de 12 % des diplômés du supérieur et entre 20 % et 30 % des titulaires d’un baccalauréat ou d’un BEP/CAP.

(9) - En 2013, c’est-à-dire au deuxième trimestre 2013 lors de la réalisation de l’enquête.

Haut de page

Encadrés

Définitions

La population active regroupe la population active occupée et les chômeurs. La population active occupée, aussi appelée « population active ayant un emploi », comprend les personnes ayant exercé une activité rémunérée, ne serait-ce qu’une heure, au cours d’une semaine de référence, semaine précédant juste l’interrogation du ménage. Elle comprend aussi les personnes pourvues d’un emploi mais qui en sont temporairement absentes : congé maladie de moins d’un an, congés payés, congé de maternité, formation rémunérée par l’employeur, chômage technique ou partiel,... Les aides familiaux, les militaires du contingent, ainsi que les stagiaires rémunérés font aussi partie de la population active occupée.

Parmi les personnes qui ne sont pas classées dans la population active occupée, sont considérées comme chômeur au sens du bureau international du travail (BIT) les personnes disponibles de 15 ans et plus pour prendre un emploi dans les 15 jours et qui, soit ont fait des démarches de recherche d’emploi dans le mois précédent, soit ont déjà trouvé un emploi commençant dans les trois mois suivant. Enfin, les inactifs sont les personnes qui ne sont pas classées dans la population active.

Le taux d’activité (respectivement taux d’emploi) d’une classe d’âge est le rapport du nombre d’actifs (respectivement actifs occupés) de la classe d’âge à la population totale de la même classe d’âge. Le taux de chômage rapporte quant à lui le nombre de chômeurs au nombre d’actifs de la tranche d’âge considérée. Lorsqu’une tranche d’âge comporte une forte proportion d’inactifs, comme c’est le cas pour les jeunes de 15 à 24 ans, le taux de chômage est beaucoup plus élevé que la part de chômage.

Le « halo » du chômage regroupe les personnes qui n’ont pas d’emploi, qui souhaitent travailler, mais qui ne sont pas considérées comme au chômage selon les normes du BIT, car elles ne sont pas disponibles pour travailler dans les deux semaines ou (et) n’ont pas effectué de démarches actives de recherche d’emploi dans le mois précédent.

Haut de page

Source

L’Enquête Emploi annuelle DOM (EEDOM) existe depuis 1993 dans les DOM et depuis 2001 sous sa forme actuelle. C’est une enquête annuelle qui répond aux mêmes objectifs que l’enquête Emploi en continu, à savoir fournir des statistiques sur la situation des personnes sur le marché du travail : activité, chômage, emploi, inactivité, selon les concepts définis par le BIT.

Ainsi, l’EEDOM fournit de nombreuses informations sur l’état du marché du travail dans les DOM (volume de la population active et du chômage, caractéristiques des personnes présentes sur le marché du travail et évolution d’une année sur l’autre), ainsi que sur la formation des jeunes arrivant sur le marché du travail.
L’enquête Emploi annuelle a lieu chaque année de mars à juin auprès des personnes de 15 ans ou plus vivant dans des résidences principales à caractère non collectif. Le champ de l’enquête est l’ensemble des logements dits « ordinaires », c’est-à-dire les résidences principales à caractère non collectif.
L’ensemble des personnes de 15 ans et plus vivant dans ces logements est interrogé.
Les ménages sont interrogés pendant trois ans. La première interrogation se déroule en face à face, les deux autres par téléphone.

Compte tenu de l’extension de l’enquête emploi en continu dans les DOM, l’enquête annuelle de 2013 sera la dernière et aucune enquête complémentaire n’y est adossée cette année.

En 2013, 2 300 ménages sont interrogés Martinique pour 4 400 personnes répondantes.

Haut de page

Téléchargement

Pour en savoir plus