Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Dépendance des personnes âgées en Ile-de-France : un tiers d'emplois supplémentaires d'ici 2020

Auteur : Sylvaine Drieux, Insee Ile-de-France

Résumé

De 2008 à 2020, le nombre d’emplois liés à la dépendance des personnes âgées devrait progresser de 31 % en Ile-de-France. Cette évolution est due à l’augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes qui seraient accompagnées à leur domicile.
En conséquence, ce sont les emplois d’aide à la vie quotidienne qui devraient progresser fortement. En institution, il s’agirait d’emplois davantage tournés vers les soins médicaux. Plus de la moitié des emplois seraient créés en grande couronne.

Sommaire

Publication

Introduction

Entre 2008 et 2020, 44 100 Franciliens supplémentaires de 60 ans ou plus pourraient être confrontés à une perte d’autonomie, dont 37 500 vivraient à domicile et 6 600 en institution (Méthodologie et définitions).

D’ici 2020, le vieillissement de la population francilienne pourrait nécessiter la création de 23 100 emplois en équivalent temps plein liés à la dépendance si le taux de recours aux aidants professionnels restait stable dans le temps (Tableau 1). Cela représenterait une progression de 31 % de ces emplois (Champ de l'étude).

 

Tableau 1 - 35 % des nouveaux emplois liés à la dépendance seraient des postes de personnels soignants

retour sommaire

 

Les personnels d’aide à la vie courante constitueraient 57 % des emplois créés

Sur les 23 100 emplois liés à la dépendance des personnes âgées créés d’ici 2020, 13 200 seraient des emplois de personnels accompagnant les personnes âgées dépendantes pour les actes de la vie courante. Il s’agit essentiellement d’aides ménagères, d’aides à domicile qui facilitent la vie des personnes âgées même faiblement dépendantes pour les actes de la vie quotidienne (toilette, courses, ménage...). En 2008, les emplois d’aide à la vie quotidienne représentent 48 % des emplois induits par la dépendance des personnes âgées ; en 2020, cette part passerait à 50,3 %.

Plus du tiers des nouveaux emplois seraient des emplois de personnels soignants. Les infirmières composeraient l’essentiel de ces nouveaux personnels soignants, surtout à domicile (60 % des nouveaux emplois des personnels soignants).

Les autres emplois seraient occupés par des personnels administratifs, d’encadrement ou des services généraux (vie quotidienne en institution : entretien, cuisine...).

retour sommaire

 

Le nombre d’emplois à domicile multiplié par 1,5 d’ici 2020

En Ile-de-France, le nombre d’emplois liés à la dépendance créés pour aider les personnes âgées à domicile augmenterait de 50 % contre 10 % seulement en institution d’ici 2020 (Projection de population potentiellement dépendante en 2020).

 

Sous l’hypothèse que les Franciliens restent autonomes à un âge de plus en plus élevé, la part des personnes âgées dépendantes restant à leur domicile progresserait de 6,5 points d’ici 2020. L’accompagnement à domicile de ces personnes âgées dépendantes nécessiterait une augmentation importante du nombre d’emplois ; d’ici 2020, 86 % des nouveaux emplois liés à la dépendance, seraient des emplois à domicile et 14 % des emplois en institution (Tableau 2).

 

Tableau 2 - Les personnels d'aide à la vie quotidienne représenteraient 57 % des emplois créés d'ici 2020

 

Les personnels soignants représenteraient 34 % des emplois créés à domicile et 41 % des emplois créés en institution d’ici 2020. La part déjà importante des personnels soignants dans l’ensemble des établissements et le faible accroissement de la population dépendante en institution à l’horizon 2020 expliquerait l’augmentation limitée des emplois de cette catégorie dans les établissements spécialisés. A domicile, la présence de psychomotriciens, de psychologues, d’éducateurs spécialisés et d’assistantes sociales permettrait d’accompagner le travail des personnels soignants en aidant les personnes âgées dépendantes à rester le plus longtemps possible dans leur environnement habituel.

retour sommaire

 

Les professionnels remplaceraient une partie des aidants familiaux

Les professionnels ne sont pas les seuls à accompagner les personnes âgées dépendantes à domicile. Selon l’étude Pixel, les aidants familiaux de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent être répartis en deux groupes principaux : les conjoints (51 %) âgés en moyenne de 71 ans et les enfants (45 %) âgés en moyenne de 52 ans, dont le parent a, en moyenne, 82 ans. Toutefois, les aidants familiaux potentiels, notamment les conjoints, vieilliraient d’ici 2020. Ils seraient alors susceptibles d’être eux-mêmes dépendants et donc moins disponibles pour leurs proches entrant dans une phase de dépendance lourde (Former et valoriser les aidants professionnels).

De plus, certains phénomènes sociologiques viennent fragiliser les aidants familiaux. Les familles recomposées, la baisse du nombre d’enfants, l’augmentation des divorces après 60 ans, le développement du travail féminin, ou encore la plus grande mobilité géographique des jeunes sont autant de facteurs générationnels qui réduisent considérablement la disponibilité des aidants familiaux pour leurs proches en perte d’autonomie. Le nombre d’aidants informels augmenterait de façon moins importante que les personnes à aider.

Le recours à des personnels qualifiés pour la dépendance à domicile serait alors soumis à une forte croissance (Le Programme interdépartemental d’accompagnement des handicaps et de la perte d’autonomie (PRIAC) en Ile-de-France).

retour sommaire

 

Plus de la moitié des emplois seraient créés en grande couronne

Les emplois liés à la dépendance des personnes âgées progresseraient de 39 % en grande couronne contre 31 % en petite couronne et 13 % à Paris (Carte 1). Ceci s’explique par l’augmentation plus forte du nombre de personnes âgées dépendantes en grande couronne. Ainsi, 54 % des emplois y seraient créés
(Tableau 3).

 

Carte - 31 % d'emplois supplémentaires induits par la dépendance des personnes âgées d'ici 2020

carte : 31 % d'emplois supplémentaires induits par la dépendance des personnes âgées d'ici 2020

Source : Insee ; Enquête Handicaps-Santé 2008-2009 ; Projection Omphale 2010

 

Tableau 3 - Plus de la moitié des emplois créés d'ici 2020 seraient situés en grande couronne

 

En 2020, 46 % des emplois liés à la dépendance des personnes âgées seraient situés en grande couronne contre 43 % en 2008. La part de la petite couronne resterait stable avec 37 % des emplois liés à la dépendance des personnes âgées dépendantes tandis que celle de Paris diminuerait de 3 points passant de 20 % à 17 %.

Ce sont principalement les emplois à domicile qui augmenteraient (Graphique). En Seine-et-Marne, la croissance des emplois à domicile serait de 87 %, soit 10 à 15 points au dessus de l’évolution des emplois dans les autres départements de grande couronne. A l’inverse, les emplois en institution dans ce département ne progresseraient que de 6 %, soit moitié moins que dans les trois autres départements de grande couronne.

 

Graphique - Les emplois à domicile progresseraient fortement en grande couronne

Graphique : Les emplois à domicile progresseraient fortement en grande couronne

Source : Insee ; Enquête Handicaps-Santé 2008-2009 ; Projection Omphale 2010

 

Dans les Hauts-de-Seine, les emplois à domicile progresseraient plus rapidement que dans les autres départements de petite couronne (58 % contre 50 %). En Seine-Saint-Denis, ce sont les emplois en institution qui augmenteraient deux fois plus vite (14 % contre 7 %).

retour sommaire