Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Les perspectives de l'économie franc-comtoise s'assombrissent

Martine AZOUGUAGH

Résumé

Au troisième trimestre 2011, la conjoncture nationale est marquée par un rebond temporaire de l'activité avec une croissance du PIB de 0,3 %. La production d'énergie se redresse nettement et l'activité dans les services se renforce légèrement. À l'inverse, la production manufacturière continue à se replier (- 0,2 %). L'activité est soutenue par les exportations et par le rebond de la consommation des ménages. Toutefois, l'investissement des entreprises non financières est en baisse pour la première fois depuis le premier trimestre 2010, marquant un affaiblissement de la demande intérieure. Par ailleurs, d'après les résultats des enquêtes de conjoncture, le climat des affaires, dans les services comme dans l'industrie, se dégrade depuis l'été. Les perspectives de production dans l'industrie manufacturière sont en repli.

Dans ce contexte, la Franche-Comté peine à tirer son épingle du jeu. L'emploi salarié régional enregistre une nouvelle baisse avec un fléchissement dans l'industrie, le commerce et l'intérim. Le taux de chômage, en baisse continue depuis fin 2009, repart à la hausse avec une augmentation de 0,2 point en un trimestre. La construction neuve manque toujours de dynamisme, la fréquentation hôtelière est en net recul par rapport à l'année précédente et les créations d'entreprises s'essoufflent.

Sommaire

Publication

Dégradation de l'emploi

Au troisième trimestre 2011, malgré le rebond de l'activité, l'emploi salarié marchand non agricole se stabilise en France. Il recule dans l'industrie et l'intérim.

En Franche-Comté, il accuse une nouvelle baisse de 0,3 % et reste ainsi très en deçà de son niveau d'avant la crise. Sur un an, sa progression est inférieure de 0,3 point à celle du niveau national (+ 0,9 % contre + 1,2 %).


Graphique 1 : Deux trimestres consécutifs de baisse pour l'emploi salarié franc-comtois


Pour la première fois depuis fin 2010, l'emploi salarié industriel fléchit dans la région (- 0,4 % contre - 0,1 % au niveau national). Sur un an, il progresse de 1,2 %. L'emploi dans le commerce, généralement peu sensible à la conjoncture, recule de 0,4 % au troisième trimestre 2011 en Franche-Comté. Au niveau national, il progresse légèrement.

Dans le secteur de la construction (bâtiment neuf et ancien et travaux publics), l'emploi régional se stabilise après une forte baisse au deuxième trimestre. D'après les résultats de l'enquête trimestrielle de conjoncture d'octobre auprès des chefs d'entreprises de l'artisanat du bâtiment, une nouvelle contraction de l'emploi au niveau national est attendue dans les prochains mois.


Graphique 2 : L'emploi salarié industriel franc-comtois peine à se redresser


L'emploi dans l'intérim diminue pour le deuxième trimestre consécutif (- 5 %), marquant encore davantage le retournement par rapport à la tendance à la hausse observée depuis le début de l'année 2009. L'arrêt de la prime à la casse et des problèmes d'approvisionnement pour les fabricants d'automobiles pourraient avoir contribué à ce retournement. Cette évolution est d'autant plus importante que la Franche-Comté reste la première région française pour la part de l'intérim dans l'emploi régional (5,7 % au 3e trimestre 2011) du fait de l'importance du secteur industriel, en particulier de l'automobile, dans son économie.

En Franche-Comté comme en France métropolitaine, l'emploi salarié dans les services marchands hors intérim évolue peu.


Graphique 3 : Deuxième baisse consécutive de l'emploi intérimaire


Retour sommaire

Augmentation du chômage

En rupture avec la tendance à la baisse observée depuis le début de 2010, le taux de chômage dans la région augmente de 0,2 point par rapport au deuxième trimestre. Il atteint ainsi 8,5 % au troisième trimestre. Sur un an, l'évolution du chômage reste cependant plus favorable en Franche-Comté qu'en France (- 0,6 point contre - 0,1 point).


Graphique 4 : 8,5 % d'actifs au chômage : rupture de la tendance à la baisse observée depuis 2010


Fin septembre, la région compte 72 000 demandeurs d'emploi de catégories A, B et C. Par rapport à fin juin 2011, le nombre de demandeurs d'emploi appartenant à ces catégories augmente de 1,1 % en Franche-Comté et de 1,8 % au niveau national. Sur un an, l'augmentation est de 0,3 % dans la région contre 4,5 % en France métropolitaine. Dans la région comme en France métropolitaine, les demandeurs d'emploi de 50 ans ou plus sont les plus touchés par cette augmentation.

Retour sommaire

Baisse de la construction neuve de logements

En France, selon l'enquête trimestrielle de conjoncture d'octobre auprès des chefs d'entreprise de l'artisanat du bâtiment, l'activité de ce secteur serait en repli. Cette tendance devrait se poursuivre dans les prochains mois.

Au troisième trimestre 2011, la Franche-Comté enregistre 1 160 mises en chantier de logements. En moyenne sur douze mois, cela représente une diminution de 1,3 % par rapport aux douze mois précédents. En France métropolitaine, sur la même période, le nombre de logements mis en chantier progresse de 17,1 %.

Au troisième trimestre 2011, 2 257 permis de construire sont délivrés dans la région, soit une baisse de 4 % en moyenne annuelle. Au niveau national, les autorisations de construire augmentent de 9,3 %.


Graphique 5 : Des mises en chantier toujours en baisse dans la région



Graphique 6 : Sur un an, le nombre d'autorisations de construire est en baisse


Retour sommaire

Recul de la fréquentation dans l'hôtellerie et les campings

Au troisième trimestre 2011, en Franche-Comté, avec 620 000 nuitées vendues dans l'hôtellerie, l'activité hôtelière diminue de 3 % par rapport au même trimestre de l'année 2010. Sur l'ensemble de la saison d'été (d'avril à septembre 2011), le nombre de nuitées dans l'hôtellerie homologuée franc-comtoise recule de 2 % par rapport à l'été 2010. Les résultats de l'enquête de conjoncture, réalisée par le Comité Régional du Tourisme auprès des professionnels du secteur, confirment une baisse du niveau d'activité. La diminution de l'activité est importante en zone de montagne alors que le tourisme urbain bénéficie de l'attrait des activités culturelles.

L'augmentation du nombre de clients ne compense pas le raccourcissement des durées de séjour, important et régulier depuis le début de l'année 2011. La saison estivale subit les conséquences de conditions météorologiques peu favorables .

Par rapport au même trimestre de l'année précédente, le nombre de nuitées étrangères est stable. Sur l'ensemble de l'été il diminue de 6,6 %. Les touristes allemands, belges et suisses sont toujours les plus nombreux.


Graphique 7 : Moins de touristes qu'en 2010


Retour sommaire

Diminution du nombre de créations d'entreprises

Au troisième trimestre 2011, 1 680 entreprises sont créées en Franche-Comté dont 929 auto-entreprises. Le nombre de créations, tous statuts confondus, est en diminution dans la région comme au niveau national. En Franche-Comté la baisse atteint 8,3 % sur un trimestre et 14,5 % sur un an. Au niveau national, le nombre de créations recule de 4,1 % sur un trimestre et de 8,5 % sur un an. Tous les secteurs d'activité sont concernés.

Les auto-entrepreneurs comtois réalisent toujours plus de la moitié des créations avec cependant une diminution de 9,3 % sur un trimestre et de 20,2 % sur un an (respectivement - 10,2 % et - 12,1 % au niveau national). L'instauration au 1er janvier 2011 du nouveau statut d'Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limité (EIRL), permettant d'opérer une séparation entre le patrimoine professionnel et personnel, peut expliquer en partie la baisse du choix de l'auto-entreprise.


Graphique 8 : Les créations d'entreprises encore en baisse


Les défaillances d'entreprises en date de jugement sont connues avec deux trimestres de décalage. Au deuxième trimestre 2011, la Franche-Comté enregistre 213 défaillances, soit 10 de plus qu'au trimestre précédent et 16 supplémentaires sur un an. Au niveau national, le nombre de défaillances recule de 3,4 % sur un trimestre et de 0,4 % sur un an.


Graphique 9 : Les défaillances d'entreprises progressent au troisième trimestre


Retour sommaire

« La zone euro marque le pas »

Au troisième trimestre 2011, l'activité accélère dans la plupart des économies avancées, notamment aux États-Unis, en France et en Allemagne et rebondit au Japon. En revanche, l'activité cale en Espagne et se replie en Italie sous l'effet du recul de la demande intérieure.

La nette dégradation du climat des affaires dans la zone euro depuis juillet 2010 laisse craindre son entrée en récession au quatrième trimestre. L'Allemagne et la France seraient moins touchées que l'Espagne. La demande intérieure resterait dynamique aux États-Unis et l'activité japonaise serait soutenue par l'effort de reconstruction. Le ralentissement de l'activité des pays émergents se poursuivrait au quatrième trimestre, contribuant à la stagnation du commerce mondial en fin d'année. Un redémarrage est cependant attendu au premier semestre 2012 entraîné par une accélération du commerce mondial. Dans la zone euro, l'activité serait en panne jusqu'à mi-2012.

En France, l'activité reculerait quelque peu au quatrième trimestre (- 0,2 %) et au premier trimestre 2012 (- 0,1 %) retrouvant un peu de dynamisme au deuxième (+ 0,1 %). Les moteurs internes de la reprise, notamment l'investissement et l'emploi, resteraient faibles à l'horizon de la prévision. De plus, la récession dans la zone euro pèserait nettement sur les exportations. La situation du marché du travail continuerait de se détériorer avec une inflexion du rythme des créations d'emplois et une nouvelle augmentation du taux de chômage. D'ici mi-2012, on assisterait à un recul de l'inflation énergétique et alimentaire. Toutefois, le pouvoir d'achat des ménages resterait stable et l'investissement des entreprises continuerait de baisser.

D'après la note de conjoncture nationale de décembre 2011 : « La zone euro marque le pas »

Retour sommaire