Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

L´économie sociale et solidaire présente différents profils en Haute-Normandie

Auteur : Nadine POULLAIN - Insee Haute-Normandie

Résumé

Avec 51 000 emplois salariés, l´économie sociale et solidaire (ESS) représente un secteur important dans l´économie haut-normande. Les associations en constituent le support largement dominant. L´ESS est présente dans des créneaux d´activité qui appartiennent essentiellement à l´économie résidentielle, notamment au secteur social.

Ces grandes caractéristiques se retrouvent de façon variable dans les territoires de projet de Haute-Normandie. Une majorité d´entre eux se distingue par un poids particulièrement élevé des associations, souvent dans le domaine social, mais aussi parfois dans l´éducation ou les sports et loisirs. D´autres territoires se caractérisent par une présence relativement importante d´activités relevant de l´économie "productive" (coopératives notamment).

Sommaire

Publication

L´économie sociale et solidaire (ESS) repose sur des principes fondamentaux tels le volontariat, la démocratie et la dimension humaine au centre de la finalité de l´entreprise. Quatre grandes familles juridiques sont ici retenues : les mutuelles, les coopératives, les associations et les fondations qui respectent chacune ces principes dans leurs fonctionnement et organisation (cf. documents associés "comment mesurer la part de l´ESS" et "le champ de l´étude"). Ce secteur de l´économie touche de près une grande partie de la population. Des millions de personnes sont adhérentes d´une mutuelle de santé, d´une mutuelle d´assurance automobile ou d´habitation. Les coopératives agricoles, laitières, de distribution (Centre Leclerc, Système U...) sont aussi très connues, ou encore les banques coopératives comme les Caisses d´Epargne, le Crédit Mutuel, le Crédit Agricole, etc. Les associations sont également très nombreuses dans les domaines sportif, culturel ou sanitaire et social.

Un salarié sur douze dans l´ESS

Fin 2006, l´économie sociale et solidaire en Haute-Normandie regroupe 5 000 établissements employeurs pour 51 000 emplois, soit 8,5 % des salariés de la région. Elle est moins développée qu´au niveau national (9,8 %). Comparée aux autres régions françaises, la Haute-Normandie se positionne au 20e rang. Néanmoins, des dynamiques locales montrent une grande diversité des initiatives répondant à des besoins des territoires, porteuses de développement économique et d´utilité sociétale.

En France, le poids de l´économie sociale et solidaire dans l´emploi total varie de 6,6 % en Corse à 13,5 % en Bretagne. Ce secteur de l´économie est plus fortement implanté dans les régions de l´ouest. Dans les quatre régions situées les plus à l´ouest, de la Basse-Normandie à Poitou-Charentes, son poids dépasse les 12 %.

Carte 1 : L´économie sociale et solidaire dans les régions

retour sommaire

Les associations, support dominant de l´ESS

Des quatre grandes familles étudiées, les associations dominent. En Haute-Normandie, elles représentent 77 % de l´emploi de l´ESS et contribuent pour 6,5 % à l´emploi salarié régional (7,6 % au plan national), ce qui place la région au 20e rang français. Dans la région, elles couvrent principalement les domaines de l´action sociale, de l´éducation et des services aux particuliers.

Les coopératives recouvrent 14 % de l´ESS régionale en termes d´emplois. La moitié d´entre elles offrent des emplois dans les organismes de crédit et un quart dans le commerce (coopératives agricoles ou de commerçants). Avec une part de 1,2 % dans l´emploi salarié, elles situent la Haute-Normandie dans la moyenne nationale.

Les mutuelles, quant à elles, ne représentent que 7 % de l´ESS régionale, mais elles sont plutôt bien représentées en Haute-Normandie, notamment grâce à la présence du siège de la Matmut situé à Rouen. Avec un taux de 0,6 % de l´emploi salarié régional, elles placent la région au 8e rang. Deux mutuelles sur trois relèvent du code des assurances (Matmut, Groupama).

Les fondations, à l´image de leur présence sur le territoire national, sont peu nombreuses en Haute-Normandie : une dizaine d´établissements et un millier de salariés (2 % des emplois de l´ESS régionale) sont implantés dans la région. Elles opèrent en majeure partie dans les domaines de la santé et du social. Leur poids dans l´économie régionale est le plus faible des quatre familles (0,2 % de l´emploi salarié total), comme dans les autres régions.

Graphique 1 : Part de chaque famille de l´économie sociale et solidaire en Haute-Normandie en 2006

Carte 2 : Les associations, les coopératives et les mutuelles dans les régions

retour sommaire

Quatre emplois ESS sur dix dans le social

Les trois quarts des emplois de l´économie sociale et solidaire régionale font partie de l´économie " résidentielle ", à savoir les emplois de proximité qui répondent aux besoins de la population locale (action sociale, éducation, santé, services aux particuliers...). Seulement 18 % des emplois de l´ESS appartiennent à la sphère dite " productive " (agriculture, industrie, services aux entreprises...).

A un niveau plus détaillé des activités, trois domaines se détachent, en Haute-Normandie comme au niveau national. Tout d´abord, les activités du social sont prépondérantes. Elles totalisent dans la région quatre emplois sur dix. Elles sont le plus souvent orientées vers l´accueil des personnes handicapées, l´aide à domicile ou l´aide par le travail. Ensuite, le domaine de l´éducation compte 15 % des emplois du champ de l´étude. Ces deux types d´activités sont essentiellement exercés dans des associations. Enfin, troisième domaine important, les activités financières au sens large regroupent 13 % des emplois. Ce sont les organismes de crédit dans les coopératives et les assurances dans les mutuelles.

Les autres secteurs de l´économie sociale et solidaire, tels la santé, les sports et loisirs, la culture ou encore les services aux entreprises concernent chacun moins de 5 % des emplois de l´ESS.

Graphique 2 : Les principaux secteurs de l´économie sociale et solidaire en Haute-Normandie en 2006

retour sommaire

Différents profils d´ESS

Cette hiérarchie des domaines d´activité de l´ESS se retrouve à peu de choses près dans la plupart des territoires infrarégionaux, mais avec un "dosage" qui peut varier sensiblement. Pour mettre en évidence différents profils d´ESS, les 18 territoires de projet de Haute-Normandie (1) ont été classés selon les familles d´employeurs d´une part, et en fonction de domaines d´activités regroupées d´autre part. Trois ensembles ont ainsi été définis : le domaine social (de loin le premier secteur d´activité), les activités "résidentielles" autres que sociales, et les activités "productives".

Carte 3 : L´économie sociale et solidaire dans les communautés d´agglomération et les pays de Haute-Normandie en 2006

retour sommaire

Un fort taux d´associations et de social

Quatre territoires cumulent un fort taux d´associations (au minimum 83 %) avec une part importante de l´emploi social (voisine ou supérieure à 50 %) : il s´agit des pays Entre Seine et Bray, Avre et Iton, Risle-Charentonne et Hautes Falaises. Le poids de l´économie sociale et solidaire dans l´emploi total pour deux de ces pays est très élevé. Il atteint 13,5 % dans le pays Entre Seine et Bray et 12,4 % pour Avre et Iton. Les pays de Risle-Charentonne et Hautes Falaises enregistrent un taux plus faible (respectivement 7,3 % et 9,5 %).

Un peu en marge de ce groupe de territoires, le pays du Vexin Normand connaît également un poids élevé du domaine social dans son ESS (notamment grâce aux centres d´aide par le travail) mais conjugué de façon originale à une part importante de coopératives (financières, agricoles ou du domaine de la construction). Le poids de l´ESS dans l´emploi total y est moyennement élevé (9,2 %).

retour sommaire

Beaucoup d´associations liées à l´éducation et aux sports et loisirs

Sept autres territoires affichent également un taux d´emplois associatifs élevé (dépassant 85 %), mais avec une part d´emplois " résidentiels " hors domaine social relativement importante (supérieure à 35 %). Les activités principalement liées à l´éducation ou aux sports et loisirs y sont en effet plus présentes que dans les autres territoires. Il s´agit des pays du Havre Pointe de Caux-Estuaire, de Bray, du Roumois et de Caux-Vallée de Seine ainsi que des communautés d´agglomération des Portes de l´Eure, d´Elbeuf-Boucle de Seine et de Seine-Eure. Le poids de l´économie sociale et solidaire est modéré, voire faible dans ces six territoires, variant de 4,3 % de l´emploi total dans la CA de Seine-Eure à 8,6 % dans le Pays de Bray.

retour sommaire

Une proportion d´emploi élevée dans la sphère productive

A l´opposé des groupes précédents, quatre territoires cumulent une proportion relativement forte d´emplois dans la sphère productive et dans les coopératives. Il s´agit des pays de Risle-Estuaire, Plateau de Caux Maritime, Bresle-Yères et Dieppois-Terroir de Caux. Le poids de l´ESS dans l´économie est important pour les pays du Plateau de Caux Maritime (11,8 %) et Risle-Estuaire (11,6 %). Il est moyennement élevé pour le pays Dieppois-Terroir de Caux (7,9 %) et faible dans le pays inter-régional Bresle-Yères (5,2 %). L´ESS de ces territoires laisse une place relativement importante à l´industrie (coopératives linières) ou au commerce de gros. De part ces activités, ces territoires présentent les caractéristiques suivantes : une part de femmes dans l´emploi moins prononcée qu´ailleurs, un travail à temps complet important et des ouvriers en proportion plus nombreuse.

retour sommaire

Des activités plus réparties

Les communautés d´agglomération d´Evreux et de Rouen se ressemblent fortement en matière d´économie sociale et solidaire. De tous les territoires, elles sont les seules à offrir moins de 30 % d´emplois dans le domaine social. Leurs activités sont partagées entre le reste de la sphère résidentielle (c´est à dire hors du domaine social) et la sphère productive. Elles sont plutôt tournées, parmi les secteurs les plus importants, vers l´éducation, la santé et les assurances. Leur ESS est relativement développée, avec 10,8 % de l´emploi salarié pour la CA d´Evreux et 9,7 % pour la CA Rouennaise. Les salariés sont plus âgés qu´ailleurs, la part des plus de 50 ans est nettement plus élevée (près d´un salarié sur quatre) et la main-d´oeuvre y est qualifiée. En conséquence, les salariés sont aussi mieux rémunérés en comparaison des autres territoires. Enfin, le travail à temps complet prédomine dans ces deux communautés d´agglomération.

retour sommaire

AVAL n° 86 - Septembre 2009

Partenaire

 

logo Région haute-Normandie

Cette publication a été réalisée dans le cadre d´une collaboration entre l´Insee, la Région Haute-Normandie et l´Agence pour le développement régional de l´économie sociale et solidaire (Adress).