Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Inégalités de niveau de vie et pauvreté en 2011

Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau

Résumé

En 2011, le pouvoir d'achat des ménages ralentit pour la seconde année consécutive. Le niveau de vie médian de la population est stable en euros constants par rapport à 2010, après avoir baissé l'année précédente (- 0,5 % entre 2009 et 2010). Comme en 2010, ces évolutions sont contrastées en fonction de la position dans la hiérarchie des revenus, ce qui conduit à une hausse des inégalités. Une partie de cette hausse des inégalités provient du dynamisme des très hauts revenus : ils poursuivent leur redressement en 2011, principalement du fait de la croissance des revenus du patrimoine. La pauvreté monétaire touche toujours une proportion plus faible de la population en France par rapport aux autres pays de l'Union européenne, notamment du fait du système de protection sociale français. Toutefois, la France fait partie des pays de l'Union européenne où la pauvreté monétaire a augmenté depuis le début de la crise. Entre 2008 et 2011, le taux de pauvreté monétaire a cru de 1,2 point contre 0,5 point dans l'ensemble de l'Union européenne. Comme dans de nombreux pays d'Europe (Grèce, Royaume-Uni, notamment), la pauvreté des personnes en emploi s'accroît. Pour l'année 2011, la hausse de la pauvreté en France touche d'abord les chômeurs et les salariés. Le taux de pauvreté des chômeurs augmente de 35,8 % à 38,9 % entre 2010 et 2011. Celui des salariés passe de 6,3 % à 6,9 %. Les retraités bénéficient en revanche de revalorisations de pensions ou de minima qui contribuent à faire baisser leur taux de pauvreté cette année-là.

Les revenus et le patrimoine des ménages - Insee Références - Édition 2014

Téléchargement

Télécharger le document (pdf, 122 Ko)