Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Enquête sur les technologies de l'information et de la communication et le commerce électronique 2010

Résumé

En trois ans, de 2007 à 2010, la proportion de sociétés équipées d'un extranet a doublé (35 % début 2010 contre 17 % début 2007). Par ailleurs, la proportion de sociétés possédant un site web progresse, notamment dans les secteurs d'activité les moins en pointe dans ce domaine.

La quasi-totalité des sociétés d'au moins 10 salariés est maintenant connectée à l'internet. Son utilisation dans les relations avec les autorités publiques se développe fortement. Ainsi, trois sociétés sur quatre ont rempli des formulaires administratifs en ligne au cours de 2009.

Début 2010, près de 60 % des sociétés d'au moins 10 salariés échangent par voie électronique de l'information dans un format permettant son traitement automatique. Moins d'un quart des sociétés a mis en place une politique de sécurité des technologies de l'information et de la communication (TIC). Seul le secteur financier et des assurances est très impliqué dans ce domaine.

En 2009, l'achat par voie électronique est presque deux fois plus répandu que la vente : 26 % des sociétés d'au moins 10 salariés ont passé commande par voie électronique et seulement 14 % ont reçu des commandes par cette voie. Le montant des ventes par voie électronique représente 13 % du chiffre d'affaires total des sociétés et celui des achats électroniques 13 % du total des achats. Les commandes passées ou reçues via d'autres réseaux électroniques que les sites web représentent les trois quarts du montant des achats ou des ventes électroniques.

Sommaire

Publication

Fort développement des extranets

En trois ans, de début 2007 à début 2010, l'utilisation des outils permettant de développer la communication au sein d'une société, comme l'intranet, ou avec des partenaires extérieurs, comme l'extranet, a beaucoup progressé. En particulier, l'extranet est présent début 2010 dans 35 % des sociétés contre 17 % début 2007 ; les sociétés de 250 salariés ou plus en sont équipées à 89 % début 2010. Les secteurs où l'extranet est le plus présent (graphique 1) sont ceux de l'information et de la communication et de la finance et des assurances où respectivement 64 % et 62 % des sociétés en sont dotées.

L'intranet a aussi progressé, mais plus lentement, entre 2007 et 2010 (de 37 % à 45 %). C'est encore dans les secteurs de la finance et des assurances, de l'information et de la communication que l'intranet est le plus présent (respectivement 82 % et 76 % des sociétés en sont dotées).

Graphique 1 : Part des sociétés possédant un extranet ou un intranet

Part des sociétés possédant un extranet ou un intranet

Champ : sociétés de 10 salariés ou plus, France métropolitaine.

Source : Insee, enquête TIC 2010, statistique publique.

Haut de page

Presque toutes les sociétés d'au moins 10 salariés sont désormais connectées à l'internet

En janvier 2010, 97 % des sociétés d'au moins 10 salariés sont connectées à l'internet. L'usage de l'internet s'est d'ailleurs généralisé à l'ensemble des sociétés, quelle que soit leur taille : 95 % des sociétés de 10 à 19 salariés sont désormais connectées, contre 77 % en 2003 ; la proportion atteint 99 % pour les sociétés de 20 à 249 salariés et 100 % pour les sociétés d'au moins 250 salariés.

84 % des sociétés qui ne sont pas encore connectées à l'internet début 2010 sont des sociétés de 10 à 19 salariés. Elles appartiennent essentiellement aux secteurs de l'hébergement et de la restauration (30 % des sociétés non connectées), de l'industrie manufacturière (19 %) et du commerce (18 %). Si les sociétés d'au moins 10 salariés sont presque toutes équipées en ordinateurs et connectées à l'internet, leurs salariés n'en sont pas pour autant des utilisateurs réguliers : seuls 57 % d'entre eux utilisent régulièrement un ordinateur et 47 % accèdent à l'internet. C'est le secteur d'activité qui est déterminant dans l'utilisation de ces outils, plus que la taille de la société (graphique 2). Ainsi, 97 % des salariés du secteur de la finance et des assurances utilisent un ordinateur, contre 31 % de ceux du secteur de l'hébergement et de la restauration, 32 % de ceux de la construction et 35 % de ceux des transports et de l'entreposage.

Graphique 2 : Part des salariés utilisant régulièrement un ordinateur

Part de salariés utilisant régulièrement un ordinateur

Champ : sociétés de 10 salariés ou plus, France métropolitaine.

Source : Insee, enquête TIC 2010, statistique publique.

Pour se connecter, les sociétés ont de plus en plus recours à une connexion à haut débit : c'est le cas de 94 % des sociétés connectées à l'internet en 2010, contre 80 % en 2006. 31 % des sociétés connectées ont recours à une connexion mobile à haut débit. Ce type de connexion est particulièrement répandu dans le secteur de la finance et des assurances (66 % des sociétés connectées) et dans celui de l'information et de la communication (62 %).

Haut de page

L'e-administration progresse rapidement

Les sociétés utilisent de plus en plus l'internet dans leurs relations avec les autorités publiques. L'e-administration progresse : 81 % des sociétés ayant accès à l'internet ont pratiqué l'e-administration en 2009 contre 77 % en 2008 et 69 % en 2005. Dans les activités spécialisées, scientifiques ou techniques, plus de 90 % des sociétés connectées à l'internet la pratiquent (graphique 3). C'est aussi le cas de plus de 85 % des sociétés connectées du secteur de l'information et de la communication ou du secteur financier et des assurances ; en revanche, seulement 61 % des sociétés connectées de l'hébergement et de la restauration pratiquent l'e-administration.

Graphique 3 : Part des sociétés connectées à l'internet pratiquant l'e-administration

Part des sociétés connectées à Internet pratiquant l'e-administration

Champ : sociétés de 10 salariés ou plus, France métropolitaine.

Source : Insee, enquête TIC 2010, statistique publique.

Les sociétés renseignant des formulaires administratifs en ligne sont de plus en plus nombreuses : 72 % des sociétés françaises d'au moins 10 salariés en 2009 contre 66 % un an plus tôt. La réponse par internet à une offre d'achat public se développe : 16 % des sociétés en 2009 contre 13 % en 2008 et seulement 11 % en 2005. La progression est encore plus forte pour les sociétés d'au moins 250 salariés : 30 % d'entre elles en 2009, 24 % en 2008.

Haut de page

Développement des sites web dans les secteurs les moins équipés

Début 2010, 58 % des sociétés de 10 salariés au moins disposent d'un site web (contre 54 % début 2009). La possession d'un site web est très liée à la taille de la société. Ainsi, seulement la moitié des sociétés de 10 à 19 salariés en possède un, contre 65 % pour celles de 20 à 249 salariés et plus de 90 % pour celles de 250 salariés ou plus. La possession d'un site web est très répandue dans certains secteurs d'activité (graphique 4) : 95 % des sociétés du secteur de l'information et de la communication en possèdent un, 73 % de celles de la finance et des assurances et 71 % de celles des activités immobilières. La possession d'un site web progresse dans des secteurs où elle était moins courante comme ceux de la construction (40 % début 2010 contre 34 % début 2009) ou des transports et entreposage (47 % contre 42 %).

Graphique 4 : Part des sociétés possédant un site web

Part des sociétés possédant un site web

Champ : sociétés de 10 salariés ou plus, France métropolitaine.

Source : Insee, enquête TIC 2010, statistique publique.

Haut de page

59 % des sociétés échangent par voie électronique de l'information dans un format permettant son traitement automatique

L'envoi ou la réception avec l'extérieur, par voie électronique, d'informations dans un format qui permet leur traitement automatique est pratiqué par 59 % des sociétés de 10 salariés ou plus. Les secteurs d'activité ayant le plus recours à la transmission électronique permettant le traitement automatique d'informations avec l'extérieur sont ceux de la réparation d'ordinateurs et d'équipements de communication (88 %) et de la finance et des assurances avec 80 % des sociétés (graphique 5). Vient ensuite le secteur du commerce : 65 % des sociétés ont recours à ce mode de transmission et même 90 % pour celles de 250 salariés ou plus.

La transmission électronique permettant le traitement automatique d'informations reçues ou envoyées par la société concerne principalement l'échange d'informations sur les produits pour 69 % des sociétés de 10 salariés ou plus, l'envoi de commandes aux fournisseurs pour 62 % des sociétés et la réception de factures électroniques pour 54 % des sociétés.

Graphique 5 : Part des sociétés échangeant, par voie électronique, de l'information dans un format permettant son traitement automatique

Part des sociétés échangeant, par voie électronique, de l'information dans un format permettant son traitement automatique

Champ : sociétés de 10 salariés ou plus, France métropolitaine.

Source : Insee, enquête TIC 2010, statistique publique.

Le partage électronique d'informations relatif à la chaîne logistique d'approvisionnement (Supply Chain Management) entre fournisseurs et clients n'est utilisé régulièrement que par 13 % des sociétés de 10 salariés ou plus. Même parmi les sociétés de plus de 500 salariés, ce partage électronique d'informations reste minoritaire : seul un tiers d'entre elles l'utilise régulièrement.

Lors de la réception de bons de commande, le partage électronique ou automatique d'informations au sein de la société est effectué avec un logiciel dédié à la comptabilité pour 27 % des sociétés de 10 salariés ou plus. La proportion atteint 43 % pour les sociétés du secteur de l'information et de la communication et 37 % pour celles du commerce. Seulement 15 % des sociétés de 10 salariés ou plus utilisent à des fins de marketing une application pour la gestion des informations sur la clientèle (aussi appelée Customer Relationship Management). 13 % des sociétés de 10 salariés ou plus ont recours à des outils de travail collaboratifs de type groupware ou vidéoconférence.

Haut de page

Peu de sociétés ont mis en place une politique de sécurité des TIC

Seulement 22 % des sociétés de 10 salariés ou plus ont mis en place une politique de sécurité des TIC avec un plan de réactualisation régulière. En revanche, la proportion atteint 73 % dans le secteur financier et des assurances (graphique 6) et dépasse même 90 % pour les sociétés de 250 salariés ou plus de ce secteur. Deux autres secteurs sont aussi particulièrement impliqués dans la sécurité des TIC, l'information et la communication d'une part, les activités spécialisées, scientifiques et techniques d'autre part : respectivement 46 % et 41 % des sociétés ont mis en place une telle politique de sécurité.

Graphique 6 : Part des sociétés ayant une politique de sécurité des TIC

Part des sociétés ayant une politique de sécurité des TIC

Champ : sociétés de 10 salariés ou plus, France métropolitaine.

Source : Insee, enquête TIC 2010, statistique publique.

Plus de 90 % des sociétés ayant mis en place une politique de sécurité des TIC prennent en compte les risques de destruction ou d'altération de données dues à une attaque ou à un incident inattendu. Près de 80 % d'entre elles tiennent compte des risques de divulgation de données confidentielles due à une intrusion, à une attaque par hameçonnage (phishing) ou dévoiement (pharming) ou à un accident. Les deux tiers des sociétés ayant mis en place une politique de sécurité des TIC utilisent des procédures de sauvegarde des données hors site.

Parmi les sociétés disposant début 2010 d'une politique de sécurité des TIC, 13 % déclarent avoir subi en 2009 une panne de logiciel ou de matériel informatique entraînant une indisponibilité des services TIC, une destruction ou une altération de données. 10 % d'entre elles ont été victimes du même type d'incident suite à l'attaque d'un programme malveillant (virus...) ou à un accès non autorisé.

Haut de page

Les ventes électroniques : 14 % des sociétés et 13 % du chiffre d'affaires en 2009

En France, 14 % des sociétés d'au moins 10 salariés, hors secteur financier et assurances, ont effectué des ventes par voie électronique en 2009. Les ventes électroniques représentent 13 % du chiffre d'affaires des sociétés françaises. Les sociétés de 10 à 49 salariés réalisent moins de 3 % de leur chiffre d'affaires par voie électronique contre 17 % pour les sociétés de 50 salariés ou plus.

C'est dans le secteur de l'information et de la communication que la vente par voie électronique est la plus répandue (tableau) : 26 % des sociétés de ce secteur ont reçu des commandes par cette voie. Il est suivi par le secteur de l'hébergement et de la restauration (20 %). Cependant, les commandes reçues par voie électronique ne représentent que 7 % du chiffre d'affaires des sociétés de ce secteur. En revanche, 18 % des sociétés de l'industrie et 17 % de celles du commerce ont reçu des commandes par voie électronique pour une part du chiffre d'affaires généré par ces commandes s'élevant à 16 %. Ces deux secteurs réalisent chacun 40 % du montant des ventes par voie électronique des sociétés du champ de l'enquête.

Le montant des ventes réalisées par voie électronique par les sociétés d'au moins 10 salariés (hors secteur financier et assurances) s'élève à 358 milliards d'euros : 76,5 milliards d'euros par sites web et 281,5 milliards d'euros par d'autres réseaux électroniques d'échange de données informatisé (EDI). Le commerce électronique par sites web entre sociétés représente une part bien plus importante, en termes de chiffre d'affaires, que celui vers les particuliers : respectivement 65 % et 35 % des ventes électroniques par sites web. Tous secteurs confondus, hors secteur financier et assurances, la part des ventes réalisées par sites web représente 3 % du chiffre d'affaires total et celle par d'autres réseaux électroniques 10 %.

Tableau : Part des sociétés qui vendent ou achètent par voie électronique en 2009
en %

Ensemble Sociétés
de 10 à 19
salariés
Sociétés
de 20 à 249
salariés
Sociétés
de 250 salariés
ou plus
Vendent Achètent Vendent Achètent Vendent Achètent Vendent Achètent
Lecture : en 2009, 17 % des sociétés du secteur « Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles » ont reçu des commandes par voie électronique ; 33 % d'entre elles ont passé des commandes par voie électronique.
s : secret statistique
Champ : sociétés de 10 salariés ou plus, hors secteur financier et assurances, France métropolitaine.
Source : Insee, enquête TIC 2010, statistique publique.
Réparation d'ordinateurs et d'équipements de communication 27 72 s s s s s s
Information et communication 26 54 31 58 21 49 30 51
Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles 17 33 12 33 21 32 44 56
Activités spécialisées, scientifiques et techniques 9 40 8 37 10 43 19 45
Industrie manufacturière (y compris IAA) 18 24 12 20 20 26 44 36
Hébergement et restauration 20 18 21 17 18 21 29 43
Activités immobilières 14 21 23 27 5 15 6 15
Transports et entreposage 13 21 12 20 12 20 35 33
Activités de services administratifs et de soutien 11 18 7 14 13 21 22 28
Énergie, eau, gestion des déchets et dépollution 9 19 s s s s s s
Construction 5 17 5 14 5 22 5 28
Ensemble 14 26 12 24 16 28 33 36

Haut de page

Un quart des sociétés achète par voie électronique

L'achat par voie électronique est presque deux fois plus répandu que la vente : 26 % des sociétés d'au moins 10 salariés, hors secteur financier et assurances, le pratiquent en France. Un quart des sociétés de 10 à 19 salariés y ont recours. C'est aussi le cas de 28 % des sociétés de 20 à 249 salariés et de 36 % des sociétés de 250 salariés ou plus. Le montant des achats réalisés par voie électronique par les sociétés d'au moins 10 salariés (hors secteur financier et assurances) s'élève à 237,5 milliards d'euros : 58,5 milliards d'euros par sites web et 179 milliards d'euros par d'autres réseaux électroniques d'échange de données informatisé. Tous secteurs confondus (hors secteur financier et assurances), les achats via des sites web représentent 3 % des achats totaux et ceux via d'autres réseaux électroniques 10 %. Les sociétés du commerce réalisent 46 % du montant des achats par sites web et 69 % de celui des achats via d'autres réseaux électroniques.

Haut de page

N° 52 Economie - février 2011

Documents associés