Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Séries longues sur les salaires (1950-2010)

Résumé

Sur la période 1995-2010, la croissance des salaires nets moyens en équivalent-temps plein est de 0,6 % en moyenne annuelle et en euros constants. Cette progression est avant tout portée par l'augmentation de la qualification du travail. Les salaires nets moyens des employés progressent faiblement, ceux des ouvriers plus nettement, soutenus par l'évolution dynamique du Smic sur cette période. Les salaires nets moyens des cadres et des professions intermédiaires restent stables. En conséquence, l'écart relatif entre le premier et le neuvième décile se réduit très légèrement entre 1995 et 2010.

Publication

De 1951 à 2010, dans le secteur privé et les entreprises publiques, le salaire net annuel moyen des salariés à temps complet a progressé en rythme annuel de 2,3 % en euros constants (figure 1-A).

Sur la période allant de 1995 à 2010, le salaire net annuel moyen des salariés à temps complet s'est accru en rythme annuel de 0,6 % en euros constants pour atteindre 25 140 euros en 2010 (figure 1-B). Le salaire net moyen en équivalent-temps plein (EQTP) a progressé au même rythme annuel pour atteindre 24 520 euros en 2010 ; il est de 26 610 euros en moyenne pour les hommes contre 21 460 euros pour les femmes. Ainsi, en 2010, une salariée gagne en moyenne en EQTP 19,3 % de moins que son homologue masculin. Cet écart était de 21,9 % en 1995 : il n'a donc diminué que de 2,4 points en 15 ans.

Figure 1-A : Évolution du salaire annuel net moyen et du Smic annuel net
Période 1951 à 2010 (en euros constants base 100 en 1951)

A - Période 1951 à 2010 (en euros constants base 100 en 1951)

Figure 1-B : Évolution du salaire annuel net moyen et du Smic annuel net
Période 1995 à 2010 (en euros constants base 100 en 1995)

B - Période 1995 à 2010 (en euros constants base 100 en 1995)

Note : il y a une première rupture de série pour le Smic annuel net en 1982 car la durée légale mensuelle était auparavant de 173,3 heures (40 heures par semaine) et à partir du 1er février 1982, elle est de 169h (39 heures par semaine). Puis une seconde rupture a lieu en 2001 pour le passage aux 35 heures hebdomadaires, soit 151,67 heures mensuelles. Les salaires des temps complets sont disponibles depuis 1951, ceux en EQTP depuis 1995.

Champ : De 1950 à 1994, le champ a connu certaines variations géographiques et d'activité économique. A partir de l'année 1994 pour les séries à temps complet et de l'année 1995 pour les séries en EQTP, les données sur les salaires portent sur le même champ : secteur privé et entreprises publiques hors agriculture. De 1994 jusqu'en 1999, elles portent sur la France métropolitaine ; depuis 2000 sur la France entière (métropole + DOM).

Source : Insee, DADS.

Haut de page

La croissance du salaire net en EQTP est due en partie à l'augmentation moyenne des qualifications (avec une légère baisse du poids des non-qualifiés mais surtout la hausse sensible de l'emploi très qualifié correspondant aux cadres). L'augmentation des salaires s'explique également par le dynamisme du Smic, notamment entre 2000 et 2005. De 1995 à 2010, en moyenne annuelle, le Smic a ainsi progressé de 1,6 %, en euros constants, soit 1 point de plus que le salaire net moyen en EQTP du secteur privé.

Entre 1995 et 2010, les salaires nets moyens en EQTP des employés et des ouvriers suivent une évolution un peu plus favorable que ceux des cadres et des professions intermédiaires (figure 2). Le salaire moyen des cadres est particulièrement sensible au cycle conjoncturel. C'est chez les cadres que le poids des primes est le plus important, notamment celles liées à la performance individuelle ou collective. Aussi, restés stables en début de période, les salaires nets des cadres ont particulièrement progressé de 1998 à 2002 (+ 1 % par an en euros constants). Puis, après les baisses de 2003 et 2004, ils augmentent de nouveau au même rythme (+ 0,9 %) jusqu'en 2007 ; ils diminuent ensuite en 2008 et surtout en 2009 (− 3,3 %), au début de la dernière récession. En 2010, ils progressent de + 1,2 %.

Figure 2 : Évolution du salaire net annuel moyen en EQTP par catégorie socioprofessionnelle selon la période (en %)

Évolution du salaire net annuel moyen en EQTP par catégorie
 socioprofessionnelle selon la période

Lecture : de 1995 à 2010, le salaire net annuel moyen en EQTP des cadres croît de 0,1 % par an.

Champ : secteur privé et entreprises publiques hors agriculture. France métropolitaine de 1995 à 1999, France depuis 2000.

Source : Insee, DADS.

Haut de page

L'évolution du salaire moyen des ouvriers est plus régulière. L'impact des retournements de conjoncture agit surtout sur l'emploi et moins sur les salaires individuels : beaucoup d'emplois d'ouvriers non-qualifiés ont été détruits entre 1995 et 2010, alors que la progression du Smic soutenait les salaires ouvriers.

L'évolution des salaires nets moyens des professions intermédiaires est moins favorable (stabilité sur la période 1995-2010 en euros constants). Des modifications structurelles au sein de ces catégories expliquent partiellement cette stabilité : la hausse sensible des effectifs des professions intermédiaires s'est traduite par une augmentation du poids des moins de 30 ans et de celui des personnes âgées de 50 ans ou plus. De plus, cette croissance de l'emploi s'est produite dans le tertiaire où les salaires des professions intermédiaires sont un peu plus faibles que ceux de l'industrie.

Pour les employés, la croissance du salaire net moyen est plus faible : + 0,3 % par an en euros constants. La progression importante des emplois les moins qualifiés a ainsi tiré vers le bas le salaire moyen des employés. Ce recul a été cependant freiné par le dynamisme du Smic.

En 2010, le salaire net en EQTP dans l'industrie s'élève à 26 235 euros. Entre 1995 et 2010, il a en moyenne progressé de 0,8 % par an (figure 3), croissance légèrement supérieure à celle de l'ensemble du secteur privé (+ 0,6 %). Ainsi, l'écart de salaire qui existait en 1995 entre l'industrie et l'ensemble du privé s'est amplifié. Avec un montant de 22 135 euros, le salaire net moyen dans le secteur de la construction reste le plus faible des cinq grands secteurs étudiés : il est inférieur de 9,7 % à celui du privé. Entre 1995 et 2010, cet écart s'est réduit, le salaire moyen progressant plus nettement dans la construction (+ 1,3 % en rythme annuel) que dans l'ensemble du privé.

Dans le secteur des transports et de l'entreposage, le salaire net moyen est de 24 700 euros en 2010 ; il est très proche de celui de l'ensemble du privé (inférieur de 0,8 %). Entre 1995 et 2010, il a augmenté quasiment au même rythme (+ 0,5 % par an) que dans le privé. Dans le commerce, le salaire net en EQTP s'élève à 22 350 euros en 2010, soit 8,8 % de moins que dans l'ensemble du privé. Entre 1995 et 2010, il suit une évolution moyenne de + 0,5 par an, soit légèrement moins que pour l'ensemble du privé. Enfin, le salaire net moyen dans les services, de 25 030 euros en 2010, est supérieur de 2,1 % à celui de l'ensemble du privé. Dans ce secteur, avec une évolution annuelle moyenne des salaires de + 0,4 %, l'écart avec le privé s'est légèrement réduit.

Figure 3 : Evolution du salaire net annuel moyen en EQTP par secteur d'activité selon la période (en %)

Evolution du salaire net annuel moyen 
 en EQTP par secteur d'activité  selon la période (rupture naf rev2 à partir de 2008)

Lecture : de 1995 à 2010, le salaire net moyen dans l'industrie croît de 0,8 % par an.

Champ : secteur privé et entreprises publiques hors agriculture. France métropolitaine de 1995 à 1999, France depuis 2000.

Source : Insee, DADS.

Haut de page

Le rapport interdécile (D9/D1), qui est une mesure de la dispersion des salaires, a légèrement diminué entre 1995 et 2005, passant de 3,1 à 3. Depuis 2005, il reste stable (figure 4). Cette baisse de la dispersion des salaires est due à la croissance plus vive du premier décile (D1), entraîné par la hausse du Smic. Ainsi, le ratio D5/D1 (D5 = médiane, c'est-à-dire le salaire qui partage les salariés en deux groupes d'effectifs égaux) se réduit, passant de 1,6 à 1,5. Dans le haut de la distribution, le ratio D9/D5 est stable à 2.

Figure 4 : Distribution du salaire net annuel en EQTP

Distribution du salaire net annuel en EQTP

Note : D1 = 1er décile, D5 = médiane et D9 = 9ème décile.

Champ : secteur privé et entreprises publiques hors agriculture. France métropolitaine de 1995 à 1999, France depuis 2000.

Source : Insee, DADS.

Haut de page

N° 143 Société - juin 2013

Documents associés