Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Moins de créations d’entreprises individuelles en 2011

Claire Hagège et Clotilde Masson, division Répertoire statistique et autres infrastructures, Insee

Résumé

Si les créations de sociétés se maintiennent en 2011 (+ 2 %), le nombre de créations d’entreprises individuelles diminue, notamment du fait d’une baisse importante des immatriculations d’auto-entreprises (- 19 %). Ces évolutions sont assez uniformes et touchent tous les secteurs d’activité. L’engouement croissant, à la création d’une société, pour une forme juridique simplifiée ou unipersonnelle se confirme en 2011. La baisse du nombre total de créations affecte presque toutes les régions, mais les créations de sociétés sont en hausse dans trois quarts d’entre elles. 94 % des créations se font sans salarié, notamment en raison de la part élevée des immatriculations d’auto-entreprises (53 %). Les créateurs d’entreprises individuelles ont en moyenne 38 ans. Les deux tiers sont des hommes, mais la part de créatrices varie beaucoup selon les secteurs d’activité : elles sont très peu représentées dans l’information et la communication et dans la construction.

Le nouveau statut d’entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL), mis en place en 2011, a été choisi par 4 520 créateurs, soit moins de 1,5 % des nouveaux entrepreneurs individuels.

Sommaire

Encadré

Publication

En 2011, recul de 12% du nombre de créations d'entreprises

549 800 entreprises ont été créées en 2011 après 622 000 en 2010, soit une baisse de 12 % (graphique 1). Ce sont uniquement les créations d’entreprises individuelles (EI) qui reculent (- 16 %) : en premier lieu les immatriculations en auto-entreprise (- 19 %), mais aussi les autres créations d’EI (- 7 %). Les sociétés créées sont en revanche en légère hausse (+ 2 %) : leur part dans l’ensemble des créations remonte à 30 % après être descendue à un quart en 2009-2010. Les immatriculations d’auto-entreprises n’en restent pas moins majoritaires, comme c’est le cas depuis la mise en place de ce nouveau régime en 2009 : elles représentent 53 % de l’ensemble des créations (58 % en 2010) et 76 % des seules créations d’EI (78 % en 2010).

Graphique 1 - Évolution du nombre de créations d'entreprises

Graphique 1 - Évolution du nombre de créations d'entreprises

Lecture : en 2011, le nombre de créations d'entreprises diminue de 11,6 %. Cette baisse est due à celles des nombres d'immatriculatons d'auto-entreprises (- 18,9 %) et des autres entreprises individuelles (- 7,4 %).

Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.

Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).

Retour au sommaire

Des sociétés créées de plus en plus souvent sous forme unipersonnelle ou simplifiée

Parmi les sociétés, la part des sociétés à responsabilité limitée (SARL) reste prépondérante, même si elle se réduit légèrement (79 % des créations de sociétés en 2011 après 81 % en 2010). Mais, lorsque l’entreprise est créée en tant que société, c’est de plus en plus souvent sous une des formes juridiques simplifiées ou unipersonnelles (graphique 2). Ainsi, la part des SARL unipersonnelles augmente : 30 % après 24 %. Au total, les SARL non unipersonnelles ne constituent plus que 49 % des créations de sociétés en 2011, contre 70 % en 2008 et 83 % si on remonte à 2004. Parallèlement, la part des sociétés par actions simplifiées (SAS) continue de croître (16 % après 14 %) ; la hausse en 2011 concerne uniquement les SAS à associé unique ou unipersonnelles.

Concernant les créations d’EI, la baisse est plus ou moins marquée selon les catégories professionnelles. Hors auto-entrepreneurs, le recul est plus fort chez les commerçants (- 17 %) et artisans (- 18 %) alors que les créations augmentent pour les professions libérales (+ 4 %). Les évolutions sont très différentes pour les immatriculations en auto-entreprise : baisse plus accusée chez les artisans (- 22 %) et les professions libérales (- 21 %) que chez les commerçants (- 12 %).

Graphique 2 - Répartition des sociétés créées par forme juridique

Graphique 2 - Répartition des sociétés créées par forme juridique

SARL : société à responsabilité limitée ; SAS : société par actions simplifiée.

Lecture : en 2011, la part de l'ensemble des SARL parmi les sociétés créées s'établit à 79 %, celle de l'ensemble des SAS à 16 %.

Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.

Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).

Retour au sommaire

Peu de secteurs d’activité épargnés par la baisse

La baisse du nombre total de créations d’entreprises (sociétés et EI) touche tous les secteurs d’activité (graphique 3), sauf les activités immobilières (+ 6 %) et les activités financières et d’assurance (stables). Ces deux secteurs ne cumulent toutefois que 5 % des créations d’entreprises en 2011, si bien que la répartition des nouvelles entreprises par secteur d’activité évolue peu. Seule la faible augmentation de la part du secteur « Enseignement, santé et action sociale », qui passe de 9 % à 10 %, est compensée par une diminution de la part des « Autres services aux ménages » : de 12 % à 11 %.

Pour ce qui concerne les seules sociétés, au contraire, le nombre de créations augmente dans tous les secteurs, à l’exception notable de l’industrie (- 29 %). Les hausses les plus marquées concernent la construction (+ 10 %), les activités immobilières (+ 8 %) et le secteur « Enseignement, santé et action sociale » (+ 7 %). À un niveau plus fin de la nomenclature, les créations de sociétés sont également dynamiques dans les arts et spectacles (+ 10 %) et les transports (+ 6 %).

L’exception dans l’industrie correspond à la fin d’un pic observé en 2009 et 2010, lié à l’évolution du tarif de rachat d’électricité par EDF : celle-ci avait alors stimulé la création d’entreprises de production d’électricité, essentiellement d’origine solaire. Pour le seul sous-secteur de la production d’électricité, le nombre de créations de sociétés chute entre 2010 et 2011 de 6 100 à 2 200. Hors ce sous-secteur, les créations de sociétés industrielles sont en revanche en hausse de 2 %. La baisse des créations de sociétés industrielles est par ailleurs en partie compensée par l’augmentation des immatriculations d’auto-entreprises dans le sous-secteur « Production et distribution d’eau ; assainissement, gestion des déchets et dépollution » : 1 800 en 2011 après 1 000 en 2010.

Quant aux créations d’EI, la baisse concerne l’ensemble des secteurs, hormis les activités immobilières (+ 3 %).

Graphique 3 - Évolution du nombre de créations d'entreprises par secteur d'activité en 2010 et 2011

Graphique 3 - Évolution du nombre de créations d'entreprises par secteur d'activité en 2010 et 2011

Lecture : en 2011, le nombre de créations d'entreprises est en baisse dans tous les secteurs d'activité, sauf dans les activités immobilières, et les activités financières et d'assurance.

Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.

Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).

Retour au sommaire

Une baisse quasi généralisée sur le territoire

La baisse du nombre total de créations d’entreprises est quasi générale sur le territoire (graphique 4). Dans 21 des 26 régions, elle est comprise entre -  8 % et - 15 %. Elle culmine à -  20 % en Martinique et elle est de - 19 % en Franche-Comté. À l’inverse, elle est beaucoup plus atténuée à la Réunion (- 6 %) et même en légère hausse en Guadeloupe et en Guyane (respectivement + 2 % et + 3 %).

La baisse du nombre de créations d’EI concerne toutes les régions à l’exception de la Guadeloupe (+ 1 %). Le nombre de créations de sociétés décroît également dans un quart des régions, en tête desquelles se trouvent la Réunion (- 12 %), le Limousin (- 8 %) et Midi-Pyrénées (- 3 %).

Graphique 4 - Évolution du nombre de créations d'entreprises par région en 2010 et 2011

Graphique 4 - Évolution du nombre de créations d'entreprises par région en 2010 et 2011

Note : Mayotte ne faisait pas partie des régions françaises en 2010.

Lecture : en 2011, le nombre de créations d'entreprises est en baisse dans toutes les régions, sauf en Guyane et en Guadeloupe.

Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.

Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).

Retour au sommaire

La plupart des créations se font sans salarié

Du fait de la part importante des immatriculations d’auto-entreprises, qui sont pratiquement toutes sans salarié, 94 % des créations d’entreprises se font sans salarié (tableau). Même hors auto-entreprises, 88 % des entreprises se créent sans salarié. Dans les entreprises créées avec au moins un salarié, la moyenne est de 2,9 salariés, très proche de celle de 2010.

C’est toujours dans l’industrie que le nombre moyen de salariés dans les entreprises créées est le plus élevé (4,2). Inversement, la proportion de créations sans salarié culmine dans le secteur de l’enseignement, de la santé et de l’action sociale (98 %).

Tableau - Créations d’entreprises et nombre moyen de salariés par secteur d'activité en 2011
Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.
Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).
Secteur d'activité Créations sans salarié (en %) Nombre moyen de salariés en 2011 (si au moins un salarié)
parmi l'ensemble des créations parmi les créations hors auto-entreprises
Industrie 92,6 83,5 4,2
Construction 89,7 80,1 2,9
Commerce, transports, hébergement et restauration 91,8 84,8 2,8
Information et communication 97,9 94,3 2,2
Activités financières et d'assurance 94,7 94,0 2,8
Activités immobilières 97,2 96,8 2,0
Soutien aux entreprises 96,8 92,1 2,8
Enseignement, santé et action sociale 98,4 96,5 3,5
Autres services aux ménages 96,4 84,0 2,3
Ensemble 94,3 87,9 2,9

Retour au sommaire

Un créateur d’entreprise individuelle sur trois est une femme

En 2011, les créateurs d’EI sont âgés en moyenne de 38 ans. Comme en 2010, les auto-entrepreneurs sont un peu plus représentés que les autres créateurs d’EI dans les tranches d’âge extrêmes : moins de 30 ans, 60 ans et plus (graphique 5). Mais les âges moyens sont identiques. Les différences d’âge sont plus marquées selon les secteurs d’activité : l’âge moyen reste le plus faible dans le secteur « Information et communication » (34 ans) et le plus élevé dans les activités immobilières (42 ans).

En 2011, 38 % des EI ont été créées par des femmes, qui sont un peu plus jeunes en moyenne que les hommes. La part des créatrices est également proche de 38 % dans les secteurs du commerce, transports, hébergement et restauration, des activités immobilières, du soutien aux entreprises et de l’industrie. En revanche, les femmes sont majoritaires dans l’enseignement, la santé et l’action sociale (60 %) et dans les autres services aux ménages (56 %). Les créateurs hommes sont quant à eux surreprésentés dans l’information et la communication (84 %) et encore plus dans la construction, où la quasi-totalité des créateurs sont des hommes (97 %). Hormis dans les Antilles et à Mayotte, où elles sont un peu mieux représentées (plus de 44 %), la part des créatrices varie peu d’une région à l’autre.

Enfin, seuls 170 créateurs d’entreprises étaient mineurs au moment de leur formalité de création : 24 avaient 16 ans ou moins et 146 avaient 17 ans.

Graphique 5 - Répartition des créateurs d'entreprises individuelles par âge en 2011

Graphique 5 - Répartition des créateurs d'entreprises individuelles par âge en 2011

Lecture : en 2011, 29,5 % des auto-entrepreneurs ont un âge compris entre 30 et 39 ans ; cette proportion est de 30,8 % pour les autres entrepreneurs individuels.

Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.

Source : Insee, répertoire des entreprises et des établissements (Sirene).

Retour au sommaire

Encadré

Le nouveau statut d’entrepreneur individuel à responsabilité limitée

En 2011, on dénombre 6 040 entrepreneurs individuels à responsabilité limitée (EIRL). Trois EIRL sur quatre, soit 4 520, sont de nouvelles entreprises et une sur quatre existait déjà avant d’opter pour ce statut : celui-ci permet à l’entrepreneur de limiter l’étendue de sa responsabilité, en constituant un patrimoine d’affectation dédié à son activité professionnelle, sans créer de société. Trois EIRL sur dix ont par ailleurs choisi également le régime de l’auto-entrepreneur, et 5 créateurs d’EIRL sont mineurs.

Plus de la moitié des EIRL appartiennent à cinq secteurs d’activité : travaux de construction spécialisés pour 23 % d’entre elles, commerce de détail hors automobile pour 13 %, services personnels, conseil pour les affaires et la gestion, et restauration pour 5 % chacun.

Retour au sommaire

Insee Première N° 1387 - janvier 2012

Téléchargement

Liens

Insee Première : Présentation de la collection et liste des numéros parus