Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Une photographie du marché du travail en 2007

Résultats de l’enquête Emploi

François Chevalier, Isabelle Macario-Rat, Anne Mansuy, division Emploi, Insee

Résumé

En moyenne en 2007, 25,6 millions de personnes occupent un emploi et 2,2 millions sont au chômage au sens du BIT ; 90 % des personnes qui travaillent sont salariées. Au sein des entreprises, 12 % des personnes occupent un poste depuis moins d’un an. La construction et les services aux particuliers sont les secteurs d’activité où le renouvellement de la main-d’œuvre est le plus prononcé. La durée hebdomadaire moyenne du travail des personnes à temps complet varie de 38 heures, pour les ouvriers, à près de 59 heures, pour les agriculteurs. Les femmes, notamment les ouvrières, restent plus exposées au chômage que les hommes. Parmi les personnes au chômage depuis plus de deux ans, 38 % ont plus de 50 ans.

Sommaire

Encadré

Publication

Près de 90 % des personnes ayant un emploi sont salariées

En moyenne en 2007, la population totale de France métropolitaine, âgée de 15 ans ou plus, se répartit en deux grands ensembles : 27,8 millions de personnes sont actives c’est-à-dire qu’elles ont un emploi (25,6 millions) ou sont au chômage (2,2 millions), et 21,6 millions sont inactives au sens du BIT c’est-à-dire qu’elles ne travaillent pas, ne recherchent pas activement un emploi ou ne sont pas disponibles rapidement pour en occuper un (tableau 1). Près des deux tiers des personnes ayant entre 15 et 64 ans ont un emploi. Près de 90 % d’entre elles sont salariées (tableau 2). Le tertiaire emploie huit salariés sur dix, et au sein du tertiaire, le secteur public regroupe deux salariés sur dix. 19,8 millions de salariés travaillent en contrat à durée indéterminée et 3,1 millions sous d’autres formes de contrats (intérimaires, contrats à durée déterminée, stagiaires, contrats aidés et apprentis). Ces formes particulières d’emploi représentent ainsi 12 % de l’emploi. L’emploi non salarié demeure minoritaire. La part des non-salariés est deux fois plus forte chez les hommes que chez les femmes. Les jeunes sont moins concernés par l’emploi non salarié : parmi les moins de 25 ans, moins de 2 % occupent un emploi non salarié ; chez les plus de 50 ans la proportion atteint près de 16 %.  

Tableau 1 - Les femmes moins actives que les hommes
Champ : population des ménages de 15 ans ou plus, vivant en France métropolitaine.
Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007.
en milliers
Hommes Femmes Ensemble
Effectif Répartition ( %)
Actifs 14 707 13 136 27 843 56,3
Actifs ayant un emploi 13 613 12 015 25 628 51,9
Chômeurs 1 094 1 121 2 215 4,5
Inactifs 9 045 12 538 21 582 43,7
Dont inactifs de 60 ans ou plus 5 315 6 943 12 258 24,8
Population de 15 ans ou plus 23 752 25 674 49 425 100,0
Tableau 2 - Neuf emplois sur dix sont des emplois salariés
Champ : actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi vivant en France métropolitaine.
Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007.
Hommes Femmes Ensemble
Effectif (milliers) Répartition ( %) Effectif (milliers) Répartition ( %) Effectif (milliers) Répartition ( %)
Non-salariés 1 903 14,0 875 7,3 2 778 10,8
Salariés 11 710 86,0 11 140 92,7 22 850 89,2
Intérimaires 385 2,8 162 1,3 547 2,1
Apprentis 245 1,8 107 0,9 353 1,4
Contrats à durée déterminée 844 6,3 1 312 11,1 2 156 8,5
Contrats à durée indéterminée 10 236 75,1 9 559 79,4 19 794 77,1
Total des emplois 13 613 100,0 12 015 100,0 25 628 100,0

Retour au sommaire

Les services aux particuliers, l’éducation, la santé et l’action sociale, des secteurs très féminisés

Certains secteurs d’activité sont plus féminisés que d’autres. La construction et l’industrie restent sans conteste des bastions masculins. Ces secteurs emploient plus de trois hommes sur dix, contre une femme sur dix. En revanche, trois femmes sur dix travaillent dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’action sociale, contre à peine un homme sur dix. Elles sont également près de deux fois plus nombreuses à travailler dans les services aux particuliers.

Hommes et femmes n’occupent pas non plus les mêmes emplois : près de la moitié des femmes sont employées, contre seulement 13 % des hommes, tandis que 35 % des hommes sont ouvriers, contre seulement 8 % des femmes. Bien qu’ils exercent des métiers différents, les hommes et les femmes occupent dans des proportions comparables des postes de niveau de qualification intermédiaire (22 % pour les hommes contre 25 % pour les femmes). Au sein des professions intermédiaires, les femmes sont plutôt infirmières, institutrices ou cadres B de l’administration tandis que les hommes sont plutôt contremaîtres, agents de maîtrise ou techniciens. La proportion de cadres est plus élevée chez les hommes : 18 % d’entre eux sont cadres, contre 13 % des femmes.

Retour au sommaire

Dans les secteurs de la construction et des services aux particuliers, le turnover est élevé

En moyenne en 2007, un peu moins de 12 % des emplois sont occupés par des personnes qui travaillent dans leur entreprise depuis moins d’un an (tableau 3). La construction reste l’un des secteurs où le renouvellement de la main-d’œuvre est le plus rapide : près de 17 % des emplois sont occupés par des personnes ayant moins d’un an d’ancienneté. Dans presque tous les secteurs du tertiaire, le turnover est moins important. Toutefois, dans les services aux particuliers, près de 20 % des salariés ont moins d’un an d’ancienneté dans leur entreprise, soit 8 points de plus que dans le reste de l’économie. Ceci s’explique en partie par la nature des emplois exercés (entretien, garde d’enfants...), notamment dans le secteur des services personnels et domestiques, pour lesquels le changement d’employeur est fréquent. Dans l’administration, la situation est inverse : 58 % ont plus de dix ans d’ancienneté et seulement 6 % des agents ont moins d’un an d’ancienneté. De même, dans l’industrie, près de la moitié des salariés ont au moins dix ans d’ancienneté dans leur entreprise. En contrepartie, le renouvellement est faible : moins de 9 % de leurs salariés sont en poste depuis moins d’un an.

Tableau 3 - Plus d'ancienneté dans l'énergie
1. L'ancienneté dans l'entreprise est inconnue pour 4 % des actifs ayant un emploi en 2007.
2. Les industries manufacturières regroupent l'automobile, les biens intermédiaires, les biens d'équipement et les biens de consommation.
3. Les questions sur l'ancienneté dans l' entreprise ne sont pas posées aux intérimaires dont l'employeur est l'agence d'intérim.
4. Le total inclut les personnes dont le secteur d'activité est inconnu. Elles sont 35 000 en 2007.
Champ : actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi vivant en France métropolitaine.
Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007.
en %
Secteur d'activité Ancienneté par secteur Ensemble (milliers)
Moins d'un an1 10 ans ou plus1
Agriculture 8,9 54,2 875
Industrie 8,8 48,7 3 964
Industries agroalimentaires 12,5 41,0 634
Industries manufacturières2 8,3 49,3 3 093
Énergie 5,6 61,1 237
Construction 16,8 29,4 1 668
Tertiaire : 12,0 41,2 19 086
Commerce, réparations 15,3 35,2 3 504
Transports 13,0 40,3 1 148
Activités financières 8,8 55,2 823
Activités immobilières 15,0 36,2 361
Services aux entreprises (hors intérim) 13,5 34,0 2 732
Intérim3 - - 547
Services aux particuliers 19,8 27,8 2 196
Éducation, santé, action sociale 10,2 48,5 4 866
Administrations 6,3 58,2 2 909
Total4 11,7 42,1 25 628

Retour au sommaire

Durée hebdomadaire moyenne du travail à temps complet : de 38 heures à 59 heures selon la CS

Au sein de l’emploi, 17 % des personnes travaillent à temps partiel, dont à peine 3 %, moins de 15 heures par semaine. 82 % des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes. Le temps partiel est particulièrement répandu parmi les employés, catégorie sociale très féminisée. Près d’un tiers des salariés ayant un emploi à temps partiel travaillent moins qu’ils ne le souhaiteraient (tableau 4). Les moins de 25 ans sont les premiers concernés : hommes et femmes confondus, plus de 41 % des jeunes à temps partiel souhaiteraient travailler davantage. Bien que les hommes soient beaucoup moins nombreux que les femmes à travailler à temps partiel, 36 % d’entre eux souhaiteraient travailler plus, contre 29 % d’entre elles. Entre 25 et 49 ans, âges auxquels les tâches familiales sont les plus lourdes, les femmes à temps partiel déclarent le plus souvent ne pas souhaiter travailler davantage. Après 50 ans, seule une personne sur cinq souhaiterait travailler plus.

En moyenne en 2007, les personnes dont l’emploi est à temps partiel travaillent plus de 23 heures par semaine, pour une semaine normale de travail (sans absence ni congés). À temps complet, cette durée est égale à 41 heures. Ainsi, les cadres travaillent 44 heures et les agriculteurs près de 59 heures (tableau 5).

Tableau 4 - 30 % des femmes travaillent à temps partiel
1. Définitions
Lecture : en moyenne en 2007, parmi les hommes de 15 à 24 ans travaillant à temps partiel, 36,1 % souhaiteraient travailler plus d'heures et sont disponibles pour le faire.
Champ : actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi vivant en France métropolitaine.
Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007.
en %
Hommes Femmes Ensemble
Emplois selon leur durée
Temps complet 94,3 69,8 82,8
Temps partiel 5,7 30,2 17,2
Actifs ayant un emploi 100,0 100,0 100,0
Sous-emploi parmi les temps partiels1
15-24 ans 36,1 44,1 41,5
25-49 ans 46,4 30,7 32,9
50 ans et plus 20,5 20,5 20,5
Ensemble des temps partiels 36,1 29,2 30,4
Tableau 5 - La durée moyenne du travail¹ est de 37,9 heures par semaine
1. Durée déclarée par les personnes en emploi pour une semaine normalement travaillée.
Champ : actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi vivant en France métropolitaine.
Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007.
en heures
Temps partiel Temps complet Ensemble
Agriculteurs exploitants 22,6 58,8 54,3
Artisans, commerçants et chefs d'entreprise 20,7 55,0 52,4
Cadres et professions intellectuelles supérieures 24,3 44,0 42,1
Professions intermédiaires 24,3 39,3 37,1
Employés 22,8 38,2 33,3
Ouvriers 21,8 37,8 36,5
Total 23,1 41,0 37,9

Retour au sommaire

Plus de chômage chez les femmes, les ouvrières et les non-diplômés

En moyenne sur l’année 2007, 2,2 millions de personnes sont au chômage au sens du BIT, soit 8 % de la population active (tableau 6). Les taux de chômage masculin et féminin sont respectivement de 7,4 % et 8,5 %. À tous les âges, il y a proportionnellement plus de chômeuses que de chômeurs, mais c’est entre 25 et 49 ans que les écarts sont les plus marqués (8,1 % contre 6,6 %). Face au chômage, de fortes inégalités subsistent également entre catégories socioprofessionnelles. Ainsi la proportion de cadres au chômage est de 3,3 %, soit trois fois moins que chez les ouvriers. Lorsqu’on croise sexe et catégorie socioprofessionnelle, c’est pour les ouvriers et les indépendants que les écarts sont les plus marqués : en 2007, 16 % des ouvrières sont au chômage contre 9,5 % des ouvriers. Pour les professions intermédiaires, les taux de chômage des hommes et des femmes sont très proches. Le chômage ne touche pas de la même manière diplômés et non-diplômés : 13,2 % des non-diplômés sont au chômage contre 5,6 % des diplômés du supérieur. Avec un taux de chômage de 5,2 %, ce sont les diplômés du supérieur court qui sont les moins touchés. Une très grande majorité d’entre eux sont titulaires d’un diplôme à vocation technologique ou professionnelle : DUT, BTS, diplômes de professions du secteur social ou sanitaire (kiné, infirmière..) Ces diplômes confirment leur bonne adéquation avec le marché du travail. Les diplômes des écoles paramédicales ou sociales restent de bons atouts contre le chômage.

Tableau 6 - Les femmes non diplômées sont les plus touchées par le chômage
Champ : population active de 15 ans ou plus, vivant en France métropolitaine.
Source : Insee, enquêtes Emploi du 1er au 4e trimestre 2007.
en milliers et % de la population active
Chômage BIT Chômeurs Chômeuses Total
Nombre Proportion Nombre Proportion Nombre Proportion
Ensemble 1 094 7,4 1 121 8,5 2 215 8,0
15-24 ans 268 18,6 237 20,2 505 19,3
25-49 ans 641 6,6 699 8,1 1 340 7,3
50 ans et plus 186 5,2 184 5,6 370 5,4
Niveau de diplôme
Sans diplôme ou CEP 361 12,9 301 13,5 663 13,2
Brevet des collèges, CAP, BEP 374 6,8 375 9,2 749 7,8
Baccalauréat 152 6,1 211 8,1 363 7,1
Bac + 2 93 5,4 107 5,0 200 5,2
Diplôme supérieur au Bac + 2 114 5,2 125 6,0 240 5,6
en milliers et % du nombre de chômeurs
Chômeurs depuis un an ou plus 445 40,6 449 40,1 894 40,4
15-24 ans 79 29,4 47 19,8 126 24,9
25-49 ans 254 39,7 287 41,0 541 40,4
50 ans et plus 110 59,2 114 61,8 224 60,5
Chômeurs depuis deux ans ou plus 243 22,2 233 20,8 476 21,5
15-24 ans n.s. n.s. n.s. n.s. 48 9,5
25-49 ans n.s. n.s. n.s. n.s. 284 21,2
50 ans et plus n.s. n.s. n.s. n.s. 142 38,3

Retour au sommaire

38 % des chômeurs de plus de 50 ans recherchent un emploi depuis plus de deux ans

En moyenne sur l’année, 40 % des chômeurs sont au chômage depuis plus d’un an, dont plus de la moitié depuis plus de deux ans. Rester plus d’un an au chômage est le lot des actifs les plus âgés, qu’ils soient hommes ou femmes. Ainsi, 60 % des chômeurs ayant au moins cinquante ans recherchent un emploi depuis plus d’un an et plus de 38 % depuis plus de deux ans. De fait, les entreprises recrutent peu de salariés ayant dépassé la cinquantaine : en 2007, les plus de 50 ans ne représentent que 7 % des personnes ayant moins d’un an d’ancienneté chez leur employeur, alors qu’ils constituent presque 17 % des chômeurs et 25 % des personnes ayant un emploi.

Retour au sommaire

Entre 15 et 64 ans, les trois quarts des inactifs sont des femmes

En moyenne en 2007, 30 % des personnes âgées de 15 à 64 ans sont classées comme inactives au sens du BIT, soit 11,9 millions de personnes. Parmi elles, 41 % suivent des études, 24 % sont en retraite ou en préretraite, 27 % sont inactives mais ont déjà travaillé et 8 % sont inactives sans avoir jamais travaillé.

Étudiants et retraités sont les inactifs dont la relation à l’emploi est la plus claire. 98 % des étudiants sans emploi n’ont jamais travaillé et ne souhaitent pas travailler pour l’instant. Lorsqu’ils sont âgés de plus de 25 ans, ils sont un peu plus nombreux à avoir déjà travaillé (8 %) mais ils restent encore largement majoritaires à ne pas souhaiter travailler. En fin de vie active, plus de 99 % des inactifs retraités ou préretraités de moins de 65 ans déclarent ne pas souhaiter travailler. Ils ont en moyenne 60 ans et leur souhait de travailler diminue avec l’âge : 3,4 % des 50-55 ans et 0,8 % des 60-65 ans.

Les autres inactifs, ni étudiants ni retraités, représentent près de 11 % de la population des 15 à 64 ans ; 76 % sont des femmes. En moyenne, ces inactifs sont plus âgés et beaucoup moins diplômés que les actifs. Ils sont 11 % à déclarer souhaiter travailler. Leur situation vis-à-vis de l’emploi reste cependant hétérogène. Les trois quarts d’entre eux ont déjà exercé une activité tandis que le quart restant n’a jamais travaillé. Pour ces derniers, l’insertion sur le marché du travail peut être entravée par de faibles qualifications : 71 % d’entre eux ont un diplôme au maximum équivalent au brevet des collèges. Par ailleurs, 79 % de ces inactifs n’ayant jamais travaillé sont des femmes, dont 71 % vivent en couple. Parmi les 21 % d’hommes, plus des deux tiers ont moins de 30 ans et seulement 12 % sont en couple.

Retour au sommaire

Encadré

Horaires atypiques et travail à domicile

En moyenne en 2007, une personne en emploi sur cinq travaille habituellement ou occasionnellement à son domicile. Contrairement aux ouvriers, les indépendants comme les agriculteurs travaillent logiquement plus souvent chez eux (70 % des agriculteurs, 45 % des indépendants). C’est également le cas de 40 % des cadres. Le travail à domicile est caractéristique de certaines professions salariées. Ainsi, 80 % des professeurs, des instituteurs et des assistantes maternelles travaillent habituellement chez eux.

La répartition hebdomadaire du travail, qu’il soit effectué à domicile ou dans l’entreprise, diffère également selon les professions. Les cadres sont nombreux à travailler le soir. Le fait de travailler le week-end est assez répandu : en moyenne sur l’année, plus d’une personne sur deux travaille le samedi et une sur trois le dimanche. Ces pratiques sont habituelles ou occasionnelles parmi les non-salariés et les cadres. Le travail de nuit reste marginal et concerne principalement les ouvriers et les agriculteurs.

Retour au sommaire

Insee Première N° 1206 - août 2008

Téléchargement

Liens

Insee Première : Présentation de la collection et liste des numéros parus