Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Les dépenses de l’industrie pour protéger l’environnement repartent à la hausse en 2012

Maud Micollet, division Enquêtes thématiques et études transversales, Insee

Résumé

En 2012, les établissements industriels employant 20 salariés ou plus ont consacré 1,7 milliard d’euros à des investissements ou des études pour protéger l’environnement. À champ et méthode comparables, c’est 7 % de plus qu’en 2011. Les établissements dont les activités sont susceptibles d’affecter l’environnement contribuent le plus à ces dépenses. Ainsi, les secteurs de l’énergie et de la chimie en représentent 44 %. Plus du tiers des montants investis visent à protéger la qualité de l’air ou à limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Sommaire

Encadré

Publication

Les investissements augmentent de 10 %, les études stagnent

En 2012, les dépenses de l’industrie pour protéger l’environnement ont atteint 1,7 milliard d’euros. Les investissements constituent 81 % de ce montant et les études 19 %. Les investissements ont augmenté de 10 % par rapport à 2011, à champ et méthode comparables (cf. document méthodologique de l’enquête), après trois années consécutives de baisse (figure 1). Malgré ce regain, leur niveau ne retrouve pas celui d’avant la crise, en 2008. Les investissements antipollution se sont redressés avec retard par rapport aux autres investissements de l’industrie, en hausse dès 2010. Les études sont quant à elles quasiment stables en 2012 (- 1 %) : leur montant de dépenses est proche de celui de 2009, après quatre années où il avait stagné à un niveau plus faible. Au total, les dépenses de l’industrie pour protéger l’environnement, qu’il s’agisse d’investissements ou d’études, ont augmenté de 7 % (à champ et méthode comparables) en 2012.

Haut de page

Les secteurs à plus fort risque pour l’environnement dépensent plus

39 % des établissements industriels réalisent des dépenses pour protéger l’environnement. Ces dépenses sont naturellement plus élevées pour les activités susceptibles d’avoir des impacts importants sur l’environnement. Ainsi, les trois secteurs qui contribuent le plus à ces dépenses sont l’énergie (462 millions d’euros), la chimie (287 millions d’euros) et les industries agroalimentaires (217 millions d’euros) ; ils concentrent plus de la moitié des dépenses (figure 2). À lui seul, le secteur de l’énergie (et plus particulièrement celui de l’électricité) concourt pour 43 % aux dépenses d’études réalisées par les établissements industriels pour protéger l’environnement.

Figure 2 - Les dépenses de l'industrie en faveur de l'environnement en 2012
en millions d’euros
Secteur Investissements pour protéger l'environnement Études Total des dépenses
Spécifiques* Intégrés* Total En vue d'un investissement Autres études Total
* Voir définitions.
Champ : France, industries extractives et manufacturière, y compris artisanat commercial, et énergie, établissements de 20 salariés ou plus.
Source : Insee, enquête sur les investissements pour protéger l'environnement (Antipol).
Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné 261 63 324 13 125 138 462
Industrie chimique 187 58 245 24 18 42 287
Industries agroalimentaires 133 64 197 13 8 20 217
Métallurgie et produits métalliques 125 23 148 32 5 36 184
Industrie des produits minéraux 60 12 72 4 3 7 79
Bois et papier 37 11 48 5 2 7 55
Production de combustibles et de carburants 15 8 23 4 1 6 28
Autres industries 295 50 345 38 25 63 408
Ensemble 1 112 289 1 401 133 186 319 1 720

Haut de page

36 % des investissements visent à protéger l’air ou le climat

En 2012, 36 % des investissements antipollution visent à éviter ou limiter les effets de l’activité sur la qualité de l’air (soit un montant de 364 millions d’euros) ou, via les émissions de gaz à effet de serre, sur l’équilibre du climat (145 millions d’euros). Pour mémoire, l’Union européenne s’est fixé comme objectif de diminuer de 20 % ces émissions d’ici à 2020, par rapport au niveau de 1990. Les autres dépenses importantes concernent les eaux usées (253 millions d’euros), les sols (191 millions d’euros), les déchets (173 millions d’euros) et les paysages (104 millions d’euros) (figure 3).

Les investissements pour protéger l’environnement sont, soit des investissements spécifiques (leur proportion s’établit à 79 %), soit des investissements intégrés (21 %). Les premiers sont entièrement dédiés à la protection de l’environnement et n’impliquent pas de modification du processus de production. Les seconds correspondent à l’ensemble des coûts liés à l’adoption de technologies dites « propres » (moins polluantes que le produit standard disponible sur le marché).

Haut de page

D’abord pour traiter ou éliminer les pollutions

Plus de la moitié des investissements spécifiques ont pour objet le prétraitement, le traitement ou l’élimination de la pollution (soit un montant de 598 millions d’euros) ; les établissements cherchent d’abord à réduire l’impact négatif de leur activité sur l’environnement (figure 4). L’autre part importante de ces investissements est destinée à la prévention des pollutions.

Haut de page

Encadré

Zoom sur les entreprises du secteur des déchets

Les entreprises du secteur des déchets, interrogées pour la première fois en 2012, ont consacré 183 millions d’euros à des investissements pour protéger l’environnement et 18 millions d’euros à des études sur ce sujet. Ces entreprises investissent principalement dans le domaine des déchets (71 millions), mais également dans ceux des eaux usées (36 millions), de la protection de l’air (21 millions) et des sols (19 millions).

L’objectif principal des investissements spécifiques de ce secteur est le prétraitement, le traitement et l’élimination de la pollution, de façon toutefois nettement moins marquée que dans les autres secteurs de l’industrie (39 % des cas contre 54 %). En effet, assez logiquement, le tri et la valorisation des déchets y sont beaucoup plus fréquents qu’ailleurs (26 % des cas contre 9 %). Enfin, comme dans les autres secteurs, près d’un tiers des investissements visent à prévenir les pollutions (31 % des cas contre 32 %).

70 % des entreprises du secteur des déchets disposent d’un spécialiste dédié à l’environnement.

Haut de page

Sources

Ces données sont issues de l'enquête sur les investissements pour protéger l’environnement (Antipol). En 2012, le champ de cette enquête couvre les établissements de 20 salariés ou plus implantés en France, appartenant aux secteurs des industries extractives, manufacturière et de la production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné (divisions 05 à 35 de la NAF rév. 2), ainsi que les entreprises de 20 salariés ou plus implantées en France, appartenant au secteur des déchets (divisions 38 et 39 de la NAF rév. 2). L’échantillon est composé de 10 755 établissements ; le taux de sondage est de 46 % sur le champ hors secteur des déchets.

Bibliographie

Haut de page

Insee Focus N° 8 - août 2014

Téléchargement

  • Données complémentaires (60 ko) : Ce fichier présente les données des tableaux et des graphiques de la publication, enrichies éventuellement par des données complémentaires

Liens

Insee Focus : Présentation de la collection et liste des numéros parus