Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Autres industries manufacturières

Sommaire

Publication

Composition de l'activité

Autres industries manufacturières 

Les autres industries manufacturières correspondent aux divisions 31 et 32 de la nomenclature d'activités française de 2008 (« NAF 2008 » ou « NAF révision 2 »). La division 31 comprend la fabrication de meubles. La division 32 comprend le groupe 32.1 (frappe de monnaie, fabrication d’articles de joaillerie et bijouterie, fabrication d’articles de bijouterie fantaisie et articles similaires), le groupe 32.2 (fabrication d’instruments de musique), le groupe 32.3 (fabrication d’articles de sport), le groupe 32.4 (fabrication de jeux et jouets), le groupe 32.5 (fabrication de matériel médico-chirurgical et dentaire et de lunettes) et enfin le groupe 32.9 (fabrication d’articles de brosserie et activités manufacturières non comprises ailleurs).

Retour au sommaire

Chiffres-clés

En 2010, le secteur des autres industries manufacturières compte 31 400 sociétés et emploie 108 100 salariés en équivalent temps plein. Ces sociétés dégagent un chiffre d’affaires total de 20 milliards d’euros.

Au sein des autres industries manufacturières, la fabrication de meubles et celle d’instruments et de fournitures à usage médical et dentaire sont les 2 principaux sous-secteurs : le premier réalise 38 % du chiffre d’affaires du secteur, emploie 42 % de ses effectifs salariés en équivalent temps plein et rassemble 40 % de ses sociétés ; les parts respectives du second sont de 37 %, 38 % et 24 %. Les autres sous-secteurs pèsent chacun moins de 10 % dans le chiffre d’affaires du secteur : la fabrication d’articles de joaillerie-bijouterie (9 %), la fabrication d’articles de sport (5 %), celle de jeux et jouets (2 %), celle d’instruments de musique (1 %) et les autres activités (articles de brosserie, stylos, parapluies, briquets, pipes …) (8 %).

Un peu plus du quart (27 %) du chiffre d’affaires total du secteur provient des exportations (34 % pour l’ensemble de l’industrie manufacturière) mais celles-ci représentent une part très variable des ventes selon le sous secteur. L’industrie du meuble est la moins tournée vers l’extérieur avec seulement 13 % de son chiffre d’affaires provenant des exportations. A l’autre extrême, l’industrie des instruments de musique réalise 61% de ses ventes sur les marchés extérieurs. Le sous-secteur de la fabrication de fournitures à usage médical et dentaire a, lui, un taux d’exportation de 35 %.

Le secteur des autres industries manufacturières contribue pour 2 % au chiffre d’affaires de l’ensemble de l’industrie. Dans le même temps, il emploie 4 % des salariés en équivalent temps plein. Il est peu capitalistique puisque les immobilisations corporelles par salarié sont de 71 milliers d’euros contre 147 milliers pour l’ensemble de l’industrie manufacturière.

En 2010, le taux de marge du secteur (22 %) n’est que légèrement inférieur à celui du total de l’industrie manufacturière (24 %). Il est néanmoins différencié selon les sous-secteurs : il n’est que de 14 % pour la fabrication de meubles et il atteint 26 % pour l’ensemble des autres sous-secteurs. Le taux d’investissement du secteur (9 %) est un peu plus bas que celui de l’industrie manufacturière (13 %). C’est le sous-secteur de la fabrication d’articles de sport qui a le taux d’investissement le plus faible (4 %). Le taux d’autofinancement des autres industries manufacturières est plus élevé (226 %) que celui de l’ensemble de l’industrie manufacturière (136 %). Ici encore, les taux sont différenciés selon les sous secteurs : le taux dans la fabrication de meubles (139 %) est nettement inférieur à celui des autres industries manufacturières (257 %).

Chiffres clés du secteur en 2010
Source : Insee, Esane
Nombre de sociétés 31 424
Effectifs salariés en équivalent temps plein (ETP) 108 139
Chiffre d’affaires hors taxes (CAHT) en M€ 20 283
Valeur ajoutée hors taxes (VAHT) en M€ 7 430
Excédent brut d’exploitation (EBE) en M€ 1 561
Principaux ratios du secteur en 2010
Source : Insee, Esane
Taux de valeur ajoutée (VAHT/CAHT) en % 36.6
Taux d’exportation (exportations/CAHT) en % 27.0
Taux de marge (EBE/Valeur ajoutée au coût des facteurs) en % 22.0
Taux d’investissement (investissements corporels bruts hors apports/VAHT) en % 9.0
Taux d’autofinancement (capacité d’autofinancement/investissements corporels bruts hors apports) en % 226.0
Intensité capitalistique (immobilisations corporelles/effectifs salariés en ETP) en k€ 70.9
Frais de personnel par salarié en k€ par ETP 55.0

Retour au sommaire

Concentration

Les dix plus grandes sociétés réalisent environ 18 % du chiffre d’affaires total du secteur et 0,4 % des sociétés en dégagent la moitié. Dans l’ensemble de l’industrie manufacturière, la moitié du chiffre d’affaires est réalisée par 0,2 % des sociétés.

Les dix plus grandes sociétés du secteur selon le chiffre d'affaires en 2010
Par ordre alphabétique
Source : Insee, Esane
B. BRAUN MEDICAL S.A.S
BB GR
BECTON DICKINSON FRANCE
CARTIER JOAILLERIE INTERNATIONAL SAS
ESSILOR INTERNATIONAL
FOURNIER
SALM
SALOMON SAS
STEELCASE SA
STRYKER SPINE

Retour au sommaire

Branches d’activité

Plus des trois quarts (77 % en 2010) de l’activité du secteur relèvent de la branche autres industries manufacturières. Le commerce de gros (à l’exception des automobiles et des motocycles) représente 17 % du chiffre d’affaires du secteur.

Retour au sommaire

Production

Après deux années de forte hausse en 2006 et 2007, la production de la branche en volume a légèrement baissé en 2008 (– 1,4 %) avant de reculer nettement l’année suivante (– 8,3 %). Après un léger rebond en 2010, elle stagne en 2011, en restant très en-deca de son niveau de 2007. Quant aux prix de production, ils suivent une tendance de légère hausse depuis quelques années.

Retour au sommaire

Importations et exportations

Les exportations en valeur de produits des autres industries manufacturières ont augmenté régulièrement sur la période 2003-2008 (+ 5,9 % en moyenne annuelle), et ont continué sur cette tendance en 2010 (+ 7,7 %) et en 2011 (+ 9,5 %) après le recul de 2009 (– 6,5 %). Les importations suivent les mêmes inflexions mais sont plus dynamiques (+ 7,1 % en moyenne annuelle de 2003 à 2008, – 5,7 % en 2009, + 15,7 % en 2010 et + 6,4 % en 2011). Les prix du commerce extérieur évoluent à la hausse à un rythme modéré. Le déficit extérieur se creuse de façon quasi continue depuis plusieurs années. Il atteint – 7,4 milliards en 2011 après une détérioration marquée en 2010 alors qu’il se situait à – 5,5 milliards d’euros en 2009*.

* Le solde (ou balance) commercial (ou extérieur) est égal aux exportations franco à bord (FAB) moins les importations coût-assurance-fret (CAF). On parle de déficit commercial (ou extérieur) quand il est négatif et respectivement d’excédent commercial (ou extérieur) quand il est positif.

Retour au sommaire

L'industrie par grandes activités économiques en 2010 et 2011 - décembre 2012