Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Le parc locatif social

Aux côtés du parc privé conventionné,le parc locatif public permet aux ménages modestes de se loger à moindre coût. Il représente donc un levier important pour atténuer la précarité des populations les plus démunies qui y ont recours. En Auvergne le parc locatif social s'étoffe. Il occupe une place plus importante dans le secteur locatif mais cette part reste inférieure à la moyenne nationale. L'implantation des HLM reste à dominante urbaine. Le parc social auvergnat se distingue par le nombre de logements individuels ainsi que par son taux d'emménagement. L'appauvrissement des locataires, notamment ceux qui ont emménagé le plus récemment, traduit une paupérisation des occupants plus marquée dans la région que dans le reste de la France.

Un parc HLM qui progresse 

Au 1er janvier 2004, l'Auvergne compte 60 850 logements sociaux proposés à la location, 3 200 de plus qu'en 1999 (+ 5 %). En comparaison, le parc locatif privé n'a augmenté que de 1 500 unités soit une progression de 1 % entre 1999 et 2004. Les plus fortes augmentations du nombre de logements locatifs HLM ont été enregistrées dans le département du Puy-de-Dôme et dans celui du Cantal : + 7 % entre 1999 et 2004. En revanche, en Haute-Loire et dans l'Allier la hausse est inférieure à 3 %.

Malgré l'augmentation du nombre de logements HLM, le poids du parc public auvergnat dans le secteur locatif est largement inférieur à la moyenne nationale. Parmi les locataires de locaux loués vides, 31 % louent un logement au sein du parc HLM en Auvergne, contre 40 % au niveau national. La région s'insère dans un clivage nord sud très marqué du point de vue de l'importance relative du parc HLM dans l'ensemble du parc locatif. Au nord d'une diagonale Bretagne − Rhône-Alpes, la part du parc HLM est proche ou supérieure à 40 %, alors qu'au sud elle est inférieure à 30 %. 

Part du parc social au sein du parc locatif
 au 1er ...

En Auvergne les ménages modestes sont plus fréquemment propriétaires de leur logement 

Le parc locatif auvergnat représente 1,4 % du parc national, alors que 2,2 % des métropolitains vivent en Auvergne. On recense 47 logements pour 1 000 habitants, contre 69 au niveau national. Ce sous-équipement apparent tient en partie à la part importante des propriétaires (voir encadré : « Résidences principales auvergnates »).

En Auvergne, la moitié des ménages disposant de revenus inférieurs à 60 % des plafonds HLM sont propriétaires de leur logement, contre 41 % au niveau national. En revanche, la part des ménages auvergnats modestes, locataires dans le parc privé (28 %), est équivalente à la moyenne nationale. Il en est de même pour les plus démunis, ceux dont les ressources sont inférieures à 30 % des plafonds HLM.

En Auvergne, comme en France, un ménage modeste sur trois loue un logement du parc privé. En revanche, dans la région 45 % sont propriétaires alors qu'ils ne sont que 32 % en France.

Évolution du parc locatif social

Retour haut de page

Concentration urbaine 

La localisation des logements HLM est essentiellement urbaine. Les agglomérations de Moulins, Vichy, Montluçon, Aurillac, Le Puy-en-Velay et Clermont-Ferrand regroupent à elles seules 69 % du parc régional. Dans ces agglomérations, le parc locatif public représente plus de 10 % des résidences principales. Dans les couronnes périurbaines ainsi que dans l'espace à dominante rurale, où les propriétaires sont prépondérants, moins de 5 % des résidences principales sont des logements locatifs HLM.

Statut d'occupation des logements
 pour les ...

Part du parc locatif social dans
 les résidences ...

Part du parc locatif social et niveaux de ressources des locataires

Ensemble en % des résidences principales Emménagement récent * Part des ménages ayant des revenus inférieures à
40 % des plafonds HLM 60 % des plafonds HLM
* locataires en 2003 entrés dans leur logement à partir du 01/01/2000 − Source : DRE − Enquêtes PLS 2004 et OPS 2003
France métropolitaine 4 104 780 16,2 % 30 % 38 % 60 %
Auvergne 60 850 10,2 % 32 % 42 % 65 %
Allier 17 490 11,0 % 29 % 43 % 66 %
Cantal 4 950 7,4 % 37 % 47 % 71 %
Haute-Loire 7 490 8,1 % 36 % 44 % 69 %
Puy-de-Dôme 30 920 11,2 % 32 % 41 % 63 %
dont agglomération




de Montluçon 3 490 11,7 % 33 % 46 % 67 %
de Moulins 4 090 21,5 % 32 % 43 % 65 %
de Vichy 5 140 17,0 % 35 % 44 % 65 %
d'Aurillac 2 820 16,2 % 36 % 45 % 71 %
du Puy-en-Velay 2 620 13,5 % 30 % 48 % 71 %
de Clermont-Ferrand 22 940 18,6 % 30 % 39 % 60 %

Moins de grands ensembles 

En 2003, les maisons individuelles représentent plus de la moitié (55 %) des 850 nouveaux logements HLM proposés à la location dans la région, contre le tiers au niveau national. Depuis cinq ans, dans le parc locatif social auvergnat, la part de l'habitat individuel progresse ainsi chaque année de près de 1 %. La proportion de logements HLM individuels est plus importante dans les départements du Cantal (20 %) et de l'Allier (21 %) que dans ceux de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme (14 %).
Néanmoins, en 2004, Le parc locatif social est composé à 84 % de logements collectifs, soit trois points de moins qu'au niveau national. Les logements collectifs dans le parc HLM sont particulièrement présents dans les agglomérations où ils représentent plus de 90 % du parc. C'est dans les agglomérations d'Aurillac et du Puy-en-Velay que ce pourcentage est le plus élevé (respectivement 95 % et 96 %). Globalement la part des logements construits entre 1948 et 1975, période de construction des grands ensembles, représente la moitié du parc HLM auvergnat. Le logement social auvergnat apparaît légèrement plus grand que son équivalent au niveau national. Les petits logements d'une ou deux pièces représentent 20 % du parc auvergnat, contre 24 % au plan national. La grande majorité (71 %) des logements HLM compte trois ou quatre pièces et 8 % disposent de cinq pièces ou plus. Dans les départements de la Haute-Loire et du Puy-de− Dôme, où ils sont le plus fortement représentés, un logement HLM sur dix dispose de cinq pièces ou plus.

Parc locatif social auvergnat

Nombre de logements dans Le parc locatif social

Un taux d'emménagement qui reste élevé

Au cours de l'année 2003, un peu plus de 13 % des locataires du parc HLM de la région ont emménagé dans leur logement. Ce taux est l'un des plus faibles depuis 1998. Cette diminution de la mobilité au sein du parc locatif public s'observe dans toutes les régions françaises. Néanmoins avec trois points de plus que la moyenne nationale, l'Auvergne se distingue par un taux d'emménagement qui reste élevé. Seules quatre régions disposent d'un taux plus fort.
La mobilité au sein des principales agglomérations auvergnates est inférieure à la moyenne régionale, sauf dans celles de l'Allier. Dans les agglomérations de Vichy et de Montluçon, respectivement 36 % et 33 % des locataires du parc HLM ont emménagé depuis moins de trois ans. Cette part est nettement supérieure à celle des autres agglomérations auvergnates où près de 30 % des locataires sont dans cette situation. La mobilité profite aux jeunes ménages.
En Auvergne, les ménages de moins de trente ans ont davantage recours au parc HLM que dans le reste du pays. La région se singularise dès lors par une part plus élevée des ménages de moins de trente ans. Néanmoins, l'arrivée des jeunes ne peut infléchir le vieillissement général. En 2003, 21 % des locataires ont plus de 65 ans et 14 % moins de 30 ans. La part des occupants âgés progresse plus nettement en Auvergne que sur l'ensemble du territoire national.

Des locataires plus démunis

La part des locataires auvergnats, dont les revenus sont inférieurs à 60 % des plafonds de ressources, est passée de 52 % en 1997 à 65 % en 2003. De même, ceux dont les revenus sont inférieurs à 40 % des plafonds ont vu leur part passer de 32 % des locataires HLM en 1997 à 42 % en 2003.
La région est plus fortement marquée par cet appauvrissement des locataires du parc locatif public que la moyenne nationale. Ainsi, en 2003, pour l'ensemble des régions, les proportions de locataires HLM ayant des revenus respectivement inférieurs à 60 % et 40 % des plafonds, sont plus basses de cinq points que celles enregistrées en Auvergne. La tendance à l'appauvrissement se vérifie aussi chez les locataires qui ont récemment emménagé. Parmi eux, la part des locataires du parc HLM ayant des ressources inférieures à 60 % du plafond est plus élevée de trois points en 2003 (71 %) qu'en 2000 (68 %). Sur ce point la région se distingue aussi de la moyenne française. En effet, pour l'ensemble du territoire, le pourcentage des ménages à faibles ressources qui ont récemment emménagé est resté stable entre 2000 et 2003.

Niveau de ressources parmi les emménagés ...

 

 

 Résidences principales auvergnates

Plus de logements et plus de propriétaires

Le parc des résidences principales auvergnates s'accroît. Il se caractérise par une part croissante des grands logements, de l'habitat individuel et des propriétaires.

Statut d'occupation des résidences principales

Des logements plus nombreux et plus spacieux

Depuis la fin de la décennie quatre-vingt-dix, le niveau de progression de la construction auvergnate a rattrapé la moyenne nationale. En Auvergne, cette reprise se traduit par une nette progression des résidences principales. Au cours de la période 1999-2004, leur nombre a progressé de 6 000 chaque année (+ 1,1 %) pour s'établir en 2004 à 587 600. Parmi les constructions récentes, huit sur dix sont des maisons individuelles occupées huit fois sur dix également par leur propriétaire. Les poids de l'habitat individuel et des grands logements augmentent. En 2004, les maisons individuelles représentent 68 % du parc des résidences principales, 12 points de plus que la moyenne nationale.
Les logements sont aussi plus spacieux. Dans la région, 9 % seulement des résidences principales ont moins de 40 m2, contre 12 % au niveau national. Inversement, 30 % des résidences principales auvergnates ont plus de 100 m2, trois points de plus que la moyenne des autres régions. En Auvergne, la part de ces grands logements a connu une progression de quatre points entre 1999 et 2004.

La part du secteur locatif en baisse

En Auvergne, près des deux tiers des résidences principales (63 %) sont occupés par leurs propriétaires, six points de plus que la moyenne nationale. À égalité avec celui du Limousin, c'est le taux régional le plus important après ceux de la Bretagne et de Poitou-Charentes. À l'instar de l'ensemble de la France, lorsqu'ils habitent en maison individuelle, 83 % des ménages sont propriétaires de leur logement.
En appartement, seuls 20 % sont dans ce cas, contre 25 % en France. La part des ménages propriétaires de leur résidence principale a progressé de trois points entre 1999 et 2004. Le poids du secteur locatif, malgré un accroissement de 4 700 logements, a diminué. En 2004, il recouvre 32 % des logements auvergnats contre 33 % en 1999. En France métropolitaine, 38 % des résidences principales sont louées.

Regards croisés sur la précarité en Auvergne

INSEE Auvergne Les Dossiers n° 15 −