Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Projections départementales de population à l'horizon 2030

Mise à jour : avril 2009

L'Insee a réalisé des projections de population départementales à l'aide du modèle OMPHALE, qui applique, d'année en année, et pour chaque sexe et âge, des quotients migratoires, de fécondité et de mortalité, aux populations correspondantes. Ces quotients sont déterminés en prenant en compte les tendances de fécondité, mortalité et de migrations départementales observées par le passé.

Les tableaux mis à disposition décrivent pour chaque département de France métropolitaine hors Corse l'évolution de la population totale et de sa structure par âge sur la période 2005-2030. Les résultats sont déclinés selon plusieurs variantes qui traduisent différentes hypothèses d'évolutions des comportements.

Téléchargement

Les données sont au format XLS.

Les spécificités des départements de Corse, qui conjuguent des effectifs faibles à des inflexions démographiques fortes, ne permettent pas la réalisation de projections selon le modèle standard. Pour cette raison, les départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse sont exclus des tableaux présentés ici. Des projections sont néanmoins disponibles au niveau régional.

Méthodologie

Les populations départementales au 1er janvier 2005 sont issues des estimations localisées de population disponibles mi-2006. Elles n'intègrent donc pas d'éventuelles révisions ultérieures.
À partir de ces données par sexe et âge, l'Insee a réalisé de nouvelles projections de population départementales à l'aide du modèle OMPHALE, qui applique, d'année en année, et pour chaque sexe et âge, des quotients migratoires, de fécondité et de mortalité, aux populations correspondantes. Ces quotients sont déterminés en prenant en compte les tendances de fécondité, mortalité et de migrations départementales observées par le passé. Les dynamiques de peuplement sont décrites ici sous l'hypothèse que ces tendances se répliquent d'année en année, sans intégrer les réactions complexes qu'elles peuvent susciter : effet sur le marché foncier, impact et effets correctifs des politiques publiques territoriales...
Ces projections ne peuvent donc s'assimiler à des prévisions : il n'est pas affecté a priori de probabilité aux hypothèses retenues. Pour autant, les phénomènes majeurs tels le vieillissement sont inéluctables.

Définitions

Le scénario central

Le scénario dit « central » est basé sur les hypothèses suivantes :

  • les taux de fécondité par âge de chaque département sont maintenus à leur niveau de 2005 ;
  • la mortalité baisse dans chaque département au même rythme qu'en France métropolitaine ;
  • les quotients migratoires, calculés entre 1990 et 2005, sont maintenus sur toute la période de projection.

Ces quotients reflètent les échanges de population entre le département et l'extérieur. Toutefois, les projections départementales présentées ici ont été calées sur la projection de population métropolitaine centrale publiée par l'Insee en juillet 2006, afin de tenir compte du solde migratoire national (+ 100 000 individus par an) et de faire coïncider la somme des projections départementales avec la projection métropolitaine réalisée avec le scénario central.

Des variantes possibles

Des variantes ont été simulées pour chaque composante afin de mesurer l'impact d'évolutions différentes de celles retenues dans le scénario central. Pour la fécondité, le scénario « fécondité haute » fait converger l'indice conjoncturel de fécondité (ICF) de chaque département vers une valeur cible en 2010 qui correspond à l'ICF de la zone en 2005 augmenté de 0,2. Cette valeur est ensuite maintenue constante jusqu'en 2030.
Pour le scénario « fécondité basse », construit selon le même principe, c'est la valeur de l'ICF de la zone moins 0,2 qui sert de cible en 2010.
Pour la mortalité, le scénario « espérance de vie haute » fait évoluer l'espérance de vie de chaque département parallèlement à l'évolution métropolitaine du scénario correspondant. Ce dernier est établi avec des gains progressifs d'espérance de vie à la naissance, pour atteindre environ 88,2 ans pour les femmes et 82,1 ans pour les hommes en 2030.
Pour le scénario « espérance de vie basse », élaboré selon le même principe, les valeurs nationales s'élèvent à 85,4 ans pour les femmes et 79,4 ans pour les hommes.
Pour les migrations, le scénario « sans migration » est une projection dans laquelle tous les quotients migratoires sont mis à zéro. Il constitue une variante intéressante pour appréhender leur impact sur les projections départementales. Les scénarios « migrations hautes » et « migrations basses » opèrent un ajustement des quotients migratoires à chaque âge de respectivement + 1 pour 1 000 et - 1 pour 1 000.

Haut de page