Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Liens transversaux haut

Chômage

Hausse brutale du chômage, à commencer chez les jeunes

Pour l’ensemble de la France métropolitaine, au 1er trimestre 2009, le taux de chômage au sens du BIT s'amplifie brutalement à 8,7 % de la population active, soit près de 2,5 millions de personnes, contre 7,6 % au 4e trimestre 2008. L’évolution est identique en Poitou-Charentes, avec +1,1 point par rapport aux données du 4e trimestre 2008. L’écart en faveur de la région tend à s’amenuiser. Ce bond s’ajoute à la hausse de +0,3 point du trimestre précédent. Le taux de chômage localisé en moyenne trimestrielle atteint 8,6 % (cvs). C’est le chiffre le plus élevé depuis le troisième trimestre 2006. Au 1er trimestre 2009, il se situe 1,3 point au-dessus de la Bretagne, région la plus épargnée par le chômage et 3,6 points en-dessous du Nord-Pas-de-Calais (12,2 %) région la plus exposée.

graphique : Taux de chômage

L’aggravation s’observe dans les quatre départements de la région, mais les disparités entre les taux de chômage départementaux restent importantes : plus de 3 points séparent le taux le plus faible en Deux-Sèvres (6,6 %), du taux le plus élevé en Charente-Maritime (10,2 %).

graphique : Demandes d'emploi

Les deux charentes ont un taux supérieur à la moyenne nationale. C’est en Charente-Maritime que la situation, déjà plus défavorable, se dégrade le plus au 1er trimestre 2009 : le taux de chômage s’accélère de +1,4 point en trois mois. La situation est un peu moins difficile en Charente avec une progression de +1,2 point, portant le taux à 9,3 %.

Connaissant une hausse plus modérée, la Vienne (+1 point) et les Deux-Sèvres (+0,9 point) ont une situation meilleure que la moyenne nationale (Vienne : 7,8 %, Deux-Sèvres : 6,6 %). Les Deux-Sèvres est le 5e département métropolitain avec le plus faible taux de chômage.

En Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (qui font des actes positifs de recherche d’emploi et sont sans emploi) s’établit à 62 540 fin mars 2009, en données corrigées des variations saisonnières. Ils sont 5 760 de plus que fin 2008, soit une augmentation de +10,1 % en trois mois. Si on intègre les demandeurs d’emploi qui sont en activité réduite, le total (catégories ABC) atteint 95 650, soit une progression de +6,5 % par rapport à fin 2008. La progression plus importante du nombre d’inscrits dans la seule catégorie A observée dans la région se retrouve au niveau national (+11,1 % pour la catégorie A et +7,6 % pour l’ensemble ABC). Cette plus forte croissance de la catégorie A peut s’expliquer par la chute de l’intérim au cours des derniers mois, qui a fait basculer les demandeurs intérimaires d’une situation d’activité réduite à celle d’inactivité totale.

La hausse de la demande d’emploi concerne toutes les catégories, hommes, femmes, jeunes, y compris les demandeurs de longue durée. À la fin du 1er trimestre 2009, le nombre d’hommes inscrits en catégories ABC progresse de +10 % contre +3,7 % pour les femmes, sans doute en lien avec les difficultés des entreprises industrielles. Si l’on ne considère que ceux n’ayant pas du tout travaillé au cours du mois, l’écart et la hausse sont encore plus accentués : +14,2 % pour les hommes et +6,3 % pour les femmes.

Les jeunes âgés de moins de 25 ans, plus exposés aux contrats de courte durée que leurs aînés, sont les plus touchés. Ainsi, on compte 17 450 jeunes immédiatement disponibles pour occuper un emploi (catégories ABC), soit une progression de +10,8 % en un trimestre. Pour ceux n’ayant pas travaillé, même une heure, au cours du mois (catégorie A), la hausse atteint +15,1 %.

La progression est forte mais plus modérée chez les seniors âgés de 50 ans et plus (+6 % en catégorie ABC) et les chômeurs de longue durée (1 an et plus) (+5,9 %) dont le nombre augmente au fur et à mesure que dure la crise.

Si l’augmentation du nombre d’inscrits à Pôle emploi est inférieure à celle observée en France métropolitaine, des différences sensibles apparaissent entre les quatre départements et les variations ont modifié la hiérarchie régionale. Ainsi, à la fin du 1er trimestre 2009, les Deux-Sèvres enregistrent la plus forte progression avec +13,1 % des inscrits en catégorie A et +8,9 % en catégories ABC. Au contraire, la situation relative de la Vienne s’est améliorée et ce département passe de la plus forte à la plus faible croissance : +7,7 % pour la catégorie A et +4,7 % pour l’ensemble ABC.

La Charente-Maritime arrive en deuxième place après les Deux-Sèvres, avec une accentuation proche de la moyenne régionale: +10,2 % pour la catégorie A et +7 % pour la catégorie ABC. La situation en Charente est un peu équivalente à celle de fin décembre 2008 : +8,4 % et +5 %.

Demandeurs d’emploi cat A en Poitou-Charentes (donnnées CVS)
  T4 2008 T1 2009 T1/T4 (en %) Évolution annuelle (en %)
Source : Insee - DRTEFP
Ensemble 56 782 62 545 +10,1 +23,4
Hommes 27 626 31 544 +14,2 +35,4
Femmes 29 156 31 001 + 6,3 + 13,2
Demandeurs d'emploi de moins de 25 ans 10 621 12 220 +15,1 +37,1
Demandeurs d'emploi de 25 ans à moins de 50 ans 36 649 39 869 +8,8 +21,7
Demandeurs d'emploi de 50 ans et plus 9 512 10 456 +9,9 +16,1
Les catégories de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi
Les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi, organisme issu de la fusion entre l’ANPE et le réseau des Assedic, sont regroupés en différentes catégories.
Conformément aux recommandations du rapport du CNIS sur la définition d’indicateurs en matière d’emploi, de chômage, de sous-emploi et de précarité de l’emploi (juin 2008), la Dares et Pôle emploi présentent à des fins d’analyse statistique les données sur les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi à partir de février 2009 en fonction des catégories suivantes.
Type de demandeurs Demandeurs tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi Demandeurs non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi
Demandeurs n’ayant exercé aucune activité Catégorie A Catégorie D (en stage, formation, maladie...)
Demandeurs ayant exercé une activité réduite courte de 78 heures ou moins dans le mois Catégorie B Catégorie E (bénéficiaires de contrats aidés)
Demandeurs ayant exercé une activité réduite longue de plus de 78 heures dans le mois Catégorie C Catégorie E (bénéficiaires de contrats aidés)
Les catégories de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi
Catégories statistiques Catégories administratives
Catégorie A Catégories 1, 2, 3 hors activité réduite
Catégorie B Catégories 1, 2, 3 en activité réduite
Catégorie C Catégories 6, 7, 8
Catégorie D Catégorie 4
Catégorie E Catégorie 5
Catégories A, B, C Catégories 1, 2 ,3, 6, 7, 8
Catégories A, B, C, D, E Catégories 1, 2 ,3, 4, 5, 6, 7, 8

Haut de page