Aller au contenu

Aller au menu principal

Liens transversaux haut

Opération statistique : Enquête de victimation - Cadre de vie et sécurité / CVS

Présentation de l'opération

Organisme responsable Insee. Direction des statistiques démographiques et sociales (DSDS)
Partenariat - Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) ;
- Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI)


Type d'opération Enquête
Objectifs L'objectif de l'enquête dite de "victimation" - Cadre de vie et sécurité (CVS) - est de connaître les faits de délinquance dont les ménages et leurs membres ont pu être victimes dans les mois précédant le passage de l'enquêteur.

Cette enquête permet donc de mesurer la prévalence et l'incidence de certaines atteintes aux personnes et aux biens, la fréquence des plaintes déposées auprès des services de police et de gendarmerie pour chaque type d'atteinte mais elle s'intéresse également aux délits ne faisant pas l'objet d'une plainte.

L'enquête s'intéresse en outre aux opinions de l'ensemble de la population (victimes et non victimes) en matière de cadre de vie et de sécurité.
Thèmes abordés - Acte(s) de destruction ou de dégradation du logement et des véhicules : cambriolages, vols ou tentatives de vol de voiture ou de deux-roues, etc.
- Vol(s) ou tentative(s) de vol personnel(s), violences physiques, menaces, injures ;
- Opinions concernant le cadre de vie et la sécurité, existence dans le quartier ou le village de phénomènes liés à la drogue, à l'alcool ou à d'autres trafics ;
- Perception du risque de victimation et comportements face à ce risque ;
- Conséquences d'une (de) victimation(s) : dépôt(s) de plaintes, déclaration(s) à des autorités, dommages psychologiques, adoption de nouveaux comportements, etc.

Champ de l'opération

Champ géographique France métropolitaine
Champ(s) statistique(s) couvert(s) Ménages dits "ordinaires", c'est-à-dire hors ménages vivant en collectivité (foyers, prisons, hôpitaux…) et vivant dans des habitations mobiles (mariniers, sans-abri…)

Caractéristiques techniques

Unité statistique enquêtée Un individu de 14 ans ou plus (au 1er janvier de l'année d'enquête) est tiré au sort dans chaque ménage (individu kish). Pour pouvoir répondre aux questions relatives aux violences " sensibles ", l'individu kish doit être majeur au jour de l'enquête et être âgé de moins de 75 ans au 1er janvier de l'année d'enquête.
Périodicité de l'opération Annuelle
Période et mode de collecte L'enquête a lieu chaque année de janvier à mars. Le mode de collecte utilisé est un questionnaire administré par les enquêteurs de l'Insee sous un mode de collecte assistée par ordinateur (Capi) et, pour les questions sensibles, selon un protocole adapté permettant de garantir une complète confidentialité des réponses de la personne enquêtée.

Des associations d'aide aux victimes ont apporté leur expérience quant à la formulation de ces questions sensibles et au protocole d'enquête. Afin que des personnes d'origine étrangère puissent répondre, les questions sont traduites en arabe, en portugais, en turc ou en allemand, les quatre langues les plus parlées en France par les non-francophones.
Historique En 2005 et 2006, des enquêtes de victimation ont été conduites dans le cadre d'un module introduit dans le dispositif d'enquêtes permanentes des Conditions de vie (EPCV), lesquelles contenaient traditionnellement depuis 1996 des questions de victimation (les cambriolages, les vols de voitures et vols à la roulotte, les agressions dont les vols avec violence et les vols simples).

Ce nouveau module, intitulé "Cadre de vie et sécurité", introduit en 2005 puis repris à l'identique en 2006, permettait d'aborder d'autres types de victimation : le vandalisme contre le logement ou la voiture, les vols de deux roues, ainsi que des questions d'opinion portant sur des problèmes touchant le cadre de vie et la sécurité (état des immeubles, difficultés à circuler, présence policière, problèmes de drogue...).

C'est la première série d'enquêtes permettant de mesurer l'évolution de la délinquance en France plus largement que les seules statistiques administratives (dépôts de plaintes auprès de la gendarmerie et de la police).

À partir de 2007, les enquêtes annuelles de victimation deviennent un dispositif à part entière consacré à ce thème. Dans la continuité des enquêtes précédentes, elles apportent en outre des informations inédites. Ces enquêtes fournissent non seulement une évaluation de la proportion de personnes victimes de violences, mais permettent aussi une meilleure connaissance du profil des victimes.
Plan de sondage L'échantillon est composé de 22 800 logements (soit environ 15 500 ménages répondants). Il comprend en 2016 une extension sur les quartiers prioritaires.  
Sont interrogées les personnes de 14 ans ou plus au 1er janvier de l'année d'enquête (une seule personne par ménage).
Voir aussi Conditions de vie (dispositif d'enquêtes permanentes) / EPCV